VIVES JUAN LUIS (1492-1540)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Polygraphe de génie, le « Doctor mellifluus » est non seulement l'un des triumvirs de l'humanisme (avec Érasme et Budé), mais encore l'un des philosophes espagnols les plus profonds et aussi les plus engagés politiquement et socialement sous la Renaissance. Adversaire de la scolastique dégénérée, il promeut une logique et une métaphysique nouvelles, nourries d'expérience concrète et sous-tendues par une psychologie originale de l'ingenium et du jugement, qui annonce Bacon et Descartes. Fondateur d'une pédagogie d'avant-garde, il a largement influencé, pendant plusieurs siècles, les théoriciens et les réalisateurs de l'enseignement. Démocrate sincère, il s'est consacré à la réforme sociale et à la cause de la paix, dans des traités d'un grand poids. Bien que d'origine juive, il a écrit une importante apologie du catholicisme, qui a inspiré plusieurs générations de défenseurs de la foi. Prodigieusement érudit, Vives a réussi à définir et à diffuser une sagesse à la mesure de la modernité.

Un humaniste chrétien, philosophe social et pacifiste

Né à Valence, d'une famille de conversos (persécutés par l'Inquisition, comme ayant secrètement fait retour au judaïsme), Juan Luis Vives suivit bientôt les cours de la Sorbonne (sous Louis XII) et fut reçu docteur. En 1512, il s'établit à Bruges, grand centre du commerce hispanique en Flandres, et il y épousa une Valencienne. Ami d'Érasme, de Cranevelt, de Budé, de Thomas More, de Damien de Gois et de Wolsey, il professa à Louvain et fut introduit à la cour de Charles Quint, puis à Oxford où il devint précepteur de Marie Tudor, la fille de la reine Catherine d'Aragon.

Mis en pr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  VIVES JUAN LUIS (1492-1540)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'humanisme »  : […] L'Espagne a reçu le souffle novateur de la Renaissance et certaines répercussions de la Réforme, à laquelle elle a résisté. Cela a produit un humanisme espagnol, principalement alimenté par des rapports étroits avec l'Italie. Les historiens, et particulièrement Marcel Bataillon, ont approfondi l'étude de ce vaste remuement de liberté et d'érudition qu'on a en partie résumé sous le nom d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14392

HÔPITAL

  • Écrit par 
  • Robert-Frédéric BRIDGMAN, 
  • Universalis
  •  • 4 223 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les étapes de la laïcisation des hôpitaux »  : […] Face au déclin de Byzance et après l'arrêt de l'expansion islamique, l'Occident chrétien fait montre d'une activité extraordinaire en matière de constructions hospitalières : des milliers d'hôpitaux sont fondés soit à l'initiative des rois et seigneurs, soit à celle des confraternités, corporations et ordres religieux, soit enfin grâce aux municipalités qui se chargent plus spécialement des malad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hopital/#i_14392

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain GUY, « VIVES JUAN LUIS - (1492-1540) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-luis-vives/