CRACOVIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne capitale du royaume de Pologne et l'une des principales villes de la république de Pologne.

Pologne : carte administrative

Carte : Pologne : carte administrative

Carte administrative de la Pologne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

À une croisée de chemins, la vieille ville de Cracovie se dresse sur la butte rocheuse de Wawel qui surplombe la Vistule à un endroit où le fleuve sinue entre le piémont subcarpatique de Wieliczka et la terminaison du Jura cracovien. Aucune autre ville polonaise ne contient autant de monuments historiques : trente couvents, cinquante-huit églises anciennes, la cathédrale Saint-Wenceslas, lieu du couronnement royal et véritable panthéon national, l'ancien château royal (Wawel). La tradition attribue la fondation de la ville (en polonais Kraków) au légendaire prince Krak (vers 700). Boleslas Ier y fonde un évêché et Cracovie devient la capitale de l'une des principautés constituant la Pologne. Ruinée par l'invasion tartare de 1241, elle est restaurée avec l'aide de colons allemands et reçoit, en 1257, un statut municipal calqué sur celui de Magdebourg (comme nombre de villes d'Europe orientale). C'est Ladislas Ier qui décide, en 1320, d'en faire sa capitale ; dorénavant, elle sera la ville du couronnement et de la sépulture des rois de Pologne. L'Université, la deuxième en date en Europe orientale, après celle de Prague est fondée en 1364 par le roi Casimir le Grand. On l'appelle université Jagellon, depuis que Ladislas II Jagellon l'a transférée dans la paroisse Sainte-Anne. Le plus ancien collège (Collegium Maius) où Copernic fit ses études de 1491 à 1494, est aujourd'hui un musée. Du xive au xviie siècle, l'université de Cracovie fut un des centres majeurs de la vie intellectuelle en Europe orientale. En 1596, après l'incorporation du duché de Mazovie au royaume, Varsovie devient capitale. En 1795, l'Autriche s'empare de Cracovie, lors du troisième partage de la Pologne, mais en 1809, Napoléon l'incorpore au grand-duché de Varsovie. En 1815, Cracovie reçoit le statut de ville libre. À la suite de l'insurrection de 1846, l'Autriche annexe de nouveau la ville avec l'accord de la Russie et de la Prusse. En 1918, la ville fait partie de la nouvelle République. Cracovie a eu beaucoup à souffrir de la Seconde Guerre mondiale. L'Allemand Hans Frank y établit la capitale du gouvernement général ; il envoie les 60 000 Juifs et tout le personnel de l'Université dans les camps d'extermination du Reich. La ville sera libérée le 15 janvier 1945 par l'Armée rouge.

« La plus célèbre des villes polonaises » forme, avec sa cité-satellite industrielle de Nowa-Huta, une agglomération dont la population était de 758 544 habitants en 2002. Son dynamisme est remarquable. C'est à côté de cette vieille capitale provinciale traditionnelle qu'a été créé le premier grand complexe sidérurgique de la Pologne populaire sous le nom de combinat Lénine. La ville elle-même est donc devenue une cité industrielle dynamique (constructions mécaniques, électriques, produits pharmaceutiques, etc.), sans pour autant perdre les fonctions culturelles et artistiques qui ont assuré sa gloire. Grand centre touristique situé dans la région des Tatras, Cracovie joue un rôle essentiel dans le développement économique et social régional et s'affirme comme l'une des villes les plus importantes de la Pologne méridionale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Autres références

«  CRACOVIE  » est également traité dans :

CRACOVIEN JURA

  • Écrit par 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 228 mots

Le plateau de Cracovie-Czȩstochowa ou Jura cracovien (altitude moyenne : 450 mètres) s'étale en une longue échine de Cracovie à Wielun où il s'enfonce progressivement sous les formations quaternaires de la Warta. Les calcaires du Jurassique supérieur dominent les roches plus tendres du Jurassique moyen et du Lias, formant une cuesta dont le front est tourné vers le massif ancien du voussoir silés […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'éclat de la Renaissance »  : […] Le développement économique que l'on constate, de la fin du xv e  siècle jusqu'au début du xvii e , s'est fait en faveur de la noblesse et de la bourgeoisie. La propriété foncière tend à devenir le monopole de la noblesse et du haut clergé ; la bourgeoisie en est écartée, et les tenures des paysans sont incorporées à la réserve seigneuriale, où, surveillés par un faktor ou dwornik , ils sont astre […] Lire la suite

STOSS VEIT (1438 ou 1447-1533)

  • Écrit par 
  • Victor BEYER
  •  • 665 mots

Les origines de Veit Stoss sont obscures, tout comme les conditions de sa formation de sculpteur et de peintre. Né à Nuremberg vers le milieu du xv e  siècle (on a proposé les dates de 1438 ou de 1447) d'une famille sans doute originaire de la ville, il s'y marie, mais son activité se partagera essentiellement entre Nuremberg et Cracovie (Wit Stwosz est la forme polonaise de son nom). Il paraît in […] Lire la suite

Les derniers événements

3-4 février 2020 France – Pologne. Visite du président Emmanuel Macron en Pologne.

Toutefois, devant les étudiants de l’université Jagellon de Cracovie, Emmanuel Macron met en garde contre « une résurgence nationaliste en négation des principes européens » et affirme que Varsovie ne peut effectuer sa transition énergétique « que par l’Europe, avec l’Europe ». […] Lire la suite

27-31 juillet 2016 Vatican – Pologne. Participation du pape François aux Journées mondiales de la jeunesse.

Le 27, le pape François arrive à Cracovie où se tiennent les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) qui rassemblent des centaines de milliers de jeunes catholiques du monde entier. Au lendemain de l’attentat islamiste visant un prêtre en France, il déclare que « le monde est en guerre », mais qu’il ne s’agit « pas d’une guerre de religions ». Commentant la crise des réfugiés, François enjoint les autorités à « accueillir tous ceux qui fuient la guerre et la faim », alors que le gouvernement conservateur polonais est hostile à l’ouverture des frontières aux migrants. […] Lire la suite

10-26 avril 2010 Pologne. Mort accidentelle du président Lech Kaczyński

Le 13, l'annonce que Lech Kaczyński sera inhumé dans la crypte de la cathédrale du Wawel à Cracovie, où sont enterrés les héros nationaux, suscite une controverse. Les conservateurs du parti Droit et Justice, la formation du président défunt, y sont favorables, tandis que les libéraux de la Plate-forme civique, qui dirigent le gouvernement depuis les élections législatives d'octobre 2007, s'y opposent. […] Lire la suite

4-12 janvier 2007 Pologne. Débat sur l'attitude de membres de l'Église polonaise au temps du communisme

Le 8, le cardinal-archevêque de Cracovie accepte la démission du père Janusz Bielanski, chanoine de la cathédrale de Wawel, également soupçonné de collaboration avec l'ancienne police politique. Les débats qui entourent ces démissions illustrent la division de l'Église et de la société polonaises quant à la position à adopter concernant l'attitude de certains membres du clergé sous le régime communiste. […] Lire la suite

25-31 mai 2006 Vatican – Pologne. Visite du pape Benoît XVI en Pologne

Le 26, le pape est accueilli dans la liesse à Cracovie. Le 28, Benoît XVI se recueille dans le camp d'Auschwitz où il déclare venir « en tant que fils du peuple allemand ». Il attribue la responsabilité des crimes commis durant la guerre à un « groupe de criminels » nazis sans évoquer la responsabilité collective du peuple allemand. Le 31, à Rome, lors d'une audience générale, Benoît XVI complète ses propos tenus en Pologne en évoquant l'extermination de « plus de six millions de juifs, à Auschwitz comme dans d'autres camps » et en prévenant l'humanité contre « la haine raciale qui est à l'origine des pires formes d'antisémitisme ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul VOLLE, « CRACOVIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cracovie/