LIZZANI CARLO (1917-2013)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grande figure de la culture italienne, Carlo Lizzani, né à Rome en 1922, a largement débordé les frontières de son métier de cinéaste. Plusieurs ouvrages l’ont inscrit dans le panorama des témoins privilégiés de l’histoire du xxe siècle : Attraverso il Novecento (1998), Il mio lungo viaggio nel secolo breve (2007), Il giro del mondo in 35 mm (2012). On retiendra aussi sa Storia del cinema italiano (1953), traduite en français en 1955 avec une préface de Georges Sadoul. Lizzani avait une tendance naturelle à jouer les autorités morales, comme on a pu le voir lorsqu’il enseignait au Centro Sperimentale di Cinematografia (1976-1978), dirigeait le festival de Venise (1979-1983) ou présidait l’Associazione Nazionale Autori Cinematografici (1994-2002).

Critique dans les revues Cinema et Bianco e Nero dans les dernières années du fascisme – là où s’élaborait une réflexion sur le cinéma italien qui conduirait au néo-réalisme –, assistant d’Aldo Vergano (Le soleil se lèvera encore, 1946), Giuseppe De Santis (Chasse tragique, 1947 ; Riz amer, 1949), Roberto Rossellini (Allemagne année zéro, 1948), Alberto Lattuada (Le Moulin du Pô, 1949), il débute dans la réalisation avec un documentaire sur l'Italie du Sud (Nel mezzogiorno qualcosa è cambiato, 1950). Il reprend dans son premier long-métrage, Achtung ! Banditi (1951), évocation de la Résistance à Gênes, les leçons des cinéastes avec lesquels il a travaillé. En 1953, avec Dans les faubourgs de la ville (Ai margini della metropoli), inspiré d’un fait divers dramatique, et surtout avec un épisode (L'amore che si paga, sur la prostitution) du film collectif L'Amour à la ville (L'amore in città), il est parmi ceux qui tentent de maintenir la ligne zavattinienne du néo-réalisme, qui transporte la caméra dans les rues.

Mais c'est La Chronique des pauvres amants (Cronache di poveri amanti, 1954) qui lui vaut le grand prix international du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LIZZANI CARLO (1917-2013)  » est également traité dans :

ITALIE - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Dominique FERNANDEZ, 
  • Pierre LAROCHE, 
  • Angélique LEVI, 
  • Jean-Paul MANGANARO, 
  • Philippe RENARD, 
  • Jean-Noël SCHIFANO
  •  • 29 122 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Témoignage et engagement »  : […] On comprend alors que l'une des premières expressions littéraires de la Résistance ait été le récit à la première personne, d'allure fortement autobiographique, correspondant au besoin de raconter une expérience aux dimensions extraordinaires, une aventure. Il peut alors arriver que certains romans ou nouvelles soient de la même veine que d'autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-langue-et-litterature/#i_84194

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « LIZZANI CARLO - (1917-2013) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carlo-lizzani/