TÖNNIES FERDINAND (1855-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sociologue allemand, à la mémoire duquel reste attachée la célèbre distinction entre communauté (Gemeinschaft) et société (Gesellschaft). Après avoir étudié à l'université de Strasbourg et obtenu le doctorat de philologie à Tübingen (1877), Ferdinand Tönnies s'orienta vers la philosophie politique et la philosophie sociale (Londres, Berlin, Kiel). Il devint président de la société allemande de sociologie (Deutsche Gesellschaft für Soziologie, 1909) avec Werner Sombart et Max Weber. En 1933, son opposition au national-socialisme lui valut d'être déchu de la dignité de professeur émérite (emeritus). Il fut l'élève du logicien Kuno Fischer, d'Adolphe Schmidt, pour l'histoire de la philosophie, et surtout de Friedrich Paulsen, qui lui fit connaître Hobbes (Hobbes Leben und Lehre, 1896), Spinoza et Marx. C'est tardivement, seulement en 1912, avec la troisième édition de son ouvrage Communauté et société (Gemeinschaft und Gesellschaft, 1887), que l'importance de Tönnies comme sociologue fut reconnue.

Les concepts de communauté et de société reposent, pour lui, sur un fondement psychologique, sur la reconnaissance de deux formes de la volonté humaine : la volonté organique et la volonté réfléchie ou rationnelle, la première, dépendant de la vie végétative, se manifeste par le plaisir, l'habitude et la mémoire ; la seconde, pur « produit de la pensée » (Gedankenprodukt) dirigée vers l'extériorisation de l'être, se manifeste par la réflexion et la décision. La communauté naît à partir de la famille (l'économie communautaire est une économie domestique dont l'unité est la maison rurale) ; c'est un milieu dans lequel la morale s'exprime spontanément par les liens profonds du sang, de l'amitié et de la foi, intensément vécus et ressentis. Dans la société, au contraire, biens et individus sont « organiquement séparés » ; l'échange est le seul contenu de la vie sociale, manifesté par le contrat, qui est une relation de type externe et conventionnel. Tandis que, à partir des mêmes concepts, Durkheim (voir De la division du travail social) aboutit à des conclusions diamétralement opposées, il est clair, pour Tönnies, que la morale est appelée à se dissoudre dans la société : « La grande ville et la société en général représentent la corruption et la mort du peuple. »

Les concepts de Gemeinschaft et de Gesellschaft sont cependant étudiés par Tönnies comme des types idéaux et non comme des catégories classificatoires. Les relations qu'ils peuvent recouvrir sont soit des relations de subordination (Henschaft) soit des relations égalitaires (Genossenschaft). Quant aux normes — la coutume (Die Sitte, 1909), aussi bien que l'opinion publique (Kritik der öffentlichen Meinung, 1922) —, elles contiennent des éléments communautaires et « sociétaux ».

La réflexion de Ferdinand Tönnies devait aboutir à une analyse historique globale de l'évolution de la société contemporaine. Il n'en a livré que des fragments (Geist der Neuzeit, 1935 ; Fortschritt und soziale Entwicklung, 1926).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TÖNNIES FERDINAND (1855-1936)  » est également traité dans :

COMMUNAUTÉ

  • Écrit par 
  • Stéphanie MOREL
  •  • 1 424 mots

Dans le chapitre « Typologie »  : […] L'historien allemand Ferdinand Tönnies a, le premier, proposé une analyse des formes d'appartenance aux groupes et de leurs fondements dans son ouvrage au titre évocateur, Communauté et société (1887). Fondant sa réflexion sur la distinction entre société traditionnelle et société moderne, il oppose la Gemeinschaft à la Gesellschaft. La Gemeinschaft (« communauté ») décrit tout groupement « nat […] Lire la suite

ÉCHANGE

  • Écrit par 
  • Claude MEILLASSOUX
  •  • 3 704 mots

Dans le chapitre « Les sociologues »  : […] Cet aspect social de l'échange est exploité, après Marx, par plusieurs sociologues. Ainsi F.  Tönnies (1887) distingue deux catégories fondamentales de la « sociologie pure » : la communauté ( Gemeinschaft ) et la société ( Gesellschaft ). La première est fondée sur la parenté, le voisinage, l'amitié. La seconde est caractérisée par l'« acte sociétaire type », l'échange, au travers duquel tous le […] Lire la suite

