SYR-DARIA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des montagnes du Tian Shan, au Kirghizstan, à la mer d'Aral, le plus long des fleuves de l'Asie centrale, le Syr-Daria, mesure 3 020 kilomètres, s'il est tenu compte de la plus longue des deux branches maîtresses qui lui donnent naissance, la Naryn ; la longueur du cours est ramenée à 2 212 kilomètres lorsqu'elle n'est comptée qu'à partir de la confluence de la Naryn et du Kara-Daria. Le Syr-Daria traverse l'Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kazakhstan. Le bassin du fleuve s'étend sur 462 000 kilomètres carrés. Mais seule la partie montagneuse du bassin (150 000 km2) contribue à l'alimentation du fleuve ; son débit s'appauvrit régulièrement du fait de l'évaporation, de l'infiltration et des prélèvements opérés par l'irrigation dans la partie aval du bassin, sur laquelle règne un climat de nuance aride.

Longue de 800 kilomètres, la Naryn draine un bassin de 219 000 kilomètres carrés étendu à la surface de montagnes, d'une altitude supérieure à 4 000 mètres, qui renferment de nombreux lacs d'origine glaciaire. L'autre branche maîtresse du Syr-Daria, le Kara-Daria, rassemble les eaux du Tar et du Kourchab venues de montagnes s'élevant, elles aussi, à plus de 4 000 mètres. Fleuve de plaine dès la jonction de ces deux branches maîtresses, le Syr-Daria reçoit à la traversée de la dépression de la Fergana de nombreux affluents : l'Isfaïram, le Charimardan, le Sokh, l'Isfara, la Khodja-Bakirgan en rive gauche ; le Kassanssaï et la Gavassaï en rive droite ; certains de ces torrents, descendus des montagnes bordières, se perdent par infiltrations à la surface du cône de déjection qu'ils ont construit à leur entrée dans la plaine, et, appauvris par les prélèvement pour l'irrigation, ne parviennent plus à rejoindre le cours du Syr-Daria. Le fleuve quitte la Fergana en franchissant, par un étroit goulet, la chaîne (Mogoltaou) qui en ferme l'accès, et occupe une ample vallée qui longe à distance le piémont des montagnes des Tian Shan, puis de la chaîne de Karataou. Il reçoit ses derniers affluents : l'Angren, le Tchirtchik, le Keless et l'Arys ; ils ne lui apportent que peu d'eau, celle qu'ils roulent étant utilisée pour les besoins de l'irrigation du piémont qu'ils traversent avant de parvenir au collecteur principal. En aval de Tchardara, celui-ci pénètre dans les sables du désert de Kyzyl-Koum, et se divise alors en bras multiples au tracé changeant avant de construire, au débouché dans la mer d'Aral, un delta.

Fortement influencé par les branches d'amont, le régime de l'écoulement se prête au développement des irrigations, le fleuve étant bien alimenté durant tout le semestre chaud. À l'entrée, dans la plaine de Fergana, la Naryn apporte 77 p. 100 et le Kara-Daria 23 p. 100 des eaux ; la fonte des neiges entraîne dès la mi-mars, la montée du débit, qui reste abondant jusqu'à la mi-septembre, et la période d'étiage se prolonge de la fin octobre à la fin février. De 570 mètres cubes par seconde à la sortie de la plaine de Fergana, le débit moyen du fleuve s'élève à 730 mètres cubes par seconde après la confluence du Tchirtchik ; il s'appauvrit régulièrement vers l'aval pour n'être plus que de 490 mètres cubes par seconde à Kazalinsk et de 430 mètres cubes par seconde à la tête du delta. À raison de 2 kilogrammes de matières solides par mètre cube d'eau, le Syr-Daria transporte chaque année une charge de 21 millions de tonnes de débris solides et de 6 millions de tonnes de substances dissoutes au niveau de la station de Kazalinsk.

Le fleuve est pris par les glaces du début de décembre à la fin de mars dans la partie aval de son cours, et libre tout au long de l'année à la traversée de la plaine de Fergana ; équipé au xixe siècle pour la navigation par les Russes, il a servi d'auxiliaire à leur progression. Le Syr-Daria et ses affluents servent avant tout au développement des irrigations dans la plaine de la Fergana, sur le piémont des Tian Shan et dans la steppe de la Faim ; l'aménagement des barrages de retenue de Farkhad, de Kaïrakkoum et de Tchardara a permis d'accroître considérablement la superficie consacrée à la culture irriguée du cotonnier et du [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SYR-DARIA  » est également traité dans :

ARAL MER D'

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  • , Universalis
  •  • 2 362 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire contemporaine »  : […] Située au cœur de l'Asie centrale, dans une région au climat hostile, la « mer » d'Aral inquiète de plus en plus en raison de la diminution considérable de sa superficie et de son volume depuis une cinquantaine d'année. Cette évolution est principalement due au détournement à des fins d'irrigation (principalement pour la culture du coton) des eaux du Syr-Daria et de l'Amou-Daria, qui se jettent […] Lire la suite

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les chasseurs-cueilleurs du Paléolithique au Mésolithique »  : […] Les vestiges humains les plus anciens de l'Asie centrale (Paléolithique inférieur) ont été découverts au Tadjikistan dans des couches de lœss. Ils sont datés par les archéologues de plus de 300 000 ans avant notre ère. L' industrie lithique sur galets est bien représentée sur des sites comme Lakhuti I et Karatau. Sur ce dernier, des os de cerfs et de gazelles ont pu être recueillis. Quelques palé […] Lire la suite

FERGANA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 403 mots

La dépression intramontagnarde de Fergana occupe 22 000 kilomètres carrés, dont 17 000 appartiennent à l'Ouzbékistan, le reste étant partagé de manière à peu près égale entre le Tadjikistan et le Kirghizstan. Dominée de tous côtés par de très hautes montagnes atteignant 4 000 mètres au nord et à l'est et 7 000 mètres au sud, la plaine de Fergana (300 km de longueur, 100 km de largeur) doit son exi […] Lire la suite

KIRGHIZSTAN

  • Écrit par 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 515 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un pays montagnard, écartelé et enclavé »  : […] République d'Asie centrale, le Kirghizstan est un pays enclavé entre le Kazakhstan, au nord, l'Ouzbékistan, à l'ouest, le Tadjikistan, au sud, et la Chine, à l'est. Son territoire, formé dans le cadre de la politique soviétique d'aménagement conduite dans les années 1920 et 1930, présente une forme allongée et appendiculaire, quoique la petite exclave de Barak (en territoire ouzbékistanais) et le […] Lire la suite

OUZBÉKISTAN

  • Écrit par 
  • Edward ALLWORTH, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Julien THOREZ, 
  • Anne TOURNEVILLE
  • , Universalis
  •  • 7 650 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Oasis, déserts et montagnes »  : […] Bordé par le Turkménistan, au sud-ouest, le Kazakhstan, au nord, le Kirghizstan et le Tadjikistan, à l'est, et par l'Afghanistan, au sud, l'Ouzbékistan est un pays enclavé au cœur du continent asiatique. Son territoire, délimité dans les années 1920 et 1930 dans le cadre de l'URSS, s'étend sur 447 400 kilomètres carrés. Sa forme est allongée – 1 400 kilomètres d'ouest en est contre 900 kilomètres […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « SYR-DARIA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/syr-daria/