JUPITER, planète

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La magnétosphère et les émissions radioélectriques

C'est en 1955, quand les radiotélescopes permirent de découvrir que Jupiter était une source extrêmement puissante d'ondes radio, qu'on eut pour la première fois la preuve qu'une planète autre que la Terre possédait un champ magnétique. Les caractéristiques de ce champ, et celles de la magnétosphère qui en est une conséquence, sont aujourd'hui assez bien connues grâce, d'une part, aux observations radioastronomiques menées depuis la Terre, d'autre part, aux mesures effectuées dans l'environnement de la planète géante par les sondes Pioneer, Voyager, Ulysses et Galileo.

Le champ magnétique de Jupiter est en première approximation celui d'un dipôle dont l'axe est incliné de 11 degrés sur l'axe de rotation, et légèrement excentré (il passe à 0,1 rayon jovien du centre de la planète). Il en résulte que l'intensité du champ magnétique à la surface est loin d'être uniforme et, en particulier, n'est pas la même dans l'hémisphère Nord et dans l'hémisphère Sud, et que l'équateur magnétique ne coïncide pas avec le plan équatorial de Jupiter. Le moment de ce dipôle est cent cinquante fois plus intense que celui du dipôle terrestre ; le rayon de Jupiter étant douze fois supérieur au rayon de la Terre, l'intensité moyenne du champ dans les régions équatoriales proches de la planète est de l'ordre de 4 . 10—4 tesla, nettement supérieure donc au champ qui règne à la surface de notre planète.

Bien que les champs magnétiques terrestre et jovien soient tous deux des champs dipolaires, la magnétosphère de Jupiter est assez différente de celle de la Terre. Tout d'abord, le champ magnétique de Jupiter est beaucoup plus intense que celui de la Terre ; par ailleurs, la densité – donc la pression – du vent solaire est environ vingt-cinq fois plus faible au niveau de l'orbite de Jupiter qu'au niveau de l'orbite de la Terre. Il en résulte que la magnétosphère jovienne est environ cent fois plus étendue que la magnétosphère terrestre : si sa surface était lumineuse, elle serait vue de la Terre comme un astre de dimension supérieure à la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages

Médias de l’article

Jupiter : structure de la haute atmosphère

Jupiter : structure de la haute atmosphère
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Voyager

Voyager
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Jupiter

Jupiter
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Planètes géantes

Planètes géantes
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Afficher les 60 médias de l'article


Écrit par :

  • : astronome titulaire à l'Observatoire de la Côte d'Azur
  • : professeur de classe exceptionnelle à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : directeur de recherche au C.N.R.S., astronome à l'Observatoire de Meudon
  • : docteur ès sciences, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : professeur de géologie à l'École normale supérieure de Lyon

Classification

Autres références

«  JUPITER, planète  » est également traité dans :

EXPLORATION DES PLANÈTES GÉANTES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 867 mots

Janvier 1610 Galilée découvre les quatre plus gros satellites de Jupiter, qu'il nomme « astres médicéens », et que nous appelons aujourd'hui satellites galiléens : il s'agit de Io, Europe, Ganymède et Callisto.1656 Christiaa […] Lire la suite

SURVOL DE JUPITER PAR LES SONDES VOYAGER

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 208 mots
  •  • 1 média

Lancées en 1977, les deux sondes spatiales Voyager de la N.A.S.A. survolent Jupiter en 1979 : Voyager-1 le 5 mars, Voyager-2 le 9 juillet, à des distances minimales de 206 700 kilomètres et 570 000 kilomètres du sommet des nuages, respectivement. Mettant à profit le champ gravitationnel de la planète géante, les sondes se dirigeront ensuite vers […] Lire la suite

ASTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Christiane FROESCHLÉ, 
  • Claude FROESCHLÉ, 
  • Patrick MICHEL
  •  • 10 663 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Origine des astéroïdes »  : […] En ce qui concerne l'origine des astéroïdes, on doit tenir compte, d'une part, du fait que la masse concentrée dans la ceinture principale est très faible et bien inférieure à celle de toutes les planètes, d'autre part, que, grâce à la configuration de leurs orbites, les astéroïdes peuvent subir des collisions destructives, transformant graduellement la population de la ceinture principale en pou […] Lire la suite

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Le rapport planète-signe avant Ptolémée »  : […] Les luminaires ont certainement constitué le noyau d'un premier stade astrologique. Ce n'est que dans un deuxième temps qu'on a élaboré une astrologie incluant des astres moins présents. Or il nous apparaît que, dans l'arsenal astrologique, cette dualité n'a jamais tout à fait disparu, et que la Lune fait parfois double emploi avec Vénus, ou le Soleil avec Jupiter. Le dispositif de domiciles plané […] Lire la suite

