MASTROIANNI MARCELLO (1924-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le cinéma italien connaît un épanouissement qui durera jusqu'au début des années 1980, épanouissement auquel participe toute une génération de cinéastes et d'acteurs qui ont commencé leur carrière entre la toute fin des années 1930 et l'immédiat après-guerre. Parmi les nombreux comédiens qui font alors leurs débuts à l'écran, dix à douze d'entre eux vont devenir de très grandes vedettes. L'un deux, Marcello Mastroianni, l'acteur italien le plus célèbre hors de la Péninsule, a, en quelque sorte, incarné le cinéma italien de l'âge d'or qui va de la Libération au milieu des années 1970.

La filmographie de Marcello Mastroianni apparaît en effet comme un panorama exemplaire et une fresque unique du cinéma italien sur près d'un demi-siècle. Il a tourné avec les plus grands réalisateurs, et il n'est pas genre dans lequel il ne se soit illustré, si ce n'est le « péplum », nonobstant un film d'aventure en costume, et le « western spaghetti » (encore que Touche pas à la femme blanche de Marco Ferreri, 1975, s'y apparente), pas une tendance artistique à laquelle il n'ait participé.

Le jeune premier

Né le 28 septembre 1924 à Fontana Liri, dans les Abruzzes, où son père est menuisier, Marcello Mastrojanni, qui remplacera ultérieurement le « j » initial par un « i », fait son entrée dans le monde du cinéma en tant que figurant, à la fin des années 1930. Il commence à sérieusement s'intéresser à l'art dramatique au lendemain de la guerre alors que, travaillant comme comptable dans une société de production-distribution britannique, l'Eagle Lion, afin de payer ses études en architecture à l'université de Rome, il participe à l'activité d'une troupe de théâtre amateur. Il y est remarqué par un assistant de Luchino Visconti qui l'engage. Sous la direction de celui-ci, il va apprendre le métier et jouer, de 1948 à 1956, dans des pièces de Shakespeare, Goldoni, Alfieri, Tchekhov, Arthur Miller et Tennessee Williams.

Dans le même temps, Marcello Mastroianni progresse dans la carrière cinématographique, où il a fort modestement débuté en 1947 dans I Miserabili (L'Évadé du bagne) de Riccardo Freda. En une huitaine de films tournés en l'espace de deux ans, notamment sous la direction de Luciano Emmer avec lequel il fera cinq films entre 1950 et 1957, il passe des emplois secondaires ou épisodiques aux rôles principaux, et s'impose comme un des jeunes premiers de la décennie, avec, entre autres, Franco Interlenghi, Massimo Serato, Renato Salvatori et Raf Vallone, qu'il va très vite dépasser en popularité. Il incarne alors, principalement dans des comédies, des drames et des mélodrames, de sympathiques et dynamiques jeunes gens, généralement d'origine modeste, pratiquant de tout aussi modestes métiers (chauffeur de taxi, marin pêcheur, etc). Comme victimes d'une « fatalité sociale », ils se voient parfois accusés d'un crime dont ils sont innocents et sont souvent le jouet des femmes, malicieuses dans les films « roses », fatales dans les « noirs ».

Au terme des années 1950, Marcello Mastroianni, dont les personnages, quoique presque toujours issus du peuple, se sont élevés socialement (inspecteur de police, ingénieur agronome, docteur en médecine), est devenu une vedette, grâce à des films tels que Chronache di poveri amanti (Chronique des pauvres amants, 1954) de Carlo Lizzani, Giorni d'amore (Jours d'amour, 1954) de Giuseppe De Santis, et, surtout, Peccato che sia una canaglia (Dommage que tu sois une canaille, 1954) d'Alessandro Blasetti, où il est pour la première fois « opposé » à Sophia Loren, qu'il retrouve dans La Bella mugnaia (Par-dessus les moulins, 1955) de Mario Camerini, et La fortuna di essere donna (La Chance d'être femme, 1955), toujours d'Alessandro Blasetti. En 1957, alors qu'il n'a encore joué que dans des films « légers », il connaît la consécration artistique avec Le notti bianche (Les Nuits blanches, 1957) de son « mentor » Luchino Visconti.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Federico Fellini et Marcello Mastroianni

Federico Fellini et Marcello Mastroianni
Crédits : David Lees/ The LIFE Images Collection/ Getty Images

photographie

La Dolce Vita, F. Fellini

La Dolce Vita, F. Fellini
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  MASTROIANNI MARCELLO (1924-1996)  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'importance des interprètes et le rôle des scénaristes »  : […] On se doute que la comédie italienne est avant tout rendue vivante par ses interprètes. Leurs types ont été décrits par Dino Risi et d'autres réalisateurs. Mais par-delà leurs différences d'origine, les « cinq grands » (Vittorio Gassman, Nino Manfredi, Marcello Mastroianni, Alberto Sordi et Ugo Tognazzi) incarnent chacun un aspect, voire plusieurs, de l'Italien. Rien de moins abstrait que cette […] Lire la suite

EKBERG ANITA (1931-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 335 mots
  •  • 1 média

Actrice italienne d’origine suédoise, Anita Ekberg devint un sex-symbol international grâce à son interprétation d’une star de cinéma américaine à la plastique sculpturale dans le film de Federico Fellini, La Dolce Vita (1960). On garde en mémoire la scène nocturne où elle se baigne dans le bassin de la fontaine de Trevi, vêtue d’une robe du soir noire au décolleté audacieux, et invite le protag […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 773 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le tournant de « La Dolce Vita » »  : […] Grâce à La Dolce Vita (qui obtint la palme d'or au festival de Cannes), Fellini liquide une partie de ses comptes avec son propre passé. À travers une « radiographie » de la société romaine, exécutée sans complaisance mais sans dégoût, on assiste à la première grande « méditation » du cinéaste sur la fuite du temps, la réalité inéluctable de la mort (l'attaque cardiaque du père), la peur d'un ave […] Lire la suite

FELLINI FEDERICO - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 105 mots

20 janvier 1920 Naissance de Federico Fellini à Rimini, dans une modeste famille de la petite bourgeoisie. 1923-1938 Enfance paisible et études très moyennes au collège et au lycée de Rimini. Federico Fellini découvre le cinéma avec Maciste aux enfers , de Brido Grignone (1925) au cinéma Fulgor. Il se passionne pour le dessin, les fumetti (bandes dessinées) et l'histoire de l'art. Il dessine ég […] Lire la suite

HUIT ET DEMI (F. Fellini), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 186 mots

«  8 1/2 est un film aussi important pour la carrière de Fellini que pour notre cinéma », écrivait Alberto Moravia à la sortie du film. Avec Huit et demi ( Otto e mezzo ), en effet, Federico Fellini (1920-1993), qui collabora autrefois avec Roberto Rossellini, rompt définitivement avec le néo-réalisme de ses débuts, qui marquait encore en partie la peinture de la micro-société de La Dolce vita […] Lire la suite

UNE JOURNÉE PARTICULIÈRE, film de Ettore Scola

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 917 mots

Ettore Scola (1931-2016), s'était imposé en 1974 avec Nous nous sommes tant aimés ( C'eravamo tanto amati ), qui relate l'histoire de l'Italie, de l'immédiat après-guerre jusqu'aux années 1975, à travers l'amitié de trois compagnons d'armes de la Résistance. En 1977, il reforme dans Une journée particulière ( Una giornata particolare ) l'un des plus célèbres duos d'acteur italiens, Sophia Loren […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain GAREL, « MASTROIANNI MARCELLO - (1924-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcello-mastroianni/