LAGRANGE JOSEPH LOUIS (1736-1813)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La résolution algébrique des équations

L'année 1771 voit paraître deux mémoires fondamentaux dans l'histoire de l'algèbre, le Mémoire sur la résolution des équations d'Alexandre Vandermonde et le mémoire de Lagrange déjà cité ci-dessus. Si le travail de Vandermonde va parfois plus loin que celui de son contemporain, il est souvent obscur, alors que la clarté de formulation et d'analyse du mémoire de Lagrange en fait un texte capital qui allait inspirer les recherches d'Abel et de Galois.

Lagrange inaugure une méthode critique cherchant à comprendre et à dégager ce qu'il appelle la « métaphysique », et qu'on appellerait la structure, de la résolution des équations par radicaux. À partir d'une étude du troisième et du quatrième degré, il est en mesure d'expliquer les raisons des succès obtenus dans ces deux cas et les échecs rencontrés dans le cas général. Indiquons les principales étapes de son analyse, Soit :

une équation du troisième degré dont les racines sont x1, x2, x3. Au moyen de la transformation :
on obtient la réduite :
dont les racines sont de la forme :
ε étant une racine cubique de l'unité. Lagrange remarque que la connaissance des nombres de ce type, appelés actuellement résolvantes de Lagrange, est équivalente à la connaissance des racines de l'équation initiale. Le succès de la résolution par radicaux s'explique ici, car la réduite se ramène au second degré en posant z = y3, ce qui est lié au fait que la fonction :
ne peut prendre que deux valeurs distinctes quand on permute les racines de toutes les manières possibles. Ces résultats conduisent Lagrange, pour une équation de degré n, à étudier le nombre s de valeurs distinctes que peut prendre une fonction rationnelle :
des n racines de l'équation. Par des raisonnements qui anticipent ce que sera la théorie des groupes, il montre par exemple que s est toujours un diviseur de n ; le raisonnement utilisé ici n'est autre que celui qui, de nos jours, montre que, dans un groupe fini, le nombre d'éléments d'un sous-groupe est toujours un diviseur du nombre d'éléments du groupe et c'est pourquoi on appelle ce dern [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification

Autres références

«  LAGRANGE JOSEPH LOUIS (1736-1813)  » est également traité dans :

RÉFLEXIONS SUR LA RÉSOLUTION ALGÉBRIQUE DES ÉQUATIONS (J. L. Lagrange)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 195 mots

Joseph Louis Lagrange (1736-1813) publie en 1770 les Réflexions sur la résolution algébrique des équations dans les Mémoires de l'Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin, académie où il avait succédé à Leonhard Euler comme directeur des mathé […] Lire la suite

ACTION & RÉACTION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 491 mots

Dans le chapitre « Le principe de moindre action »  : […] L'aire sémantique très large du terme va le conduire, toujours dans le cas de la physique, à d'autres emplois, plus profonds sans doute. « La Nature dans la production de ses effets agit toujours par les moyens les plus simples. [...] Lorsqu'il arrive quelque changement dans la nature, la quantité d'action nécessaire pour ce changement est la plus petite qu'il soit possible. [...] Notre principe […] Lire la suite

ANALYSE MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Jean DIEUDONNÉ
  •  • 8 744 mots

Dans le chapitre « Théorie spectrale et analyse fonctionnelle »  : […] On sait qu'un problème célèbre de mécanique consiste à déterminer les « petites oscillations » au voisinage d'une position d'équilibre d'un système formé d'un nombre fini de solides, donc « à un nombre fini de degrés de liberté » (ce qui signifie que l'état du système est entièrement connu par la donnée d'un nombre fini de paramètres réels q j (1 ≤  j  ≤  n ) qui varient en fonction du temps t ). […] Lire la suite

BESSEL FRIEDRICH (1784-1846)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 502 mots