GROUPE SOCIAL

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER, 
  • François CHAZEL
  •  • 11 397 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le manque d'intérêt des sociologues européens pour le groupe primaire »  : […] Au xix e  siècle, la sociologie se préoccupait essentiellement des grands ensembles sociaux (c'est-à-dire, dans la tradition de l'idéalisme allemand, de la société globale, qualifiée tantôt de libérale, tantôt de capitaliste) ou des totalités culturelles. De surcroît, on cherchait à définir l'originalité de la société moderne en la replaçant dans une évolution qui était parfois mal dégagée de la p […] Lire la suite

INDIVIDUATION, sociologie

  • Écrit par 
  • Philippe RIUTORT
  •  • 773 mots

L’individuation constitue l’une des notions clés pour saisir l’ampleur du changement social qui caractérise l’avènement des sociétés industrielles à partir de la fin du xix e  siècle. Chacun à sa manière, les fondateurs de la discipline sociologique ont été confrontés à l’émergence de la notion comme de la réalité historique que représentait l’apparition d’un individu contemporain, progressivement […] Lire la suite

LIEN SOCIAL

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 1 247 mots

Ce vocable peut a priori désigner une simple tautologie, à savoir que les hommes se lient entre eux pour constituer une société. D'un point de vue phénoménologique, il n'est pas déplacé d'indiquer que le « nous » est présent dans tout « moi », dans la mesure où le « moi » de l'individu est précisément façonné par l'action des autres dans le processus pluriel de socialisation. C'est la base de […] Lire la suite

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 867 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le tournant du siècle »  : […] La nature tout humaine de l'organisme social ne peut, en effet, que le différencier de l'organisme biologique dans lequel les parties sont naturellement dépourvues de conscience. On peut, par conséquent, situer dans la même perspective que celle de Worms l'organicisme de F.  Tönnies, celui de Durkheim ou enfin celui auquel recourent de nombreux psychologues sociaux. Si Tönnies reprend l'analogie o […] Lire la suite

SOCIABILITÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 3 847 mots

Dans le chapitre « Sociabilité et société globale »  : […] La grande tradition sociologique, lorsqu'elle a pris en compte la question des formes du lien social, s'est attachée à mettre en relation types de sociabilité et phases historiques, en y ajoutant généralement un système d'évaluation qui s'appuyait sur une philosophie de l'histoire. C'est vrai d' Auguste Comte et de sa division de l'histoire de l'humanité en trois âges. C'est vrai de Karl Marx qui […] Lire la suite

SOCIÉTÉ (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 579 mots

Dans le chapitre « Holisme et individualisme : la problématique de la contrainte »  : […] Mais le moyen le plus pertinent d’échapper au dilemme n’est-il pas de considérer qu’il n’a existé jusqu’à ce jour, avec bien entendu toutes les variations possibles entre eux, que deux grands modèles de sociétés : le modèle holiste et le modèle individualiste  ? C’est le chemin qu’a emprunté l’anthropologue Louis Dumont (1911-1998) qui, après avoir travaillé sur la société indienne des castes, fo […] Lire la suite

SOCIÉTÉ DE MASSE

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 3 716 mots

Dans le chapitre « La communauté et la société »  : […] À la charnière du xix e et du xx e siècle, des théoriciens tels qu' Émile Durkheim, Ferdinand Tönnies ou Max Weber, malgré leurs grandes différences, s'accordent à annoncer la venue d'une société dans laquelle les relations sociales étroites et collectives seraient profondément atteintes. Ils attribuent tous trois cet effritement social tant à la division du travail qu'à l'industrialisation ou à […] Lire la suite

SOCIOLOGIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 6 414 mots

Dans le chapitre « La sociologie allemande naissante »  : […] Au seuil du xx e  siècle, la sociologie allemande n'est pas plus homogène qu'en France. Parmi les hérauts d'une discipline aux frontières encore incertaines figure d'abord Ferdinand Tönnies, le premier président de la société allemande de sociologie, en 1909. Bien qu'il ne bénéficie que d'une reconnaissance tardive, son maître ouvrage, Communauté et société , (1887) marquera fortement de son empre […] Lire la suite

Pour citer l’article

François VIEILLESCAZES, « TÖNNIES FERDINAND - (1855-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-tonnies/