EULER LEONHARD (1707-1783)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Joseph-Louis Lagrange, son émule plus jeune, Leonhard Paul Euler est l'un des deux géants mathématiques qui ont dominé la science du xviiie siècle. Ses travaux, d'une abondance inégalée, couvrent tout le champ des mathématiques, de la mécanique céleste et de la physique de son époque. Il a renouvelé l'articulation entre les secteurs mathématiques, fixé la plupart des notations du calcul infinitésimal que nous utilisons encore, développé la théorie des nombres de Fermat et systématisé la géométrie analytique de Descartes tout en l'étendant du plan à l'espace ; en mécanique et en élasticité, il a été le premier à pouvoir utiliser les développements contemporains de l'analyse (dont beaucoup lui étaient dus) en les conjuguant avec les principes de la physique newtonienne sur des bases théoriques solides.

Éléments biographiques

Né à Bâle d'un père pasteur, Paul Euler (1670-1745), qui avait étudié les mathématiques avec Jacques Bernoulli, le jeune Leonhard Euler, que son père destinait au ministère religieux, reçut une éducation très complète en théologie, langues orientales, médecine, physique, astronomie et mathématiques ; il étudia cette dernière science avec Jean Bernoulli et se lia d'amitié avec les deux fils, Nicolas et Daniel, de son maître. En 1727, il fut attiré à Saint-Pétersbourg par Nicolas et Daniel Bernoulli, pour siéger à l'Académie que l'impératrice Catherine Ire venait de fonder en 1725 ; un poste lui était offert dans la section de médecine et de physiologie. En 1730, il obtenait un poste en philosophie naturelle ; après la mort de Nicolas et le départ pour Bâle de Daniel Bernoulli en 1733, Euler se trouvait le principal mathématicien à Saint-Pétersbourg : il était déjà connu pour de nombreux ouvrages, dont un avait été primé par l'Académie des sciences de Paris en 1724 (sur la théorie des marées, prix partagé avec C. Maclaurin et D. Bernoulli). La perte de son œil droit en 1735 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages





Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., professeur à l'université de Paris-VIII-Denis-Diderot
  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  EULER LEONHARD (1707-1783)  » est également traité dans :

EULER (CONJECTURE D')

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 694 mots

En 1769, le génial mathématicien suisse Leonhard Euler (1707-1783) proposait une conjecture généralisant le dernier théorème de Fermat. En 1966, les informaticiens américains Leon J. Lander et Thomas R. Parkin de la compagnie Aerospace à El Segundo (Californie) utilisèrent un ordinateur pour démontrer qu’elle était fausse.Vers 1630, le magistrat et ma […] Lire la suite

INTRODUCTIO IN ANALYSIN INFINITORUM (L. Euler)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 196 mots

C'est à l'Académie des sciences de Berlin que Leonhard Euler (1707-1783) publie en 1748 le premier des trois grands traités didactiques où il expose sa conception du calcul différentiel et intégral. L'Introductio in analysin infinitorum met au premier plan le concept de fonction défini comme « une expression analytique composée d'u […] Lire la suite

THÉORIE DU MOUVEMENT DES CORPS SOLIDES OU RIGIDES (L. Euler)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 352 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien suisse Leonhard Euler (1707-1783) pose les fondements de la mécanique analytique en publiant en 1765 un volumineux ouvrage de plus de 500 pages titréTheoria motus corporumsolidorumseu […] Lire la suite

AIRE MINIMALE SURFACES D'

  • Écrit par 
  • Cyril ISENBERG
  •  • 3 354 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les surfaces minimales dans l'espace à trois dimensions »  : […] À la fin du xix e  siècle, un petit nombre seulement de problèmes d'aire minimale avaient pu être complètement résolus, en particulier celui de la surface d'aire minimale reliant deux anneaux coaxiaux, perpendiculaires à leur axe commun, et celui de la surface minimale contenue dans un quadrilatère gauche, c'est-à-dire un quadrilatère dont les arêtes ne sont pas toutes dans le même plan. Leonhard […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les deux écoles »  : […] La querelle qui opposa Leibniz et Newton contribua à séparer les mathématiciens du xviii e  siècle en deux camps : les Britanniques, disciples de Newton, qui s'efforcèrent de diffuser et de perfectionner le calcul des fluxions, et les continentaux, fervents admirateurs de Leibniz, qui réussirent à développer considérablement le nouveau calcul suivant les principes et les notations mis au point pa […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Calcul à plusieurs variables