En 1817, Bessel introduit les fonctions qui porteront son nom et qui s’avéreront indispensables à la description de la propagation des ondes. Né le 22 juillet 1784 à Minden en Westphalie, fils d’un petit fonctionnaire, Friedrich Wilhelm Bessel accomplit un début de scolarité si médiocre au lycée de Minden qu’il quitte l’école à quatorze ans pour travailler comme commis dans une entreprise d’impor […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La théorie des fonctions de Lagrange »  : […] Quant à Lagrange, estimant la méthode des limites entachée d'un recours à la métaphysique et suspectant la rigueur de la méthode des infiniment petits, il s'efforça, dès 1772, de fonder l'analyse sur des méthodes algébriques et en particulier sur l'emploi des développements en séries de Taylor. Ses conceptions furent ultérieurement développées dans sa Théorie des fonctions analytiques (1797) et d […] Lire la suite

DIOPHANTIENNES APPROXIMATIONS

  • Écrit par 
  • Marcel DAVID
  •  • 4 883 mots

Dans le chapitre « Approximations d'un irrationnel. Fractions continuées »  : […] Dans le plan affine d'axes O x , O y , de vecteurs de base OA , OB , soit la demi-droite (OD) d'équation x  = τ y , avec y  ≥ 0 et τ ∈  R . Approcher τ par des rationnels p / q (avec q  >  0) revient à approcher (OD) par des points du réseau de base OA , OB . Un point P( p ,  q ) de ce réseau est un point de voisinage à droite pour (OD) si p / q  >  τ et 0  <   p ′/ q ′ − τ  […] Lire la suite

DIOPHANTIENNES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COLLIOT-THÉLÈNE, 
  • Marcel DAVID, 
  • Universalis
  •  • 6 374 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Généralités sur le second degré »  : […] La résolution en entiers de : équation de conique à coefficients entiers, n'est intéressante que dans les cas parabolique ou hyperbolique. L'étude en a été faite par Euler et Lagrange. Dans le cas elliptique, en effet, il n'y a qu'un nombre fini (éventuellement nul) de solutions, qu'on peut déterminer par essais successifs. C'est ainsi que Gauss a étudié l'équation ax 2  +  by 2  =  m , avec a et […] Lire la suite

ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 5 789 mots

Dans le chapitre « La résolution algébrique des équations »  : […] Par cette expression, on entend traditionnellement la résolution des équations au moyen de radicaux carrés, cubiques, etc. On a vu que sont résolubles par ce procédé les équations de degrés 2, 3 et 4. Après les succès de l'école italienne au xvi e  siècle, les mathématiciens se sont attachés à trouver des formules de résolution analogues pour les degrés suivants, singulièrement pour le cinquième. […] Lire la suite

EULER LEONHARD (1707-1783)

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL, 
  • Jean ITARD
  •  • 2 813 mots

Dans le chapitre « Mathématiques »  : […] Euler est l'auteur de trois grands traités didactiques sur l'analyse infinitésimale, dans lesquels il a exposé sa conception nouvelle du calcul différentiel et intégral et ses rapports avec la géométrie : l' Introductio in analysin infinitorum (1748), les Institutiones calculi differentialis (1755) et les Institutiones calculi integralis (3 vol., 1768-1770). Le premier de ces traités opè […] Lire la suite

FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 46 367 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Subdivisions à pas constant »  : […] Lorsque S est une subdivision de [α, β] à pas constant h  = (β − α)/ n , il est commode d'étudier d'abord le cas où h  = 1 et α = 0, et donc β =  n  − 1 ; le noyau interpolateur s'écrit alors : Pour calculer le polynôme interpolateur L S ( g ), où g est définie sur [0, n  − 1], on introduit l'opérateur de Bernoulli Δ, à savoir l'endomorphisme de C [X] défini par la relation : L'étude de cet endom […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ITARD, « LAGRANGE JOSEPH LOUIS - (1736-1813) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-louis-lagrange/