WISE ROBERT (1914-2005)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Metteur en scène de cinéma américain. Né le 10 septembre 1914 dans l'Indiana, Robert Wise entreprend des études de journalisme qu'il abandonne à l'âge de dix-neuf ans, sa famille, touchée par la Dépression, ne pouvant subvenir à ses besoins. Il se rend alors chez son frère aîné qui réside en Californie. Là, il est engagé comme coursier par la major hollywoodienne R.K.O. En quelques années, il gravit les échelons et devient chef monteur en 1939 ; il assure le montage d'une douzaine de films parmi lesquels Fifth Avenue Girl (La Fille de la Cinquième Avenue) de Gregory La Cava, The Hunchback of Notre Dame (Quasimodo) de William Dieterle, Citizen Kane et The Magnificent Ambersons (La Splendeur des Amberson) d'Orson Welles.

Robert Wise

Robert Wise

Photographie

En transposant l'histoire de Roméo et Juliette dans un quartier de New York où s'affrontent communautés blanche et portoricaine, « West Side Story » (1961) allait connaître un succès considérable, dû pour beaucoup à la chorégraphie de Jerome Robbins et à la musique de Leonard Bernstein.... 

Crédits : G. Mili/ Stringer/ Time Life Pictures/ Getty

Afficher

En 1943, à la demande du producteur Val Lewton, Robert Wise termine le tournage de Curse of the Cat People (La Malédiction des hommes chats) du fait du retard pris par son réalisateur initial. Il commence ainsi une activité de metteur en scène, chez R.K.O. durant cinq ans, puis, principalement, à la 20th Century Fox et chez M.G.M. Des « films B » à petit budget, il passe, à partir du milieu des années 1950, aux films de catégorie A, puis après la disparition du système des studios, aux superproductions, à la suite du succès considérable de West Side Story (en collaboration avec Jerome Robbins, 1961). En trente-cinq ans, il tourne trente-huit films (plus un trente-neuvième après dix années de retraite) et aborde tous les genres : comédie, drame, fantastique, science-fiction, policier, western, guerre, musical, aventure, historique, etc.

L'écriture filmique de Robert Wise se caractérise par l'économie des moyens, la précision du découpage, la rigueur des cadres, la clarté de la mise en scène, la fluidité du montage, la lenteur du rythme. Qualités toutes classiques qui peuvent toutefois nuire à l'appréhension de certaines de ses œuvres les moins réussies, qui apparaissent pesantes [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  WISE ROBERT (1914-2005)  » est également traité dans :

WEST SIDE STORY, film de Jerome Robbins et Robert Wise

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 034 mots
  •  • 1 média

Adapté d'un spectacle de Broadway (1957), modernisant lui-même le Roméo et Juliette de Shakespeare, West Side Story appartient à la série des comédies musicales pour écran large (en Panavision) et son stéréophonique des années 1950-1960, et fut un immense succès : avec dix oscars, le film ne sera dépassé que par Ben Hur (1959) et Titanic (1997). Co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/west-side-story/#i_10872

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_10872

ROBBINS JEROME RABINOWITZ dit JEROME (1918-1998)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude DIÉNIS
  •  • 875 mots
  •  • 2 médias

Danseur et chorégraphe américain. De son vrai nom Rabinowitz, le futur Jerome Robbins naît le 11 octobre 1918 à New York. Après avoir suivi des études de danse (classique, moderne, orientale, espagnole), de musique (piano et violon) et d'art théâtral, il fait ses débuts d'acteur avec le Yiddish Art Theatre (1937) puis joue dans des comédies musical […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robbins-jerome-rabinowitz-dit-jerome/#i_10872

WOOD NATALIE (1938-1981)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 676 mots
  •  • 1 média

Les acteurs de Hollywood, dans les années 1940, prétendaient avec ironie qu'il fallait s'abstenir de jouer avec « un chien ou un enfant » ! Orson Welles en fit l'expérience dans un film intitulé Demain viendra toujours d'Irving Pichel (1946), car sa petite partenaire avait selon lui « un talent terrifiant ». La très jeune Natalie Wood ne resta pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/natalie-wood/#i_10872

Pour citer l’article

Alain GAREL, « WISE ROBERT - (1914-2005) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-wise/