RÉALISME RETOUR AU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fin des années 1960 aura été une période de grande effervescence artistique : se succèdent une série de mouvements qu'officialisent et que diffusent sans tarder d'importantes manifestations internationales comme la Documenta de Cassel, les Biennales de Paris et de Venise, mais aussi des musées tels que le Museum of Modern Art de New York, le Stedelijk Museum d'Amsterdam, le Moderna Museet de Stockholm. Hard Edge, Art minimal, Art conceptuel, Arte povera, Body Art, Art du comportement, Mail Art, Land Art, figuration narrative, hyperréalisme..., chaque tendance dispute à l'autre, souvent bruyamment et dans un climat que favorise un marché artistique servi par une prospérité économique sans précédent, la palme d'un avant-gardisme absolu. En contraste, la fin des années 1970 marque une époque d'incertitude et de retrait. Les avant-gardes en question s'essoufflent ou s'enfoncent dans une morne stéréotypie. Les groupes, les mouvements se dissolvent et s'effilochent. Les supports institutionnels qui assuraient leur promotion, musées et revues d'art, disparaissent ou se replient sur des positions plus traditionnelles. Beaucoup d'artistes reviennent alors à un travail solitaire d'atelier et ce retour sur soi prend fréquemment l'allure d'une remise en cause des attitudes de la décennie passée. Souvent, il revêt les aspects d'une réaction délibérée contre les acquis de la modernité, tels qu'ils nous ont été transmis depuis Cézanne, par le fauvisme et jusqu'à l'abstraction et, plus généralement, contre l'idée même d'avant-garde. Le réalisme paraît être la caractéristique dominante de ce mouvement de retour, entendu à la fois comme retour à l'observation du réel, comme retour à la pratique d'un métier classique, et enfin comme retour à des traditions nationales.

Dans le désarroi général, il semble que l'étude du réel et que le support d'une technique ancienne redeviennent les deux ressources possibles.

Le phénomène n'est pas sans rappeler celui qu'a déjà connu l'art moderne à l'issue de la Première Guerre mondiale lorsque, au moment de la déroute ou de l'affaiblissement des avant-gardes de la décennie précédente, du fauvisme au dadaïsme, s'instaure un mouvement de retour à la figuration néo-classique qu'on a pu nommer, entre 1919 et 1925, « Le Retour à l'ordre ».

Par-delà le maniérisme : l'exemple de Jim Dine

Dès les années 1960, le Pop Art et le photoréalisme, ce dernier connu en Europe sous le nom d'hyperréalisme, avaient offert une alternative figurative au primat de l'abstraction. En dépit de leur formalisme, ces deux courants avaient déjà amené quelques peintres à s'interroger sur la nature du procès réaliste et sur le statut de l'image figurative. Par un curieux effet réflexe, ces deux formes de représentation qui, en recourant aux procédés photomécaniques de reproduction, avaient exclu de la pratique artistique le dessin sur nature, devaient entraîner un retour en force de celui-ci. On peut dire, en effet, que le dessin « pop » ou hyperréaliste est, à la différence du dessin naturaliste, une variation formaliste, non sur la réalité d'un objet, tel que l'œil l'appréhende de façon qu'elle apparaît médiatisée par l'affiche, la publicité, les magazines de mode ou la photographie en général : dessin au second degré, image d'image, le dessin pop module les variations spécieuses d'un certain style d'époque. Par là même, il s'agit essentiellement d'un maniérisme. Tel artiste issu du pop qui prétendait ainsi réaliser une série de dessins sur un thème donné – la détérioration d'une boîte de carton ou les aspects d'un homme qui court – n'épuisait en rien la réalité visible de son thème. Ce qu'il « représentait » était moins un objet que l'idée d'un objet. Ce qu'il épuisait dans le procédé sériel propre au pop comme au photoréalisme, c'était moins les apparences d'un réel donné que les virtualités d'une imagerie. De même, une peinture hyperréaliste, à se passer du dessin sur nature, n'était souvent que la copie académique, la plus fidèle possible et effectuée selon les techniques graphiques de la publicité, de la masse d'informations procurées par un appareillag [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Summertime, E. Hopper