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 5 618 mots

Dans le chapitre « Le formalisme des dérivées partielles »  : […] Avant d'étudier le comportement d'une fonction f  ( x , y ) de deux variables, lorsque x et y varient simultanément et indépendamment , on commence par faire varier x et y successivement. Fixons la valeur de y  : la dérivée de la fonction x ↦ f  ( x , y ), lorsqu'elle existe, s'appelle la dérivée partielle ∂ f /∂ x ( x , y ) de f par rapport à x (à y constant). La notation utilisant le ∂ pour […] Lire la suite

COMBINATOIRE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Dominique FOATA
  •  • 5 830 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Existence et construction de modèles »  : […] Un certain nombre de modèles ont été tout particulièrement étudiés, c'est le cas des carrés latins , sans doute parce qu'un mathématicien célèbre comme Euler fit à leur sujet une conjecture malheureuse et qu'il fallut attendre 177 ans pour prouver son inexactitude. En introduisant des notions comme celle d'orthogonalité, on a pu établir des liens étroits entre les carrés latins et certaines géomé […] Lire la suite

CONVEXITÉ - Ensembles convexes

  • Écrit par 
  • Victor KLEE
  •  • 4 793 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Corps de largeur constante »  : […] Un corps convexe C de R n est dit de largeur constante b si la distance entre n'importe quelle paire d'hyperplans d'appui de C parallèles est constante, égale à b. Contrairement à l'intuition, un tel corps n'est pas nécessairement circulaire (dans le plan) ou sphérique. La définition précédente équivaut à la suivante : C a pour diamètre b et tout ensemble réunion de C et d'un point quelconque de […] Lire la suite

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Couleurs et lumière »  : […] La force scientifique des expériences sur la lumière proposées par Newton dans l' Opticks en 1704 se fondait sur l'inflexible vérité des preuves expérimentales, lesquelles dépendaient pourtant de la précarité même de leurs moyens. L'aspect merveilleux des expériences de Newton résidait dans le fait que la dispersion de la lumière ne conduisait pas seulement à la décomposition du spectre en sept c […] Lire la suite

DEDEKIND RICHARD (1831-1916)

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 2 097 mots

Dans le chapitre « Les « nombres idéaux » »  : […] Euler (1707-1783) le premier s'était enhardi à faire des raisonnements de divisibilité portant sur des nombres qui n'étaient plus des entiers usuels, mais, par exemple, des nombres complexes de la forme m  +  n   – 3 , ( m et n entiers rationnels) ; ces nombres forment un anneau, et Euler admettait sans justification que les lois de l'arithmétique classique (existence de nombres premiers et facto […] Lire la suite

DIOPHANTIENNES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COLLIOT-THÉLÈNE, 
  • Marcel DAVID, 
  • Universalis
  •  • 6 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Surfaces analogues aux courbes de genre 1 »  : […] L'analogue immédiat, du point de vue de la géométrie algébrique, consiste en les surfaces abéliennes (pour lesquelles il est difficile de donner des équations !). Le théorème de A.  Weil (1928) nous renseigne sur les points rationnels, mais on ignore s'il n'y a qu'un nombre fini de points entiers. Un autre analogue consiste en les surfaces non singulières de l'espace ordinaire, de degré 4. Une con […] Lire la suite

EXPONENTIELLE & LOGARITHME

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 278 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Logarithmes complexes »  : […] Les tentatives pour étendre les logarithmes aux nombres négatifs, puis aux nombres complexes, sont à l'origine d'une controverse célèbre qui a opposé, pendant près d'un demi-siècle, les plus grands esprits mathématiques du xviii e  siècle. Jean Bernoulli admettait implicitement l'existence des logarithmes des nombres complexes, par analogie avec le cas réel, et il les introduisait tout naturellem […] Lire la suite

