JUDÉO-CHRISTIANISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La théologie judéo-chrétienne

C'est dans le cadre apocalyptique, qui lui est commun avec le judaïsme du temps, que s'inscrit la théologie judéo-chrétienne. Le mystère de la Trinité est exprimé dans des catégories empruntées à l'angélologie ; l'Incarnation est présentée comme la descente cachée du Bien-Aimé à travers les sept cieux et leurs anges ; la descente aux enfers, l'ascension décrivent le mystère du Salut en référence à la cosmologie sacrée ; la croix est par sa matière un signe de puissance, sceptre ou verge, et par sa forme un symbole de l'extension cosmique de l'action du Christ ; l'Église est, comme déjà dans l'Épître aux Éphésiens et dans l'Apocalypse, préexistante dans la pensée de Dieu ; enfin, un règne terrestre du Christ, d'une durée de mille ans, précède le Jugement et la Terre nouvelle.

La structure de l'Église présente aussi des traits particuliers. Une Église locale est gouvernée par un collège de douze presbytres, dont l'un a la prééminence. Cela est attesté par les écrits clémentins et supposé par les Lettres d'Ignace d'Antioche, qui compare les presbytres au sénat des Apôtres. L'Église d'Égypte paraît avoir gardé longtemps cette structure. L'initiation comporte trois degrés : baptême de feu ou exorcisme ; baptême d'eau ; baptême d'Esprit-Saint avec l'onction et le couronnement. Les rites concernant les mourants se sont développés comme en témoignent les lamelles trouvées dans les ossuaires. La mort et la résurrection du Christ sont commémorées le 14 nizan, jour de la Pâque juive, ce qui constitue l'usage quartodéciman. Enfin, on remarquera les tendances ascétiques de l'Église judéo-chrétienne, particulièrement en Syrie, où les ascètes et les vierges occupent dans la communauté un rang privilégié.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  JUDÉO-CHRISTIANISME  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Antiquité païenne et chrétienne  »  : […] L'hostilité aux juifs n'avait pas de caractère systématique dans les empires de l'Antiquité, qui étendaient leur domination sur de multiples peuples aux cultes les plus divers. En Perse, en Grèce ou à Rome, les tensions ne procédaient pas principalement d'une mise en accusation de la religion juive ni d'une volonté de la société dominante de démontrer les erreurs des juifs par rapport à ses propre […] Lire la suite

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Interprétation actuelle »  : […] C'est seulement vers la fin du xix e  siècle que, peu à peu, se dégagea la véritable solution. Elle consistait à revenir à l'interprétation la plus ancienne, en considérant l'ouvrage comme une « apocalypse », qui annonçait l'imminence de la fin des temps et la décrivait selon les méthodes habituelles. Ce qui avait manqué pour aboutir plus tôt à cette solution, c'était la possibilité de trouver des […] Lire la suite

APOCALYPTIQUE & APOCRYPHE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean HADOT, 
  • André PAUL
  •  • 9 980 mots

Dans le chapitre « Importance des apocryphes du Nouveau Testament »  : […] Ces ouvrages, qui semblent en marge des textes chrétiens officiels, sont en réalité d'une extrême importance. D'une manière générale, ils nous permettent de connaître certaines formes du christianisme qui s'écartent réellement du courant majoritaire. C'est le cas en particulier des textes de Nag Hammadi, dont la publication éclaire d'un jour nouveau le monde du gnosticisme, qui nous est surtout co […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un découpage occidental du monde »  : […] La conception habituelle et normative de l'Asie relève d'un découpage du monde, d'origine occidentale, en six continents. Élaborée au xvi e  siècle en fonction de critères topographiques mais aussi socioculturels et politiques, elle est légitimée au cours du xix e  siècle par une approche scientifique qui recourt à la géologie, les continents étant considérés comme d'énormes masses terrestres di […] Lire la suite

BARNABÉ ÉPÎTRE DE

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 263 mots

Traité chrétien classé parmi les écrits des Pères apostoliques, l' Épître de Barnabé date du ii e siècle. Cet ouvrage, faussement attribué par la Tradition à Barnabé, le collaborateur de Paul, a été tenu jusqu'au iv e siècle pour un écrit inspiré. Eusèbe de Césarée, le premier, le range au nombre des livres contestés et Jérôme le considère comme apocryphe. L'usage que l'auteur fait de l'interpr […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 419 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'Église de Jérusalem »  : […] Le mot « église » (en hébreu qahal ) désigne dans l'Ancien Testament le peuple de Dieu rassemblé dans le désert après l'Exode et, dans le Nouveau Testament, le nouvel Israël. Cette Église, au jour de la Pentecôte de l'an 30, est constituée par un petit groupe d'hommes et de femmes qui ont vécu avec Jésus durant les trois années de sa vie publique, qui ont été les témoins de sa passion, de sa résu […] Lire la suite

CÉRINTHE (fin Ier s.)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 123 mots

Hérétique judéo-chrétien qui aurait enseigné en Asie Mineure à la fin du i er siècle. Autant qu'on puisse la reconstituer, la théologie de Cérinthe est une forme de l'hétérodoxie judéo-chrétienne d'Asie Mineure, que déjà combat saint Jean, et elle reflète le dualisme courant à cette époque et dans ces milieux : le monde est l'œuvre d'une puissance étrangère au Dieu suprême, le Dieu inconnu ; Jésu […] Lire la suite

CHARITÉ

  • Écrit par 
  • Michel MESLIN
  •  • 1 018 mots

Le terme français « charité », dans son usage courant, ne recouvre pas toutes les significations du concept. Il provient du latin caritas , qui désigne un amour d'affection, de tendresse, de bienveillance dans les relations sociales, et il s'oppose à amor , l'amour passion. La charité, fondée sur l'amour de Dieu, est ouverture à l'autre jusqu'à l'oubli de soi. Dans l'Antiquité classique, les sto […] Lire la suite

