Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LIEN SOCIAL

Ce vocable peut a priori désigner une simple tautologie, à savoir que les hommes se lient entre eux pour constituer une société. D'un point de vue phénoménologique, il n'est pas déplacé d'indiquer que le « nous » est présent dans tout « moi », dans la mesure où le « moi » de l'individu est précisément façonné par l'action des autres dans le processus pluriel de socialisation. C'est la base de l'intersubjectivité décrite par Alfred Schütz (1899-1959), sur laquelle repose le moment situationnel des phénomènes sociaux, l'autre moment, l'institutionnel, constituant le social objectivé (en institutions, précisément). Tout lien social, même le plus élémentaire (entre la mère et son enfant, par exemple), prend son appui sur une situation au sens que lui donne Erving Goffman (ici la coprésence de l'enfant et de sa mère), c'est-à-dire d'environnement spatio-temporel au sein duquel les acteurs sociaux sont à portée perceptive les uns des autres, et un contexte institutionnel (en l'occurrence les dispositifs culturels qui donnent sens au statut de mère dans une société donnée).

Beaucoup de sociologues, notamment certains des « pères fondateurs », se sont interrogés sur la nature des liens sociaux dans divers types de société, ce qu'on a appelé les modes de sociabilité. Ainsi, Durkheim a-t-il distingué entre les sociétés à solidarité mécanique, à faible division du travail, où les individus se distinguent peu les uns des autres (c'est ce qu'on croyait à son époque des sociétés dites alors « primitives ») et les sociétés à solidarité organique, à forte division du travail, dans lesquelles émerge la figure de la personne autonome. Les règles de droit, de répressives deviennent associatives, et l'évolution de type biologique se mue en idéologie du progrès. Le mode de vie urbain, en permettant de conserver l'anonymat au sein de foules étendues, devient un cadre de liberté : c'est ainsi que Max Weber affirmera que « Stadtluft macht frei » (« l'air de la ville rend libre »).

Un autre sociologue renommé, Ferdinand Tönnies (1855-1936), proposera une distinction entre Gemeinschaft (« communauté ») et Gesellschaft (« société »). Cette distinction se réfère aux différents types de relations supposées caractéristiques, respectivement des sociétés faiblement peuplées et de celles qui le sont fortement. Dans les premières, dont les populations sont relativement immobiles, le statut des membres est prescrit par l'ensemble du « nous », et la famille et la religion jouent un rôle important en maintenant un corpus défini de croyances, tandis que se développent des liens émotionnels et de coopération. Le village et les regroupements de faible étendue sont caractérisés par des relations de type communautaire, lesquelles se dissolvent en relations impersonnelles et contractuelles lorsque la division du travail se complexifie, ce qui mène à des villes et des organisations à grande échelle où prévalent des formes sociales de type sociétaire. On retrouve ici le schéma du passage d'une espèce de solidarité à l'autre chez Durkheim. De nos jours, le thème de la « communauté » fait florès, en liaison avec la volonté d'affirmation de groupements considérés au départ comme marginaux : minorités « ethniques », sexuelles, religieuses, etc. Les liens qui se tissent entre les membres de ses regroupements se réclament de particularités revendiquées comme telles, et prétendent primer sur l'égalitarisme censé devoir prévaloir dans l'espace public national.

Pour de nombreux auteurs, la notion de lien social prend une acception plus politique : « Utiliser l'expression de lien social renvoie à l'énonciation d'une formule désignant un état des rapports sociaux[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

    • Écrit par Julien BONHOMME
    • 4 200 mots
    Dans un registre similaire, Elinor Ochs et Carolyn Taylor ont mis en lumière l’idéologie langagière qui sous-tend les discussions familiales à table au sein de la classe moyenne américaine à la fin des années 1980. Ces conversations représentent l’une des principales occasions au cours desquelles les...
  • BASSE POLITIQUE, HAUTE POLICE (H. L'Heuillet) - Fiche de lecture

    • Écrit par Francis WYBRANDS
    • 969 mots

    Si la police, à la fois honnie et désirée, omniprésente dans le quotidien des cités modernes, a si peu été interrogée quant à son statut historique et philosophique, cela tient aux difficultés d'en dégager l'essence. Identifiée aux formes de l'État, son essence se dissout...

  • COMMUNAUTÉ

    • Écrit par Stéphanie MOREL
    • 1 420 mots
    ...la division du travail social et qui, en juxtaposant les individus les uns à côté des autres, ne contribue point à l'unité du corps social. La problématique du lien social s'est donc imposée au moment de la construction et du développement des États-nations, symbolisant le passage d'une société...
  • DIASPORAS URBAINES

    • Écrit par Anne-Christine TRÉMON
    • 1 588 mots
    • 1 média

    Ce qui caractérise la ville – coprésence d’étrangers, effervescence de la vie sociale, intensité des relations avec d’autres localités – tient, entre autres, à la présence de diasporas.

    Dès l’apparition des premières villes, des communautés de marchands forment des réseaux interconnectés...

  • Afficher les 18 références

Voir aussi