MASACCIO (1401-env. 1429)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia

Cantoria de la cathédrale de Florence, L. della Robbia
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La Trinité, Masaccio

La Trinité, Masaccio
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'Adoration des Mages, Gentile da Fabriano

L'Adoration des Mages, Gentile da Fabriano
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Banquet d'Hérode, Masolino

Le Banquet d'Hérode, Masolino
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini

photographie

Tous les médias


Le néo-giottisme et la tradition gothique

En ce sens, le néo-giottisme de Masaccio se distingue nettement des emprunts que beaucoup de ses contemporains font à des motifs du début du xive siècle : depuis le Maestro del Bambino Vispo jusqu'à Giovanni Toscani, depuis le Maestro della Madonna Straus jusqu'à Paolo Schiavo. Cette tendance à un retour aux sources et à un historicisme précoce est certainement commune à toute la culture florentine. Elle plonge ses racines dans les faits économiques auxquels on faisait allusion plus haut. Mais les variations sur le clair-obscur, schématiques et académiques, d'un Niccolò Gerini sont une chose ; les évocations nostalgiques et précieuses des artistes qu'on vient de nommer en sont une autre ; et c'est encore tout autre chose que la nouvelle interprétation que Masaccio propose de cet âge d'or de l'histoire florentine : il s'agit cette fois d'un retour à ce que Masaccio considère comme le « vrai » Giotto, dont la peinture est réduite à son essence plastique, « pure et sans ornement », ce que le Giotto de l'histoire ne réalisa jamais (sinon, peut-être, dans la chapelle Peruzzi). Dans le cadre de la perspective de Brunelleschi, les indications spatiales de Giotto retrouvent leur valeur d'organisation rationnelle de la réalité. Le sens du relief plastique, qui avait déjà opposé Giotto aux peintres de la génération précédente, prend des dimensions héroïques grâce à l'adoption systématique des ombres portées.

La Trinité, Masaccio

La Trinité, Masaccio

Photographie

Masaccio (1401 env.-1429), La Trinité (avec la Vierge, saint Jean et les donateurs), fresque peinte en 1427-1428. Église Santa Maria Novella, Florence. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Ce lien avec la peinture de Giotto n'est qu'un des aspects de l'importance que la tradition de la peinture médiévale eut pour Masaccio. Cette importance fut proportionnellement plus grande que celle que put avoir, respectivement, pour Brunelleschi et pour Donatello, la tradition de l'architecture et de la sculpture. La tradition gothique fut brisée par les plus anciens novateurs, grâce à l'exemple qu'ils trouvèrent dans maints témoignages de la sculpture et de l'architecture classiques. Ce ne fut pas le c [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MASACCIO (1401-env. 1429)  » est également traité dans :

FRESQUES DE LA CHAPELLE BRANCACCI, MASACCIO (Florence)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 204 mots

Masaccio a peint, avec la collaboration de Masolino, les fresques de la chapelle Brancacci à l'église Santa Maria del Carmine de Florence. Elles relatent divers épisodes de la vie de saint Pierre et marquent en peinture, comme la Trinité que Masaccio peint exactement au même moment à Santa Maria Novella, les débuts de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fresques-de-la-chapelle-brancacci-masaccio/#i_7020

BRUNELLESCHI FILIPPO (1377-1446)

  • Écrit par 
  • Gian-Carlo ARGAN
  •  • 2 145 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'influence de Masaccio »  : […] Brunelleschi conçoit la perspective comme structure géométrique de l'espace et l'architecture comme représentation rationnelle de cet espace. L'Ospedale degli Innocenti (1419-1444), par son but social même, répond à une double exigence d'urbanisme et de perspective : il devait être le premier côté de la place de l'Annunziata. La gradation des plans et la profondeur des arcades organisent l'unité d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/filippo-brunelleschi/#i_7020

LIPPI Fra FILIPPO (1406-1469)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 520 mots
  •  • 2 médias

Placé tout jeune chez les Carmes de Florence, le futur peintre Filippo Lippi prononce ses vœux à quinze ans, quitte le monastère dix ans plus tard tout en gardant l'habit, part pour Padoue, revient à Florence (en 1437), mais non au couvent, s'attire quelques difficultés avec les autorités civiles et religieuses en raison de son existence peu monacale, reçoit des bénéfices ecclésiastiques dont il e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lippi-fra-filippo/#i_7020

PIERO DELLA FRANCESCA (entre 1415 et 1420-1492)

  • Écrit par 
  • Pasquale ROTONDI
  •  • 3 302 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Premières œuvres »  : […] On ignore tout des débuts de Piero della Francesca dans le domaine de la peinture ; on se demande qui fut son premier maître, quelles furent ses premières orientations, où et comment se déroulèrent les rapports qu'il eut avec Domenico di Bartolo, rapports révélés par ses œuvres. On sait qu'en 1439 il se trouvait à Florence avec Domenico Veneziano, mais on ignore où il avait séjourné avant cette d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piero-della-francesca/#i_7020

TOSCANE

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 553 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Artistes voyageurs »  : […] Les grands chantiers dont se couvre la Toscane, en même temps qu'ils visent à créer des œuvres glorifiant la forte personnalité des centres municipaux – à Sienne, la cathédrale ne fut jamais achevée –, ont pour conséquence première les voyages constants des artistes attirés par les commandes : le dialogue, ainsi, dépasse souvent les collines toscanes. Giotto avait séjourné à Rome, à Assise, à Pado […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toscane/#i_7020

Voir aussi

Pour citer l’article

Giovanni PREVITALI, « MASACCIO (1401-env. 1429) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/masaccio/