RAYSSE MARTIAL (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cosignataire en 1960 de la déclaration constitutive du Nouveau Réalisme, Martial Raysse s'en désolidarise très vite pour entamer un cheminement totalement autonome en perpétuelle évolution. À partir de l'élaboration d'une théorie de la vision, de la mise à distance du monde de l'art à travers une attention particulière portée à la nature et à l'art des musées, il oriente au fil des années son œuvre vers une pratique que l'on est tenté de qualifier d'académique, au sens propre du terme, c'est-à-dire « en tant qu'observation étroite de la tradition ».

La couleur dans l'objet

Né en 1936 à Golfe-Juan (Vallauris), Martial Raysse cherche sa voie entre écriture et peinture pour opter définitivement en faveur de cette dernière à l'âge de dix-neuf ans. « Je voulais être écrivain. Mais je me suis aperçu qu'il y avait un phénomène tragique, celui de la communication des langages... Cela m'a conduit à chercher un au-delà des mots... L'au-delà des mots c'est la peinture, le langage visuel. Voilà comment j'ai commencé à peindre. » Après quelques essais de poèmes-objets, de tableaux abstraits et de mobiles, il réalise, à partir de 1959, des assemblages de produits manufacturés liés à la société de consommation. Il affirme alors : « ce qui m'intéresse c'est la profusion colorée de l'article en série », et il ajoute, « les Prisunic sont les musées de l'art moderne ». Dans le même temps, il élabore la vision d'un monde neuf aseptisé et pur qu'il nomme « Hygiène de la vision », assemblant des échantillons de boîtes de produits d'entretien ou encore des bouteilles et des objets en plastique de toutes sortes qu'il titre Supermarché magie multicolore (1960, Musée de Toulon).

À la même époque, avec ses amis niçois Arman et Yves Klein, il est introduit auprès du groupe des nouveaux réalistes et de Pierre Restany, dont il devait se séparer trois ans plus tard. Réagissant contre l'uti [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAYSSE MARTIAL (1936- )  » est également traité dans :

MARTIAL RAYSSE (exposition)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 024 mots

La rétrospective Martial Raysse, 1960-2014 qui s’est tenue, du 14 mai au 22 septembre 2014, au Centre Georges-Pompidou, à Paris, consacrait un artiste français désormais reconnu comme majeur, mais dont la carrière n’a pas été linéaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse-exposition/#i_29861

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_29861

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les développements européens du pop art »  : […] Les tendances diverses que l'on a voulu appeler pop art sur le continent européen souffrent des mêmes handicaps. Là, plus encore qu'en Angleterre, l'intellectualisme et une forte politisation du regard ont dérogé à l'esprit pop de la « neutralité calculée » (Livingstone). À cet égard, le nom de réalisme capitaliste que les Allemands donnèrent au pop art américain est symptomatique : il n'y était q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_29861

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 144 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « De l'art à la nature, de la nature à l'art » »  : […] La Biennale de Venise, en juin 1978, avait proposé comme thème : « De l'art à la nature, de la nature à l'art ». Du côté des courants de la « modernité », ce programme naturaliste n'offrait guère de surprises au hasard des divers pavillons nationaux : poncifs et ennui. En revanche, au pavillon italien, une rétrospective de peinture découvrait le talent de Piero Guccione et révélait Attilio Forgio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retour-au-realisme/#i_29861

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « RAYSSE MARTIAL (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse/