OFFENBACH JACQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le père de l'opérette

Dans l'histoire de la musique, Offenbach est un cas. Né pour divertir, il adapte les formes de la musique à ses objectifs. Après quelques essais baptisés vaudeville, pantomime, anthropophagie ou bouffonnerie musicale, le mot opérette apparaît en 1855, pour qualifier une forme lyrique dérivée de l'opéra, courte, gaie et entrecoupée de dialogues. C'est l'époque de la création des Bouffes-Parisiens : elle voit la naissance d'une vingtaine de pièces en un acte, d'essence satirique, mettant en scène des personnages de la vie courante, sans trop s'attaquer aux grands de ce monde. Mais Offenbach voit plus loin et la forme évolue pour devenir le digne successeur de l'opera-buffa italien. L'opéra-bouffe est plus ambitieux que l'opérette : il comporte des intrigues plus consistantes, une satire des valeurs établies (le bel canto, l'opéra historique, plus tard la cour) et, très vite, l'acte unique et les quatre personnages sont abandonnés.

Dès 1856, Le Savetier et le financier porte ce nouveau qualificatif ; cette œuvre sera suivie d'une demi-douzaine d'ouvrages annonçant Orphée aux enfers (1858), opéra-bouffon, et Le Pont des soupirs (1861), premier opéra-bouffe de grande dimension. Le vocable est adopté ; l'opérette ne désignera plus – à deux exceptions près : La Jolie Parfumeuse (1873) et La Boîte au lait (1876) – que des pièces en un acte.

Parallèlement, le style évolue : Orphée marque le début d'une période dominée par une invraisemblance outrancière des personnages : la société du second Empire est déjà visée sous les traits d'une Antiquité caricaturale. À la verve comique s'ajoute l'entrain du cancan, qui a fait son apparition dans Croquefer et deviendra le symbole du divertissement parisien. Ce sont les débuts de la collaboration avec Halévy, qui formera dès 1863 un tandem fameux avec Meilhac, réalisant les meilleurs livrets d'Offenbach (La Belle Hélène, Barbe-Bleue, La Vie parisienne, La Grande-Duchesse de Gerolstein, La Péri [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  OFFENBACH JACQUES (1819-1880)  » est également traité dans :

OFFENBACH JACQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 936 mots
  •  • 7 médias

20 juin 1819 Jakob Offenbach naît à Cologne, en Allemagne. Son père, Isaac Juda Eberst, avait adopté comme patronyme le nom de sa ville natale, Offenbach-sur-le-Main.1833 Isaac Offenbach envoie le jeune Jakob à Paris, espérant que son fils aura en France une meilleure carrière que celle que l'Allemagne réserve […] Lire la suite

LA BELLE HÉLÈNE (J. Offenbach)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 298 mots

Celle que l'on considère comme la reine des opérettes françaises – bien qu'il s'agisse en réalité d'un opéra bouffe – est créée le 17 décembre 1864 au Théâtre des Variétés, à Paris. Offenbach a profité de la liberté des théâtres – un décret de Napoléon III du 6 janvier 1864 délivre les scènes parisiennes du poids des privilèges et de la contrainte des genres – […] Lire la suite

FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Claude VAUGIER
  •  • 2 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire de la Komische Oper »  : […] Le metteur en scène est parvenu à maturité en 1947 et le répertoire de la Komische Oper est révélateur de ses goûts véritables. À l'évidence, Felsenstein préfère laisser à ses collaborateurs le soin de monter des ouvrages contemporains, même s'il met en scène Die Kluge de Carl Orff (1948), et L'Amour des trois oranges de Prokofiev (1968). Pour sa part, il s'attache plus volontiers à Offenbach ( […] Lire la suite

MEILHAC HENRI (1831-1897)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 408 mots

Après des études à Louis-le-Grand, Henri Meilhac est employé dans une librairie. Il acquiert vite une réputation d'humoriste doué d'un esprit caustique et d'une imagination quelque peu fantasque, grâce à des dessins et articles parus au Journal pour rire où il collabore de 1852 à 1855 sous le pseudonyme de Talin. En 1855, il débute au théâtre en faisant représenter au Palais-Royal deux vaudeville […] Lire la suite

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 979 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'opérette classique »  : […] La meilleure définition de l'opérette pourrait être celle qu'en donnait Claude Terrasse : « L'opéra-comique est une comédie en musique, tandis que l'opérette est une pièce musicalement comique. » Au xix e siècle, enfin, on laisse s'ouvrir petit à petit quelques théâtres populaires, sévèrement surveillés par les gouvernements successifs, qui craignent toujours d'y retrouver l'esprit de la Foire, […] Lire la suite

Orphée aux enfers, OFFENBACH (Jacques)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 544 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le nom d'Offenbach demeure attaché à Paris et aux festivités du second Empire. En 1855, cet Allemand d'origine mais Français d'adoption et de cœur prend la direction d'un théâtre, qu'il baptise Bouffes-Parisiens. C'est là qu'il va connaître la consécration avec une série d'opérettes et d'opéras bouffes. Mais il subit le contrecoup de la guerre de 1870, et, piètre gestionnaire, se ruine à monter se […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « OFFENBACH JACQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-offenbach/