HUNYADI JÁNOS (1407 env.-1456)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme de guerre hongrois né vers 1407 à Hunyad, en Transylvanie (auj. Hunedoara, Roumanie), mort le 11 août 1456 à Belgrade.

D'origine roumaine, János prend, selon l'usage hongrois, le nom des terres que détient sa famille, appartenant à la petite noblesse. Offrant ses services de chevalier aux membres influents de la classe dirigeante, il s'élève jusqu'à la cour royale. Il accompagne alors le roi à l'étranger, où il étudie l'art militaire.

De retour au pays, Hunyadi est considéré comme le meilleur guerrier du sud de la Hongrie. Il commande 50 à 100 hommes armés contre la poussée turque. Ses victoires attirent l'attention. Alors que les troupes ottomanes occupent la Serbie en 1439, le péril d'une invasion de la Hongrie devient imminent. Hunyadi est alors nommé bán (gouverneur militaire) de Szörény (auj. en Roumanie), district exposé à des assauts continuels. Son succès à ce poste lui apporte rapidement honneurs et avancement. Il est nommé voïvode (gouverneur) de Transylvanie, comte de Temes (auj. Timis, Roumanie), capitaine de Belgrade et chef militaire de tout le système de défense des frontières du sud. Dans les années qui suivent, il repousse les Turcs au-delà des frontières de la Hongrie et même de la Valachie voisine.

À la mort du roi Habsbourg Albert II, également roi de Hongrie, Hunyadi soutient l'élection du jeune roi polonais Ladislas III (Ulászló Ier de Hongrie) dans l'espoir d'obtenir un appui efficace pour lancer une croisade contre les Turcs.

Hunyadi mène une longue campagne contre cet ennemi pendant l'automne et l'hiver 1443-1444. Venise et le Saint-Siège apportent un soutien financier et diplomatique à l'armée d'Hunyadi. La Pologne et d'autres voisins lui envoient des troupes, tandis qu'en Hongrie, le roi lève un impôt extraordinaire pour la croisade. Hunyadi recrute 10 000 à 12 000 soldats. Conscient de l'inefficacité et du manque de fiabilité de l'enrôlement féodal, il est l'un des premiers hommes de guerre européen à recourir à grande échelle à une armée régulière. Après avoir pénétré les terres serbes occupées par les Turcs, son armée dépasse 30 000 hommes. Elle traverse alors le Danube et occupe Niš, Sofia et quelques places-fortes ottomanes. Les troupes d'Hunyadi dispersent l'armée turque et rentrent à Buda en février 1444 après avoir brisé la puissance ottomane en Bosnie, en Herzégovine, en Serbie, en Bulgarie et en Albanie.

Le sultan Murad II demande la paix et conclut une trêve de dix ans. Celle-ci est néanmoins brisée à l'annonce qu'une flotte vénitienne fait voile vers les Dardanelles pour empêcher le sultan de revenir en Europe. En juillet, l'armée hongroise reprend l'offensive pour chasser les dernières troupes ottomanes d'Europe. Les Vénitiens ne parvenant pas à atteindre les Dardanelles, le sultan traverse le détroit et soumet les croisés à Varna le 10 novembre 1444. Le roi Ulászló est tué et Hunyadi s'échappe de justesse.

L'anarchie féodale réapparaît à la mort du roi. En 1446, Hunyadi est donc nommé régent du pays pendant la minorité de Ladislas VI le Posthume (László V en Hongrie). Malgré l'opposition de l'empereur Frédéric III, tuteur du jeune roi, Hunyadi restaure l'ordre et réorganise l'économie, la politique et la base militaire du pays en vue d'une contre-attaque. Mais il est vaincu par l'armée ottomane à Kosovo en 1448. Son influence décline alors en Hongrie, même s'il est nommé capitaine général à la majorité du roi (1453). Il est cependant incapable de contre-attaquer les Turcs et de prévenir la chute de Constantinople en 1453. Quelques années plus tard, le sultan Mehmed II organise une nouvelle offensive et assiège Belgrade en 1456. Hunyadi arme la forteresse de la ville, rassemble une vaste armée de mercenaires rejointe par des paysans mal équipés. Avec l'aide des troupes d'Hunyadi, cette armée peu entraînée remporte une remarquable victoire le 22 janvier 1456. Le siège est levé, et la relève pénètre dans le camp ennemi. Il meurt quelques jours plus tard. Son succès militaire demeure inexploité, mais la Hongrie sera à l'abri de la conquête ottomane pendant soixante-dix ans.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur d'histoire médiévale de la Hongrie à l'université Loránt-Eötvös, Budapest (Hongrie)

Classification

Autres références

«  HUNYADI JÁNOS (1407 env.-1456)  » est également traité dans :

LADISLAS III JAGELLON (1424-1444), roi de Pologne (1434-1444) et de Hongrie (1440-1444)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 319 mots

Roi de Pologne (1434-1444) et de Hongrie (1440-1444), né le 31 octobre 1424 à Cracovie, mort le 10 novembre 1444 à Varna (Bulgarie). À l'âge de 10 ans, Ladislas III Jagellon monte sur le trône de Pologne à la mort de son père, Ladislas II. Pendant les dix années de son règne, la plupart des grandes décisions seront prises ou influencées par son conseiller, Zbigniew Oleśnicki. Évêque de Cracovie […] Lire la suite

LADISLAS V LE POSTHUME (1440 env.-1457) roi de Hongrie (1444-1457) et de Bohême (1453-1457)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 377 mots

Roi de Hongrie (1444-1457) et de Bohême (1453-1457), né le 22 février 1440 à Komárom, en Hongrie (auj. Komarno, Slovaquie), mort le 23 novembre 1457 à Prague, en Bohême (auj. Rép. tchèque). Fils unique de l'empereur germanique Albert II de Habsbourg, également roi de Hongrie et de Bohême, Ladislas naît quatre mois après la mort de son père. La noblesse hongroise choisit dès 1440 le roi de Pologn […] Lire la suite

MATHIAS Ier CORVIN (1443-1490) roi de Hongrie (1458-1490)

  • Écrit par 
  • Lajos ELEKES, 
  • Universalis
  •  • 905 mots

Roi de Hongrie (1458-1490) né le 24 février 1443 à Kolozsvár (Transylvannie ; auj. Cluj, en Roumanie), mort le 6 avril 1490 à Vienne. Mátyás Hunyadi, surnommé Mathias Corvin, est le fils cadet de János Hunyadi. Après la mort de son père (en 1456) et de son frère aîné (en 1457), Mathias hérite de vastes terres. À la mort du roi de Hongrie Ladislas V le Posthume (Habsbourg), la diète générale organ […] Lire la suite

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 954 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'essor des principautés roumaines »  : […] Au xiii e  siècle, la pression hongroise se fait si forte en Transylvanie que les derniers voïvodes roumains ont de plus en plus de mal à défendre leur autonomie. Or, à la même époque, le reflux des hordes tatares rétablit enfin la sécurité dans les plaines danubiennes. Ce double fait explique la redescente d'une partie de la population roumaine de Transylvanie vers le Danube et la mer Noire. Sous […] Lire la suite

VARNA BATAILLE DE (10 nov. 1444)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 380 mots

Victoire turque sur les forces hongroises qui mit un terme aux efforts de l'Europe pour empêcher que Constantinople (aujourd'hui Istanbul) ne tombe aux mains des Turcs et qui permit à l'Empire ottoman d'affermir et d'étendre sa domination dans les Balkans . Au début des années 1440, le roi de Hongrie Ulaszlo I er , qui était aussi roi de Pologne sous le nom de Ladislas III, chercha à organiser une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lajos ELEKES, « HUNYADI JÁNOS (1407 env.-1456) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/janos-hunyadi/