Summertime, E. Hopper
Crédits : Bridgeman Images

photographie

The Turtle Pound, W. Homer

The Turtle Pound, W. Homer
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Sur la plage, W. Homer

Sur la plage, W. Homer
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Ecce Homo, L. Corinth

Ecce Homo, L. Corinth
Crédits : AKG-Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉALISME RETOUR AU  » est également traité dans :

BRAVO CLAUDIO (1936-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 261 mots

Claudio Bravo était un artiste peintre chilien réputé pour le style provocant de ses tableaux hyperréalistes, qui se voulait l'héritier de la grande tradition picturale des maîtres espagnols. Portraitiste des grands de ce monde au Chili et en Espagne au début de sa carrière, il était surtout connu pour ses natures mortes hyperréalistes mettant en scène des objets du quotidien, tels des emballages […] Lire la suite

CREMONINI LEONARDO (1925-2010)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 015 mots

Ce Bolognais né en 1925, fils d'un cheminot qui pratiquait la peinture par amour de l'art, n'a pas été baptisé Leonardo par hasard : il fut initié aux techniques picturales dès son enfance. Encouragé par toute sa famille, il lia très tôt le plaisir de peindre à la contemplation des horizons. Son père ayant été muté en Calabre en 1936, le souvenir de deux années passées près de la mer devait l'émer […] Lire la suite

HÉLION JEAN (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 012 mots

Peintre français, né à Couterne (Orne). Rien ne prédisposait Jean Hélion, élève à l'Institut industriel d'Amiens, où il a étudié la chimie, à devenir peintre. Pourtant, on peut le considérer, avec Fernand Léger, comme l'un des plus grands peintres français du xx e siècle ; le plus dérangeant, aussi. Apprenti dans un bureau d'architecte en 1921, il découvre le Louvre un peu par hasard : les tablea […] Lire la suite

HOCKNEY DAVID (1937- )

  • Écrit par 
  • Guitemie MALDONADO
  •  • 1 722 mots

La participation de David Hockney à l'exposition « Young Contemporaries » (Londres, R.B.A. Galeries, 1961) ainsi que ses sources d'inspiration d'alors, puisées dans la vie quotidienne, les graffiti ou encore les dessins d'enfants lui valurent d'être associé au pop art ; une association aussi brève que circonstancielle, le peintre se considérant lui-même à l'« extrême périphérie » de ce mouvement. […] Lire la suite

NOUVELLE OBJECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 2 142 mots

Dans le chapitre « L'objet et la technique »  : […] À la suite de difficultés matérielles et politiques – la ville de Mannheim était située en Rhénanie, alors sous occupation militaire française –, Hartlaub ne put mettre sur pied son exposition qu'en 1925, du 14 juin au 13 septembre. À l'exception d'un Suisse, Niklaus Stoecklin, les trente-deux peintres retenus par lui étaient allemands. Pour la plupart, ils étaient assez bien connus : Max Beckman […] Lire la suite

RAYSSE MARTIAL (1936- )

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 651 mots

Dans le chapitre « Un retour à l'ordre ? »  : […] En 1969, Martial Raysse quitte Paris et le milieu de l'art pour vivre à la campagne. Il s'engage dès cet instant dans une quête initiatique qui passe par une réflexion philosophique et artistique entièrement fondée sur la pratique de la peinture en tant que telle. Dans un texte qui date de l970 et qui se termine par les mots « À suivre », il écrit : « Ainsi cette forme qui, avant de prendre sa lib […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-21 novembre 1998 France. Poursuite de la polémique au sujet des sans-papiers

Le lendemain, Dominique Voynet, présidente des Verts et ministre de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire, fait de même, invoquant le « bon sens » et le « réalisme ». Elle affirme être, sur ce point, « en désaccord » avec le Premier ministre. Le 17, à l'Assemblée nationale, Lionel Jospin, répondant implicitement à Dominique Voynet, juge « irresponsable » l'« attitude qui revient à faire passer le message qu'en France tout immigré entré irrégulièrement peut être régularisé ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CLAIR, « RÉALISME RETOUR AU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/retour-au-realisme/