RAYSSE MARTIAL (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre photographie et néon

La photographie, que Martial Raysse emprunte à la publicité ou à ses propres clichés, en rendant hommage à la beauté féminine, lui permet d'exploiter la mise à plat de la réalité qu'elle autorise. Ainsi naissent Souviens-toi de Tahiti (1963, Louisiana Museum of Modern Art, Humlebaek) – dans une vision idyllique de bord de mer, l'artiste intègre à la sérigraphie sur toile un parasol et un ballon – ou encore Ciné (1964, Museum moderner Kunst, Stiftung Ludwig, Vienne).

À la même époque Martial Raysse, en artiste prodige qui multiplie les audaces, découvre les possibilités offertes par le néon, dont il dit : « Le néon c'est la couleur vivante, une couleur par-delà la couleur... avec le néon, vous pouvez projeter l'idée de couleur en mouvement, c'est-à-dire un mouvement de la sensibilité sans agitation. » Avec le néon, il souligne les lèvres d'une femme (Peinture à haute tension [portrait d'Elaine Sturtevant], 1965), et, dans le domaine de la sculpture l'associe à du plexiglas et du métal pour réaliser Encore un instant de bonheur (1965, Stedelijk Museum, Amsterdam). Au Stedelijk Museum d’Amsterdam, il conçoit l’environnement Raysse Beach (1962), où sont conjointement présentés ses œuvres utilisant le néon comme matière-couleurs, des objets manufacturés et la musique d’un juke-box. Sculpteur encore, il rend un hommage lumineux et vibrant à l'Amérique avec America, America (1964, Musée national d'art moderne, Centre Georges-Pompidou, Paris). Aux États-Unis, il devient très vite une des vedettes de la jeune avant-garde associée au pop art. De ce côté-ci de l'Atlantique, le Stedelijk Museum d'Amsterdam lui consacre une importante rétrospective en 1965, comme deux ans plus tard le musée des Beaux-Arts de Bruxelles. Il n'a pas trente ans. À partir de 1964, Martial Raysse réalise une série d'œuvres où l'image qui lui sert de support n'est plus celle de très jolies jeunes femmes mais celle de certaines grandes œuvres des musées comme le Bain Turc ou La Grande Odalisque d'Ingres (1964,

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RAYSSE MARTIAL (1936- )  » est également traité dans :

MARTIAL RAYSSE (exposition)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 024 mots

La rétrospective Martial Raysse, 1960-2014 qui s’est tenue, du 14 mai au 22 septembre 2014, au Centre Georges-Pompidou, à Paris, consacrait un artiste français désormais reconnu comme majeur, mais dont la carrière n’a pas été linéaire. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse-exposition/#i_29861

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nouveau-realisme/#i_29861

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les développements européens du pop art »  : […] Les tendances diverses que l'on a voulu appeler pop art sur le continent européen souffrent des mêmes handicaps. Là, plus encore qu'en Angleterre, l'intellectualisme et une forte politisation du regard ont dérogé à l'esprit pop de la « neutralité calculée » (Livingstone). À cet égard, le nom de réalisme capitaliste que les Allemands donnèrent au pop art américain est symptomatique : il n'y était q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_29861

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 144 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « « De l'art à la nature, de la nature à l'art » »  : […] La Biennale de Venise, en juin 1978, avait proposé comme thème : « De l'art à la nature, de la nature à l'art ». Du côté des courants de la « modernité », ce programme naturaliste n'offrait guère de surprises au hasard des divers pavillons nationaux : poncifs et ennui. En revanche, au pavillon italien, une rétrospective de peinture découvrait le talent de Piero Guccione et révélait Attilio Forgio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retour-au-realisme/#i_29861

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « RAYSSE MARTIAL (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse/