VIVES JUAN LUIS (1492-1540)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La rénovation psychologique et pédagogique

Après avoir ainsi taillé dans le vif, Vives recoud sur un patron tout neuf. Il propose une psychologie expérientielle, en rupture complète avec la psychologie métaphysique et substantialiste. Il a, de la sorte, analysé, de façon déjà assez scientifique, la mémoire et l'association des idées, élaboré une curieuse théorie des « anticipations naturelles » et du jugement, qui sera par la suite développée par les Écossais et par l'école catalane du sentit comú ; il a également présenté une interprétation fort personnelle de l'ingenium, c'est-à-dire du talent mental, dont il discerne les variétés (classification reprise plus tard, par Huarte, dans son Examen de ingenios) ; sur un autre plan, il a scruté tout l'éventail des passions et Mme G. Rodis-Lewis a montré que le Traité des passions composé par Descartes devait beaucoup à cette puissante description. Sur de telles bases, Vives a échafaudé toute une réforme de la pédagogie, qui fait l'objet du monumental traité De disciplinis, où se trouvent passées systématiquement en revue toutes les sciences. Prônant la démocratisation de la culture, il a édicté les règles indispensables à la formation des écoles : endroit salubre mais assez austère, relativement isolé et loin des frontières ; bonne alimentation ; professeurs dévoués, convenablement rémunérés ; examens périodiques des aptitudes et des résultats ; expériences variées (leçons de choses, jeux, recyclage) ; enfin effort pour l'apprentissage des langues. On doit pourvoir les femmes d'une éducation intellectuelle et morale très raffinée (Fénelon, Mme de Maintenon et Mme de Rémusat ont conservé les directives de Vives, sur ce point). Les Dialogues, dont la pertinence ne le cède en rien à l'enjouement, sont l'une des sources de Montaigne, des pédagogues anglais comme Ascham et Mulcaster ou Locke, du Tchèque Comenius, des Jésuites et des maîtres de Coïmbre.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  VIVES JUAN LUIS (1492-1540)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'humanisme »  : […] L'Espagne a reçu le souffle novateur de la Renaissance et certaines répercussions de la Réforme, à laquelle elle a résisté. Cela a produit un humanisme espagnol, principalement alimenté par des rapports étroits avec l'Italie. Les historiens, et particulièrement Marcel Bataillon, ont approfondi l'étude de ce vaste remuement de liberté et d'érudition qu'on a en partie résumé sous le nom d' érasmisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-litterature/#i_14392

HÔPITAL (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • Robert-Frédéric BRIDGMAN, 
  • Universalis
  •  • 4 223 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les étapes de la laïcisation des hôpitaux »  : […] Face au déclin de Byzance et après l'arrêt de l'expansion islamique, l'Occident chrétien fait montre d'une activité extraordinaire en matière de constructions hospitalières : des milliers d'hôpitaux sont fondés soit à l'initiative des rois et seigneurs, soit à celle des confraternités, corporations et ordres religieux, soit enfin grâce aux municipalités qui se chargent plus spécialement des malad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hopital-histoire-de-l/#i_14392

Pour citer l’article

Alain GUY, « VIVES JUAN LUIS - (1492-1540) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-luis-vives/