ROBSON MARK (1913-1978)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mark Robson est né à Montréal (Canada). Diplômé de l'université de Californie, c'est à la 20th Century Fox qu'il débute dans le monde du cinéma, en tant qu'accessoiriste. De la Fox, Robson passe ensuite à la R.K.O. où il va travailler pendant plus de douze ans.

D'abord associé à Robert Wise, Mark Robson, comme lui à l'époque, y est monteur et, à ce titre, il collabore à plusieurs films prestigieux dont Citizen Kane (1941) et La Splendeur des Amberson (1942) d'Orson Welles, Voyage au pays de la peur (1943) de Norman Foster et Orson Welles.

Le producteur Val Lewton, qui dirigeait à la R.K.O. une unité de production spécialisée dans les films d'atmosphère, le remarque et Robson monte pour lui La Féline (1942), I Walked with a Zombie (1943) et Leopard Man (1943), aujourd'hui trois classiques du genre.

Grâce à Val Lewton, Robson peut enfin devenir réalisateur en 1943 avec La Septième Victime, qui met en scène une secte d'adorateurs de Satan. The Ghost Ship (1943) ; L'Île de la mort (1945) avec Boris Karloff et Bedlam (1946), inspiré des peintures de Hogarth et consacré au fameux et horrifique asile londonien du xviiie siècle, trois films à nouveau tournés pour Val Lewton, suffisent à prouver l'efficacité de Robson et la manière dont il sait créer une atmosphère.

1949 est l'année du Champion avec Kirk Douglas et Arthur Kennedy. Le film, qui raconte l'ascension et la mort d'un boxeur ambitieux, attire l'attention de la critique sur son auteur. Sous l'impulsion du producteur Stanley Kramer, la R.K.O. s'attache à plusieurs des problèmes de l'Amérique contemporaine. Toujours en 1949, Home of the Brave (Je suis un Nègre), mis en scène par Robson avec James Edwards, pose avec virulence le thème du racisme, avec pour cadre la guerre du Pacifique.

Champion, M. Robson

Photographie : Champion, M. Robson

Inspiré de la vie du boxeur Midge Kelly, Champion (1949), de Mark Robson, est un des premiers films marquants de la carrière de Kirk Douglas, ici avec Marilyn Maxwell. 

Crédits : United Artists Corporation/ Collection privée

Afficher

La Nouvelle Aurore (1951), qui décrit la difficile réinsertion dans la vie civile d'un soldat (Arthur Kennedy) que la guerre a rendu aveugle, peut laisser croire que Mark Robson va devenir l'un des cinéastes « à thèse » du Hollywood des années 1950. Retour au paradis (1953) avec Gary Cooper, L'Enfer au-dessous de zéro (1954) avec Alan Ladd, et Phffft (1954), une comédie avec Judy Holliday, Jack Lemmon et Kim Novak, infirment brutalement cette hypothèse. Les Ponts de Toko Ri (1954), avec William Holden, Grace Kelly et Fredric March, prend pour cadre la guerre de Corée Le film permet à Robson de mettre en doute, assez courageusement pour l'époque, les raisons de l'intervention militaire américaine.

L'année suivante, Robson tourne pour la Metro Goldwyn Mayer Mon fils est innocent (Trial), l'un de ses meilleurs films. À partir d'un fait divers (un jeune Mexicain est accusé d'avoir violé et d'avoir provoqué la mort d'une adolescente blanche), Robson dénonce la corruption politique et l'affairisme syndical. Glenn Ford, Arthur Kennedy et Dorothy Mac Guire sont les héros de cet étonnant réquisitoire contre l'intolérance.

Plus dure sera la chute (1956) est tout à la fois le dernier film d'Humphrey Bogart et l'adaptation du roman Knock-out de Budd Schulberg. Le livre s'inspirait, paraît-il, de la vie de Primo Carnera et c'est avec une réelle puissance que Robson s'attaque ici au racket de la boxe, symbolisé par Rod Steiger. Robson décrit avec brio un univers de combats truqués, de boxeurs minables et de promoteurs véreux.

Après avoir tourné La Petite Hutte (1957) avec Ava Gardner et David Niven, d'après la pièce d'André Roussin, Robson met en scène à la Fox pour le producteur Jerry Wald Les Plaisirs de l'enfer, adapté de Peyton Place de Grace Metalious, dans lequel il peint l'hypocrisie et les turpitudes d'une petite vi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du cinéma, responsable du département cinéma de France 3

Classification

Pour citer l’article

Patrick BRION, « ROBSON MARK - (1913-1978) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mark-robson/