KOSOVO ou KOSSOVO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étendu sur 10 908 kilomètres carrés, le Kosovo appartient à la zone géographique des Balkans (du mot turc signifiant « montagne » ; ici, la chaîne de Stara Planina). Intégré aux empires locaux successifs jusqu’au xxe siècle, puis à la Fédération yougoslave jusqu’à son effondrement, c’est le dernier territoire de la région à avoir proclamé son indépendance, en février 2008. Cette émergence étatique est encadrée par la communauté internationale, soucieuse de consolider la paix dans un espace qui a vocation à intégrer l’Union européenne.

Kosovo : drapeau

Dessin : Kosovo : drapeau

Kosovo (2008). Le drapeau du Kosovo s'inspire largement de celui de l'Union européenne et affiche le caractère multiethnique du pays. Il utilise lui aussi un fond bleu et reprend la couleur jaune des étoiles européennes dans la carte du pays qui se détache au centre du drapeau. Il transforme... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Géographie et peuplement

Le Kosovo est situé en Europe du Sud-Est et est composé des plaines du Kosovo, à l’est, et de Dukagjin (« Metohija », en serbe) à l’ouest. Sa capitale est Prishtinë/Priština, désignée en albanais et en serbe, dans un ordre déterminé par la composition de sa population, conformément au compromis adopté par les organisations internationales pour évacuer les polémiques toponymiques. Gjilan/Gnjilane, Mitrovicë/Mitrovica, Pejë/Peć et Prizren sont les autres grandes villes de ce pays dont 61 p. 100 de la population vit en zone rurale (recensement d’avril 2011). Pour l’Union européenne (UE), le Kosovo fait partie, au même titre que l’Albanie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Macédoine (devenue Macédoine du Nord en 2019), le Monténégro et la Serbie, des Balkans occidentaux. Cette appellation a été créée en 1999, à la faveur du retour à la paix dans la région, pour désigner ces pays proches de l’UE qui pourraient bénéficier d’une nouvelle stratégie d’association. Réalités géographique et politique définissent ainsi le Kosovo au cœur d’une région intermédiaire, qui a été caractérisée par les modifications des frontières et la mobilité des populations.

Habité par les Illyriens, dont les Albanais se revendiquent, le Kosovo est occupé par les Grecs au viie siècle avant J.-C., puis par les Romains, du ier siècle avant J.-C. jusqu’à la domination slave du viie siècle. Au Moyen Âge, il est intégré aux différents empires locaux (bulgare, croate, serbe, bosniaque). C’est à cette époque que de nombreux monastères orthodoxes (Gračanica, Dečani), lesquels constituent aujourd’hui encore une pomme de discorde entre la Serbie et le Kosovo, sont construits. Au milieu du xve siècle, le territoire rejoint l’Empire ottoman, qui généralise une organisation administrative en millets (communautés religieuses), l’usage de la langue turque et le culte de l’islam, qui ouvre les portes à des droits et privilèges. Ainsi, au début du xxe siècle, les populations albanaises des Balkans comptent deux tiers de musulmans et un tiers de chrétiens (orthodoxes et catholiques). C’est aussi pendant la période ottomane que s’inverse la répartition ethno-territoriale dans la région. D’une part, la présence slave est réduite à la suite de la Grande Migration de 1690, pendant laquelle environ deux cent mille Serbes ont été conduits vers le sud de la Hongrie d’alors et qui a été suivie de deux autres migrations au xviiie siècle. D’autre part, l’Empire ottoman, en pleine expansion, exhorte les populations à s’installer dans les limites septentrionales afin de fortifier ses confins.

Monastère de Gračanica, Kosovo

Photographie : Monastère de Gračanica, Kosovo

Le monastère de Gračanica, construit au début du XIVe siècle, constitue une enclave orthodoxe serbe au sein du Kosovo albanais. 

Crédits : Pecold/ Shutterstock

Afficher

Déjà majoritaires dans la première moitié du xxe siècle, les Albanais représentent les deux tiers de la population du Kosovo après 1945 et les trois quarts lors du recensement de 1981. Cette forte croissance démographique limite l’impact des programmes de développement économique axés sur l’industrie lourde (centrales thermiques d’Obilić/Obiliq, combinat agro-industriel Agrokosovo, complexe sidérurgique de Trepča/Trepcë), entraînant le Kosovo dans un sous-développement économique chronique, aggravé par la crise des années 1980. L’agriculture au Kosovo reste notoirement familiale, autosuffisante et peu mécanisée.

Partie intégrante de l’aire de peuplement albanais, le Kosovo compte aujourd’hui 1,7 million d'habitants, dont environ 88 p. 100 d’Albanais, 7 p. 100 de Serbes et 5 p. 100 de personnes de communautés intermédiaires (Gorani, Monténégrins, Bosniaques, Turcs, Roms/Égyptiens/Ashkalis). Cette mosaïque humaine se double d’une répartition spatiale clivante : dans les trois municipalités du nord (Leposavić/Leposaviq, Zubin Potok, Zvečan/Zveçan) et la partie septentrional [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Kosovo : drapeau

Kosovo : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Monastère de Gračanica, Kosovo

Monastère de Gračanica, Kosovo
Crédits : Pecold/ Shutterstock

photographie

Ibrahim Rugova

Ibrahim Rugova
Crédits : Sean Gallup/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Crise du Kosovo, avril 1999

Crise du Kosovo, avril 1999
Crédits : Sean Gallup/ Hulton Archive/Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteure en science politique, consul honoraire du Kosovo, expert du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix

Classification

Autres références

«  KOSOVO ou KOSSOVO  » est également traité dans :

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La littérature albanaise du Kosovo »  : […] Il faut mentionner la littérature des Albanais du Kosovo, largement consacrée aux motifs d'inspiration nationale : Anton Pashku (1937-1995) est l'auteur de récits psychologiques, le romancier et scénariste Azem Shkreli (1938-1997) préconise la sagesse, sans rien cacher des souffrances du peuple. Le journaliste-écrivain Eqrem Basha, né en 1948, traducteur de Jean-Paul Sartre, Albert Camus, Eugène […] Lire la suite

BALKANS ou PÉNINSULE BALKANIQUE

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Michel ROUX
  •  • 7 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La fin des régimes communistes et les perspectives d'intégration européenne »  : […] L'effondrement du pouvoir communiste en Europe du Centre-Est à partir de la fin de 1989, débouchant sur une transition de régime le plus souvent pacifique, a été considéré en général comme une ouverture à la réunification de l'Europe, avec des perspectives de développement de la démocratie, de généralisation de l'économie de marché et d'intégration à une Union européenne élargie. Dans les Balkans, […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une intégration euro-atlantique au prix fort  »  : […] Pour la Bulgarie, comme pour ses anciennes consœurs de l'ex-camp socialiste, l'entrée dans l'UE et dans l'OTAN constitue les deux facettes d'un même objectif de « normalisation occidentale et démocratique ». Inaugurée en mars 1993 avec la signature d'un accord d'association, sa coopération avec l'UE franchit un pas décisif lorsque, au Conseil européen d'Helsinki des 10-11 décembre 1999, cette der […] Lire la suite

CAUCASE

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Georges CHARACHIDZÉ, 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Silvia SERRANO
  • , Universalis
  •  • 17 101 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le grand jeu caucasien »  : […] Les conflits du début des années 1990 avaient peu intéressé la communauté internationale. La guerre en Tchétchénie, en dépit de son ampleur et de la participation très médiatisée de combattants étrangers, était restée principalement une « affaire interne » à la Russie. Certes, les organisations internationales sont impliquées dans la gestion des conflits : l'O.N.U. a une mission d'observation en […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Intangibilité des frontières et État-nation »  : […] Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le tracé des frontières en Europe centrale et orientale ne fut nullement établi dans la perspective du règlement de la question nationale. Les frontières nationales recouvrent aujourd'hui davantage qu'avant guerre les frontières ethniques essentiellement en raison de l'extermination de la plupart des quatre millions de juifs qui peuplaient la région dan […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 890 mots

4 mai 1980 Mort du maréchal Tito, président de la République socialiste fédérative de Yougoslavie, après trente-cinq ans de pouvoir sans partage. 1981 Le soulèvement des Albanais du Kosovo, qui réclament un statut de République, est violemment réprimé par Belgrade. 1987 Slobodan Milošević prend le pouvoir et impose un discours ultra-nationaliste visant à préserver la domination serbe. Avril-décemb […] Lire la suite

ÉCLATEMENT DE LA YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Mosaïque de peuples née du règlement de la Première Guerre mondiale, intégrée au bloc communiste à partir de 1945 malgré les tentations sécessionnistes de Tito, la république socialiste fédérale de Yougoslavie ne résiste pas à l'effondrement du bloc de l'Est. Au terme d'élections libres qui, partout sauf en Serbie et au Monténégro, ont donné la victoire aux partis nationalistes, quatre républiques […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 1999

  • Écrit par 
  • Bruno DIVE
  •  • 3 065 mots

Dans le chapitre « La guerre du Kosovo »  : […] Le retour de Jean-Pierre Chevènement, au début du mois de janvier 1999, après quatre mois d'hospitalisation puis de convalescence, ne passe pas inaperçu. Le ministre de l'Intérieur polémique avec Daniel Cohn-Bendit, mais aussi avec sa collègue Élizabeth Guigou, garde des Sceaux, à propos des mesures à prendre envers les mineurs délinquants. Le Premier ministre arbitre finalement en faveur de celle […] Lire la suite

CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Mario BETTATI
  •  • 6 323 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité, le bénéfice de l'immunité en sa qualité d'ancien chef d'État. Le 27 mai 1999, Le procureur du Tribunal pénal inte […] Lire la suite

MACÉDOINE DU NORD, anc. MACÉDOINE

  • Écrit par 
  • Maria BEZANOVSKA, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Blaze KONESKI, 
  • Michel ROUX
  • , Universalis
  •  • 7 436 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mise en place d'une vie politique démocratique »  : […] Comme dans l'ensemble des Balkans, la démocratisation ne s'opère pas sans difficultés en Macédoine. La coalition au pouvoir garde ses réflexes communistes, freine la liberté de la presse et utilise les privatisations à son propre bénéfice. Si à l'issue de l'élection présidentielle d'octobre 1994, Kiro Gligorov est réélu sans aucune contestation possible, il n'en est pas de même lors des législativ […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odile PERROT, « KOSOVO ou KOSSOVO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kosovo-kossovo/