GAMMA FONCTION

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 470 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La formule des compléments »  : […] À partir de (11) et du développement eulérien de sin z   : on obtient l'importante « formule des compléments » due à Euler : Appliquons, par exemple, cette formule pour z  =  it , t réel. On a alors Γ(1 −  it  ) = −  it  Γ(−  it  ) = −  it   Γ( it  ) d'après (10), d'où |Γ( it  )| 2  = π/ t  sh  t . La formule des compléments peut aussi s'obtenir directement, sans utiliser (13), à partir d'une re […] Lire la suite

GAMME

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « Divisions de l'octave en parties égales »  : […] Ni tous les musiciens ni tous les théoriciens ne se montrèrent et ne se montrent encore satisfaits d'un système dans lequel toutes les divisions de l'octave sont égales. Jusqu'à la fin du xviii e  siècle, divers tempéraments furent employés (on appelait tempérament tout système dans lequel on sauvegardait la justesse d'un certain nombre de quintes et de tierces tout en en sacrifiant quelques-unes […] Lire la suite

GOLDBACH CHRISTIAN (1690-1764)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 389 mots

Mathématicien prussien ayant effectué la majeure partie de sa carrière en Russie, connu pour ses travaux en théorie des nombres. Né le 18 mars 1690 à Königsberg en Prusse (actuellement Kaliningrad en Russie), Christian Goldbach était le fils d'un pasteur. Dès 1710, il entreprend ses premiers voyages en Europe, au cours desquels il rencontre les principaux mathématiciens de son temps. En 1725, il e […] Lire la suite

GRAPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Hervé RAYNAUD
  •  • 3 646 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le problème d'Euler »  : […] Ce problème classique de cheminement le long des ponts de Königsberg, ville de l'ancienne Prusse-Orientale, souleva l'intérêt du célèbre mathématicien suisse Leonhard Euler. On parlait alors beaucoup du problème des ponts. Le plan de la ville (aujourd'hui Kaliningrad, en Russie) peut être schématisé comme sur la figure et le problème posé par les oisifs prussiens était le suivant : peut-on se pro […] Lire la suite

LAGRANGE JOSEPH LOUIS (1736-1813)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  • , Universalis
  •  • 1 608 mots

Dans le chapitre « L'œuvre de Lagrange »  : […] Joseph Louis Lagrange appartenait à une famille turinoise originaire de France par les hommes. Les aptitudes scientifiques du jeune Lagrange se révélèrent très tôt et, bien que destiné au barreau, il se tourna à l'âge de dix-sept ans vers l'analyse mathématique. La lecture de l'ouvrage d' Euler sur les isopérimètres le conduisit, dès 1754, à des résultats fondamentaux sur le calcul des variations […] Lire la suite

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'évolution de la logique classique »  : […] La plupart des écrits de Leibniz, notamment ceux de logique, n'ont été publiés que tardivement et progressivement. Le peu qu'on en connaissait n'a donc eu qu'une influence limitée. Ainsi, quand le mathématicien Leonhard Euler imagina la représentation des syllogismes par des combinaisons de cercles, il ne se doutait pas que Leibniz l'avait devancé. Cependant, divers mathématiciens, dans le siècle […] Lire la suite

NOMBRES COMPLEXES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 3 541 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le théorème fondamental de l'algèbre »  : […] Les nombres complexes sont donc apparus très tôt comme le domaine naturel de la théorie des équations algébriques : toute équation algébrique peut être résolue dans ce corps. Plus précisément, le résultat fondamental est le suivant. Si P est un polynôme de degré n à coefficients complexes, il existe n nombres complexes a 1 ,  a 2 , ...,  a n , pas nécessairement distincts, tels que l'on ait iden […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian HOUZEL, Jean ITARD, « EULER LEONHARD - (1707-1783) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonhard-euler/