RAYSSE MARTIAL (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un retour à l'ordre ?

En 1969, Martial Raysse quitte Paris et le milieu de l'art pour vivre à la campagne. Il s'engage dès cet instant dans une quête initiatique qui passe par une réflexion philosophique et artistique entièrement fondée sur la pratique de la peinture en tant que telle. Dans un texte qui date de l970 et qui se termine par les mots « À suivre », il écrit : « Ainsi cette forme qui, avant de prendre sa liberté, avait occupé toutes mes pensées et bien sûr l'espace physique de mon travail, cette forme reprenait sa juste place dans ma vie. J'avais atteint ce statu quo que l'on peut prendre pour de la sagesse si l'on est résolu à mourir. » Il accompagne cette réflexion d'un travail acharné autour de l'exercice du dessin et de certaines techniques picturales, en particulier le très ancien procédé du pastel gras et de la détrempe, où les liants sont l'œuf et la colle mélangés aux pigments.

Le suivre dans son périple consiste à citer quelques jalons qui, loin d'impliquer l'idée de rupture radicale, donnent au contraire une réelle cohérence à la démarche. En 1974, l'exposition Coco Mato livre un ensemble de petits objets dérisoires destinés au culte incertain d'une dérive chamanique, dont Didier Semin dit très justement qu'ils « trahissent le souci d'un retour aux origines du savoir ». Avec la série Loco Bello (1973-1976), Raysse met en scène une monde bigarré et éclatant d'hommes, de femmes, d'enfants et d'animaux familiers au milieu d'une nature exubérante et joyeuse, dominée par un bleu qui le relie à la Méditerranée de ses origines, comme dans Image XVII (1976, Graphische Sammlung Staatsgalerie, Stuttgart). Avec la série intitulée Spelunca (1977-1978), c'est le monde de l'Antiquité et de ses mythes qui envahit un paysage dominé par de somptueuses harmonies de rouges, de violets et de bleus, qui ne sont pas sans faire référence à Matisse (Megalopolis, 1977-1978, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris). Dès lors, écrit Didier Semin, « les images de la réalité s'ouvrent à la confrontation avec les mythes et les symboles qui l'ordonnent ». [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RAYSSE MARTIAL (1936- )  » est également traité dans :

MARTIAL RAYSSE (exposition)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 024 mots

La rétrospective Martial Raysse, 1960-2014 qui s’est tenue, du 14 mai au 22 septembre 2014, au Centre Georges-Pompidou, à Paris, consacrait un artiste français désormais reconnu comme majeur, mais dont la carrière n’a pas été linéaire. […] Lire la suite

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les développements européens du pop art »  : […] Les tendances diverses que l'on a voulu appeler pop art sur le continent européen souffrent des mêmes handicaps. Là, plus encore qu'en Angleterre, l'intellectualisme et une forte politisation du regard ont dérogé à l'esprit pop de la « neutralité calculée » (Livingstone). À cet égard, le nom de réalisme capitaliste que les Allemands donnèrent au pop art américain est symptomatique : il n'y était q […] Lire la suite

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 152 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « De l'art à la nature, de la nature à l'art » »  : […] La Biennale de Venise, en juin 1978, avait proposé comme thème : « De l'art à la nature, de la nature à l'art ». Du côté des courants de la « modernité », ce programme naturaliste n'offrait guère de surprises au hasard des divers pavillons nationaux : poncifs et ennui. En revanche, au pavillon italien, une rétrospective de peinture découvrait le talent de Piero Guccione et révélait Attilio Forgio […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « RAYSSE MARTIAL (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse/