STUMPF CARL (1848-1936)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un des fondateurs de la psychologie de la forme, théorie qu'il appliqua, en particulier, à l'étude de la musique. Né dans une famille de médecins, Carl Stumpf s'oriente très tôt vers des préoccupations scientifiques, mais s'intéresse aussi beaucoup à la musique. À sept ans, il étudie le violon et compose à dix ans. Il fait des études à l'université de Würzburg, où il fréquente les cours de Brentano, qui a une grande influence sur lui. Tout en se consacrant à la philosophie et à la science, Stumpf s'intéresse de plus en plus à la psychologie. Il passe son doctorat en 1868. Après avoir occupé divers postes d'enseignement, il est nommé professeur de psychologie à Berlin, où il contribue à l'essor du laboratoire. À Berlin, Stumpf eut notamment comme étudiants M. Wertheimer, W. Köhler et K. Koffka. Ses premiers écrits portent sur la perception de l'espace, mais son œuvre principale est consacrée à la psychologie de l'audition et à la musique. En 1883 et 1890 paraissent les deux volumes de sa Psychologie du son (Tonpsychologie). On peut dire que Stumpf a inauguré l'étude expérimentale de la musique.

Comme W. Wundt, il veut faire de la psychologie une science. Comme lui, il utilise l'introspection comme méthode : toutefois, sous l'influence de Brentano, il veut rendre celle-ci moins analytique et l'appuyer par des observations empiriques. Il eut d'ailleurs avec Wundt une polémique sur cette question. Stumpf s'oppose à Wundt sur un point capital en affirmant que l'objet de la psychologie est d'étudier non les contenus de conscience, mais les actes et les processus mentaux. En cela, il rejoint la position de Brentano.

Son œuvre, tout en ayant moins d'influence que celle de Wundt, constitua, avec celle de Brentano, une étape de transition entre, d'une part, la psychologie structuraliste de l'école de Leipzig et, d'autre part, la psychologie de la forme et la phénoménologie ; on peut voir ce lien dans la première partie des Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps (Vorlesungen zur Phänomenologie des inneren Zeitbewusstseins, 1928) de Husserl.

—  Pierre LECOCQ

Écrit par :

  • : ancien professeur de psychologie comportementale à l'université de Lille-III

Classification


Autres références

«  STUMPF CARL (1848-1936)  » est également traité dans :

GESTALTISME

  • Écrit par 
  • Georges THINÈS
  •  • 6 595 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La phénoménologie de Carl Stumpf »  : […] Carl Stumpf propose d'appliquer la dénomination de phénoménologie à l'étude des phénomènes physiques tels que les psychologues les appréhendent par le biais des sensations. L'origine de la Tonpsychologie (2 vol., 1883-1890) se trouve dans les intérêts musicaux de Stumpf ; c'est une œuvre expérimentale, mais son orientation est phénoménologique. Aussi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestaltisme/#i_30874

HORNBOSTEL ERICH MORITZ VON (1877-1935)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 444 mots

Le musicologue et ethnologue autrichien Erich Moritz von Hornbostel, né le 25 février 1877 à Vienne, grandit dans un foyer où la musique règne en maître et y étudie le piano, l'harmonie et le contrepoint. Même si, au sortir de l'école, il est considéré comme un musicien et un compositeur de talent, il s'oriente vers les sciences naturelles et la philosophie, qu'il étudie à l'université d'Heidelbe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erich-moritz-von-hornbostel/#i_30874

Pour citer l’article

Pierre LECOCQ, « STUMPF CARL - (1848-1936) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carl-stumpf/