VAN HEEMSKERCK MAERTEN (1498-1574)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Principal disciple de Scorel dans l'atelier duquel il séjourne de 1527 à 1529 (auparavant il avait été chez Cornelis Willemsz à Haarlem et chez Jan Lucasz à Delft), Maerten van Heemskerck est, après son maître, le représentant le plus marquant de l'italianisme dans les Pays-Bas du Nord au xvie siècle. Visitant l'Italie (de 1532 à 1536), comme tant d'autres artistes nordiques, il y dessine abondamment d'après l'antique et d'après Michel-Ange, et ses croquis soigneux (notamment deux grands albums de vues romaines, conservés au Staatliche Museen de Berlin) gardent une admirable valeur topographique qui trahit bien l'enthousiasme militant du jeune romaniste. À Michel-Ange il doit peut-être cette passion des anatomies et cette gesticulation poussée jusqu'à l'insoutenable qui donnent à toutes les créations de Heemskerck un si curieux aspect expressionniste en nette surenchère, sinon en complète opposition, avec le romanisme sobre, digne et harmonieux de son maître. Par là, il se rapproche d'autant plus d'un autre Nordique italianisant convaincu qui éprouve la même horreur du vide et tend aux mêmes crispations stylistiques (mais à un degré toujours moindre cependant) : Frans Floris, son exact contemporain à Anvers. Est-ce à dire que nous ne nous abusons pas sur la liberté vraiment créatrice d'un tel expressionnisme ? Ne témoignerait-il pas plutôt d'une sorte d'émouvant et rageur « complexe d'infériorité » devant l'insurpassable Antiquité ? Nous sommes en tout cas très loin du maniérisme, même si nous y confinons en fait par l'étrangeté des résultats stylistiques.

Personnalité très forte et très active, Heemskerck deviendra vite, à son retour d'Italie, l'artiste le plus en vue de Haarlem (il est doyen de la Gilde des peintres en 1540), exécutant d'immenses retables grouillants de personnages tourmentés au modèle exagérément saillant, dans des tons métalliques acides (triptyque de la Crucifixion, cathédrale de Linköping en Suède ; Saint Luc peignant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  VAN HEEMSKERCK MAERTEN (1498-1574)  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre en saint Luc »  : […] Apparue, semble-t-il en Flandres, au xv e  siècle ( Rogier Van der Weyden, Dirk Bouts) et assez répandue jusqu'à la fin du siècle suivant (Niklaus Manuel Deutsch, Jan Gossaert dit Mabuse, Lancelot Blondeel...), la formule de l'autoportrait – réaliste ou symbolique – « en saint Luc peignant la Vierge » constitue une introduction idéale à l'histoire du genre, car son évolution épouse celle du statut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_26643

MANIÉRISME

  • Écrit par 
  • Sylvie BÉGUIN, 
  • Marie-Alice DEBOUT
  •  • 10 194 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Pays-Bas »  : […] Aux Pays-Bas, à partir du retour de Rome, en 1524, de Jan van Scorel, et surtout de celui de Heemskerk, la connaissance directe des expériences italiennes va porter ses fruits. Ces artistes, appelés « romanistes », rapportent le goût de l'antique et les influences conjuguées du premier maniérisme romain et de Michel-Ange. Dès lors le jeu des influences ne cessera de s'enrichir, voire de s'entrecr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manierisme/#i_26643

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener avec Van Eyck sa vie propre : maintenant, au lieu des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_26643

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « VAN HEEMSKERCK MAERTEN - (1498-1574) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maerten-van-heemskerck/