KITSCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On assimile habituellement le kitsch au mauvais goût, au tape-à-l'œil, à la pacotille, à tout ce qui est lourd, criard, clinquant, convenu – chromos, souvenirs touristiques, artisanat d'aéroport et autres Joconde en plastique. Pourtant, force est de constater, si l'on y regarde de plus près, qu'il existe une spécificité du kitsch – dont aucune des caractéristiques, précisons-le, ne fonctionne isolément.

Des caractéristiques multiples

La primauté de la forme d'abord : l'objet kitsch se situe à l'opposé de l'idéal prôné, tant pour l'architecture que pour le design, par le Mouvement moderne dès les années 1920, et selon lequel « la forme suit la fonction ». Le kitsch s'annonce dès que la forme s'écarte de la dimension utilitaire pour devenir décorative, ou transmettre des émotions, des valeurs.

L'hétérogénéité sémantique ensuite : réfractaire à la règle de l'unité, l'objet kitsch est souvent constitué d'éléments appartenant à des univers sans rapport entre eux (poivrier en forme de tour Eiffel, coquillage utilisé comme cendrier, horloge à coucou).

Puis vient l'inauthenticité, au sens matériel (faux bois, faux marbre, fausses poutres, bijoux en toc), mais aussi au sens figuré (stéréotypes, conformisme, poncifs, déjà-vu). S'y ajoutent surcharge et saturation : contrairement au mot d'ordre minimaliste de l'architecte Ludwig Mies van der Rohe (1886-1969), « Less is more », le kitsch se complaît dans le trop, le trop plein, la démesure, ou procède par entassement, ornementation à outrance, avec grandiloquence.

Il s'agit encore de ce qui est joli plutôt que beau. Le kitsch a plus d'affinités avec le gracieux, le mignon, l'échelle réduite (petits poulbots, chiens et chats de faïence, nains de jardin). Les rejoignent pathos et sentimentalité ; la seconde est au sentiment ce que la sensiblerie est à la sensibilité : une emphase qui fait paraître artificielle l'émotion. Cet aspect, typique de « l'art du bonheur » (selon l'expression du sociologue Abraham Moles, premier spécialiste en France du kits [...]

Objet kitsch

Objet kitsch

Photographie

Art de masse, le kitsch joue sur la saturation des signes, en privilégiant les catégories du «joli» et de l'émotionnel. 

Crédits : DEA/ A. Dagli Orti/ Getty

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en sociologie, professeur honoraire de sociologie de l'image à l'université de Lausanne

Classification


Autres références

«  KITSCH  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 640 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le populisme »  : […] L'approche « contexturaliste » de l'urbanisme, proposée par Colin Rowe pendant les quinze dernières années de son enseignement à Cornell University, trouve à la fois complément et concurrence dans un livre d'une grande portée : Complexity and Contradiction in Architecture de Robert Venturi, publié en 1966 par le Museum of Modern Art de New York. Venturi y plaidait non seule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-contemporaine-une-architecture-plurielle/#i_23118

ART ET CULTURE, Clement Greenberg

  • Écrit par 
  • Patrick de HAAS
  •  • 1 405 mots

Dans le chapitre « La défense de l'avant-garde contre le kitsch »  : […] L'article « Avant-garde et kitsch » a été écrit à un moment historique crucial (1939), celui de la catastrophe annoncée de la barbarie nazie, et publié dans Partisan Review , revue de la gauche intellectuelle antistalinienne marquée par le trotskisme. Clement Greenberg y soutient, dans une approche qui se veut marxiste, que la crise culturelle résulte de la situation paradox […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-culture-clement-greenberg/#i_23118

COHEN STEVEN (1962- )

  • Écrit par 
  • Lise OTT
  •  • 1 155 mots

Dans le chapitre « Les premières œuvres plastiques »  : […] Steven Cohen est né le 11 août 1962 en Afrique du Sud. Dans la première moitié des années 1980, il obtient une licence en arts et psychologie à l’université du Witwatersrand à Johannesburg puis suit les cours de l’école d’art Ruth Prowse de Woodstock au Cap. Durant la même période, il accomplit, à son corps défendant, ses obligations militaires. En 1988, une première exposition personnelle, intitu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steven-cohen/#i_23118

PICABIA FRANCIS (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Arnauld PIERRE
  •  • 4 881 mots

Dans le chapitre « La peinture : grandeur et servitude »  : […] Plus homogène, l'ensemble de toiles réalistes (des couples érotiques, des nus jeunes et sportifs, quelques scènes de genre...) que Picabia entreprend pendant les années de guerre est celui qui a fait peser les plus graves soupçons sur la valeur du projet artistique de son auteur : soupçon d'attirance inavouée pour certains critères de la peinture académique, soupçon d'adhésion à l'idéologie de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-picabia/#i_23118

PIERRE & GILLES

  • Écrit par 
  • Bénédicte RAMADE
  •  • 707 mots

Pierre Commoy (1950) et Gilles Blanchard (1954) ont débuté leur collaboration artistique sous le nom de Pierre & Gilles en 1976. Remarqués par les professionnels de la mode et le monde du spectacle, les portraits photographiques atypiques réalisés par ce duo marquent profondément les années 1980 et influencent l'esthétique de la communauté gay. Leur processus de fabrication s'est transformé en r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-et-gilles/#i_23118

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre KELLER, « KITSCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kitsch/