CLÉMENT DE ROME (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 966 mots

Troisième évêque de Rome après saint Pierre (selon Irénée, Adversus haereses , III, iii ), ayant détenu la charge épiscopale de 92 à 101 (selon Eusèbe). Origène et saint Jérôme ont vu en Clément de Rome, sans beaucoup de vraisemblance, le disciple de saint Paul mentionné dans l'Épître aux Philippiens ( iv , 3). On ne saurait non plus l'identifier avec le consul T. Flavius Clemens, exécuté sur l'or […] Lire la suite

DANIÉLOU JEAN (1905-1974)

  • Écrit par 
  • Henri Irénée MARROU
  •  • 1 037 mots

Homme d'Église, homme d'action, mais aussi agrégé de l'Université et docteur ès lettres, Jean Daniélou a réalisé une œuvre scientifique considérable. Il a été l'un des premiers et principaux artisans du renouveau des études patristiques. En 1942, en pleine guerre, il fonde, avec son aîné le père Henri de Lubac, la collection Sources chrétiennes (éditions de textes patristiques, accompagnées de tra […] Lire la suite

ÉBIONITES

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 347 mots

Terme qui dérive de l'hébreu ebion (« pauvre ») et qui désigne les membres d'une secte judéo-chrétienne issue de la première communauté chrétienne de Jérusalem, réfugiée en Transjordanie en 66-67. Plutôt qu'une secte historiquement et doctrinalement bien définie, on doit voir en elle un mouvement qui, sous la pression d'influences diverses (syncrétisme, essénisme, gnosticisme, christianisme), se […] Lire la suite

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Gnose et gnosticisme »  : […] On comprend maintenant pourquoi il faut distinguer gnose et gnosticisme. La gnose, orthodoxe aussi bien que gnostique, celle d'Origène comme celle de Valentin, semble correspondre à une tendance ésotérique du judaïsme tardif, qui s'est prolongée dans le judéo-christianisme et dans le christianisme. Un des intérêts des recherches contemporaines sur le gnosticisme a été de montrer l'importance de c […] Lire la suite

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « L'influence de Harnack »  : […] Malgré ces oppositions, le maître de Berlin eut une énorme influence, moins par ses thèses que par la quantité et la qualité de ses travaux d'érudition. La grande collection des Texte und Untersuchungen et les ouvrages édités dans les Griechischen christlichen Schriftsteller constituent un ensemble indispensable pour qui entreprend un travail scientifique sur l'histoire du christianisme. Quant au […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 321 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le sacré »  : […] On imagine alors que, quelque jour, la violence ou le terrorisme ne tiennent lieu de sacré, ou ne s'identifient avec lui. De tout temps, le rapport de l'homme au sacré fut ambigu. Disons mieux : le terme s'applique à deux types fort différents d'expériences. Il signifie, d'une part, le lien qui rattache l'homme à la nature cosmo-vitale. Sous cette forme, célébrée par bien des mythes, le sacré apai […] Lire la suite

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Élaboration sociopolitique »  : […] Si c'est tout cet ensemble de figures et de représentations qu'il convient d'avoir présent à l'esprit lorsqu'on parle du messianisme en sa figure originaire et paradigmatique qui, judéo-biblique, est donc historico-religieuse, il n'a pas manqué d'interprètes pour en exemplifier quasi exclusivement la version proprement politique et belliqueuse : résistance à l'oppression, révolte et sédition, sur […] Lire la suite

JULES ISAAC (A. Kaspi) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 049 mots

« Vraiment, je ne suis pas étiquetable », estimait Jules Isaac (1877-1963) au terme d'une existence tout entière traversée par « la passion de la vérité ». L'étude (Plon, 2002) qu'André Kaspi a consacrée à l'historien et acteur du rapprochement judéo-chrétien confirme ce jugement, en mettant parfaitement en lumière ce qui le fonde. Le co-auteur d'un célèbre cours d'histoire, que l'on pourrait ran […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Caractéristiques générales »  : […] Les littératures chrétiennes en général, qu'elles soient de langue grecque ou de langue latine, sont des littératures de lutte, lutte contre les païens ou, à l'intérieur du christianisme, lutte contre les hétérodoxes, gnostiques, manichéens, ariens, nestoriens (ou monophysites), pélagiens, donatistes et schismatiques de tout genre. Mais cet aspect semble extrêmement accentué dans la littérature la […] Lire la suite

MANDÉISME

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 842 mots

Dans le chapitre « Textes et doctrines »  : […] La secte mandéenne a été révélée en 1652 par un missionnaire carme, qui décrivait ses membres sous le nom de « chrétiens de saint Jean ». Au cours du xvii e  siècle, de nombreux voyageurs allèrent sur place recueillir des renseignements. Mais la véritable étude scientifique commença seulement au milieu du xix e  siècle, avec la parution d'éditions de textes, de traductions et d'une grammaire de la […] Lire la suite

MANICHÉISME

  • Écrit par 
  • Henri-Charles PUECH
  •  • 15 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines : la vie de Mani »  : […] Le manichéisme tire son nom de celui de son fondateur, Mani, ou Manès, ou aussi Manikhaios, Manichaeus, c'est-à-dire, originellement et en syriaque, Manī ḥayyā , « Mani le Vivant ». Mani est né le 14 avril 216 (8 nisan 527 de l'ère séleucide) en Babylonie, dans un lieu proche de Séleucie-Ctésiphon : d'où l'épithète arabe d' al-Bābilīyu (« le Babylonien ») qui lui est attribuée et ses titres de «  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean DANIÉLOU, « JUDÉO-CHRISTIANISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/judeo-christianisme/