COMÈTES

  • Écrit par 
  • Myriam DÉTRUY
  •  • 4 339 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Histoire et dénomination »  : […] Sur les quelque 5 400 comètes détectées jusqu'à aujourd'hui, celle de Halley restera sans doute la plus marquante de l'histoire. Recensée pour la première fois dans des chroniques chinoises en l'an 239 avant J.-C., elle apparut de nouveau en 1066, ce qui fut interprété par Guillaume le Conquérant comme un bon présage pour envahir l'Angleterre. Elle est d'ailleurs représentée sur la tapisserie de […] Lire la suite

ÉCLIPSES

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 2 370 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Intérêt astronomique des éclipses »  : […] Les éclipses de Soleil et de Lune ont joué un rôle important en astronomie. Aujourd'hui, seules les éclipses de Soleil présentent un intérêt pour les astronomes, car elles permettent d'étudier la couronne solaire. Cependant, des éclipses d'autres corps du système solaire présentent toujours de l'intérêt. Ainsi, les quatre gros satellites de Jupiter découverts par Galilée en 1610 s'éclipsent quand […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 624 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Les planètes géantes »  : […] L'exploration des planètes géantes Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune est d'abord confiée à Pioneer-10 et Pioneer-11, lancées respectivement en 1972 et 1973 ; elles sont suivies, à partir de 1977, par Voyager-1 et Voyager-2, engagées dans un périple dénommé « Grand Tour ». Voyager-1 survole Jupiter en 1979, à la distance minimale de 206 700 kilomètres, et découvre des anneaux trop minces pour êt […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 887 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'espace au service de la connaissance de l'Univers »  : […] Les activités spatiales ont permis de faire dans la connaissance de l'Univers un bond de géant que n'auraient pas permis les seuls télescopes terrestres : cette connaissance a en effet accompli plus de progrès au cours des cinquante premières années de l'ère spatiale qu'au cours des siècles précédents. Près de 200 sondes sont parties en direction de toutes les planètes du système solaire. Certain […] Lire la suite

EXOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • François RAULIN
  •  • 6 924 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De Mars aux planètes extérieures »  : […] Malgré ses dimensions (son diamètre est la moitié environ de celui de la Terre) et son atmosphère très ténue, Mars a souvent été et est encore considérée comme le meilleur site dans le système solaire pour la recherche d'une vie extraterrestre. Dans les années 1860 et 1870, plusieurs astronomes, tels le Britannique William Rutter Dawes et les Italiens Pietro Angelo Secchi et Giovanni Schiaparelli […] Lire la suite

EXPLORATION DU SYSTÈME SOLAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 518 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Jupiter »  : […] Survolée à plusieurs reprises dans les années 1970, la plus grosse planète du système solaire a été la cible de la sonde Galileo, lancée en 1989. En décembre 1995, le module principal fut placé sur son orbite tandis que la sonde d’exploration faisait son entrée dans l’atmosphère jovienne : elle a pénétré jusqu’à 200 kilomètres et transmis des informations pendant 59 minutes avant que l’énorme pres […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 octobre 1989 États-Unis. Lancement de la sonde spatiale Galileo

Jupiter en juillet 1995 et transmettre de précieuses informations sur l'atmosphère de la planète géante – au-dessus de laquelle elle larguera une mini-sonde – et sur ses satellites.  […] Lire la suite

25 août 1989 États-Unis. Survol de Neptune par la sonde Voyager-2

Jupiter en 1979, Saturne en 1981 et Uranus en 1986, parvient, au terme d'un voyage de 4,5 milliards de kilomètres, à moins de cinq mille kilomètres de Neptune, la plus lointaine et la plus mystérieuse planète du système solaire. C'est l'occasion, pour plusieurs centaines de scientifiques du monde entier réunis au Jet Propulsion Laboratory de Pasadena […] Lire la suite

24 janvier 1986 États-Unis. Transmission par la sonde Voyager-2 d'une multitude d'informations sur Uranus

planète Uranus, distante de la Terre de 3 milliards de kilomètres, après avoir visité Jupiter en juillet 1979 et Saturne en août 1981, et avant d'atteindre Neptune en août 1989. La moisson d'informations qu'elle transmet aux chercheurs de Pasadena (Calif.) est considérable et son exploitation demandera plusieurs années : quinze satellites d'Uranus  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BOISCHOT, André BRAHIC, Daniel GAUTIER, Guy ISRAËL, Pierre THOMAS, « JUPITER, planète », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jupiter-planete/