OPÉRETTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Camille  Saint-Saëns  proclamait que « l'opérette est une fille de l'opéra-comique ayant mal tourné, mais les filles qui tournent mal ne sont pas toujours sans agrément. » La boutade est amusante, la réalité plus complexe.

Littré, dans son Dictionnaire de la langue française (1863-1873), donne les définitions suivantes : « Opérette : 1o Mot qui a passé de la langue allemande dans le français, et par lequel on désigne de petits opéras sans importance par rapport à l'art. 2o Aujourd'hui très généralement employé pour désigner les ouvrages joués sur plusieurs petits théâtres ou dans les salons. Étymologie : diminutif d'opéra, attribué à Mozart. »

Le Dictionnaire de l'Académie française (7e édition, 1878-1879), précise : « Composition dramatique dont l'action est gaie ou comique et la musique légère... » Il semble que ce soit la définition la plus proche de la vérité. En effet, contrairement à une opinion répandue, l'opérette n'est nullement une « descendante » de l'opéra. C'est apparemment à l'Italie que nous devons cette confusion : dès la naissance de l'opéra dans ce pays, on avait coutume, pour délasser les spectateurs, de donner en guise d'entractes des intermezzi comiques qui n'avaient rien à voir avec l'œuvre jouée. Par la suite, on a extrait ces intermezzi, on les a réunis, et c'est ainsi que l'opera buffa prit naissance au sein de l'opera seria, mais s'en détacha très vite pour former un genre à part.

Rien de tel ne peut être dit à propos de l'opérette, qui, loin d'être issue de l'opéra, a constitué, à l'origine, une réaction populaire contre l'opéra.

Les origines

Au contraire de l'opéra, qui restera toujours plus ou moins élitiste, l'opérette – par son ancêtre, le vaudeville – est issue du pavé de Paris. Au xviie siècle, ce pavé de Paris est un spectacle permanent ; jongleurs, mo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : licenciée ès lettres françaises, grecques et latines, producteur délégué d'émissions musicales à Radio-France

Classification


Autres références

«  OPÉRETTE  » est également traité dans :

ARLETTY LÉONIE BATHIAT dite (1898-1992)

  • Écrit par 
  • Raymond CHIRAT
  •  • 971 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'école de l'opérette »  : […] Elle connaît une enfance heureuse : la vie quotidienne à Courbevoie, coupée de séjours en Auvergne, s'écoule doucement. La mort de son père en 1916 perturbe l'ordre établi. La voici, avec sa mère, tourneuse d'obus, puis dactylo. « Mince comme un haricot vert », d'après son ami Rip, elle devient mannequin avant que deux hommes infléchissent son destin. L'un, confiant dans l'intelligence de sa proté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonie-arletty/#i_34719

LA BELLE HÉLÈNE (J. Offenbach)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 298 mots

Celle que l'on considère comme la reine des opérettes françaises – bien qu'il s'agisse en réalité d'un opéra bouffe – est créée le 17 décembre 1864 au Théâtre des Variétés, à Paris. Offenbach a profité de la liberté des théâtres – un décret de Napoléon III du 6 janvier 1864 délivre les scènes parisiennes du poids des privilèges et de la contrainte des genres – pour quitter les Bouffes-Parisiens, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-belle-helene/#i_34719

CHABRIER EMMANUEL (1841-1894)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 466 mots

Dans le chapitre « Chabrier, Wagner et les romantiques »  : […] Dès que Chabrier connaît Wagner, il en fait son dieu. À vingt et un ans, il recopie la partition entière de Tannhäuser . Il se rendra à Munich, à Bruxelles, à Bayreuth pour entendre et applaudir les œuvres du maître. À Paris, il sera l'un des piliers du « Petit Bayreuth » et ce n'est pas sans raison que Lamoureux, grand prêtre du wagnérisme en France, se l'attachera lorsqu'i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-chabrier/#i_34719

LA CHAUVE-SOURIS (J. Strauss)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 297 mots
  •  • 1 média

Considérée comme le sommet de l'opérette viennoise, La Chauve-Souris ( Die Fledermaus ) est composée par Johann Strauss fils en à peine quarante-trois jours – entre octobre 1873 et février 1874 – et créée triomphalement le 5 avril 1874 au Theater an der Wien de Vienne. Le livret de cette opérette en trois actes a été élaboré par Carl Haffner et Richard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-chauve-souris/#i_34719

CHEVALIER MAURICE (1888-1972)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 443 mots
  •  • 3 médias

La carrière de Maurice Chevalier, qui commença en 1899 dans un modeste « boui-boui » de Ménilmontant et s'étendit sur près de trois quarts de siècle, est sans conteste l'une des plus prestigieuses du monde du spectacle Chevalier ne fut d'abord qu'un jeune comique de café-concert, imitateur de Dranem et de Boucot. Sous l'emprise de Mistinguett, il prend une orientation nouvelle au sortir de la Gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-chevalier/#i_34719

COMÉDIE MUSICALE

  • Écrit par 
  • Laurent VALIÈRE
  •  • 6 023 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le musical en France : opéras rock et Jacques Demy »  : […] Si le musical américain est fille de l'opérette d'Offenbach et de l'opéra-comique français, le musical à l'américaine n'a jamais vraiment rencontré son public en France. La Belle de New York ( The Belle of New York , 1897) est la première comédie musicale américaine présentée à Paris, dès 1903. C'est l'époque où le public français découvre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-musicale/#i_34719

GARCÍA MANUEL(1775-1832)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 196 mots

Ténor et compositeur espagnol, né le 22 janvier 1775, à Séville, mort le 2 juin 1832, à Paris, Manuel García fut l'un des plus grands chanteurs de son temps. À l'âge de dix-sept ans, Manuel del Pópulo Vicente García fait ses débuts sur les scènes espagnoles à Cadix, dans une opérette comportant des chansons qu'il a lui-même composées. De 1808 à 1811, García travaille activement comme chanteur et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-garcia/#i_34719

GARDINER JOHN ELIOT (1943- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 065 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La révélation Monteverdi »  : […] En 1964, il fonde le Monteverdi Choir et le 5 mars de la même année dirige les Vêpres de la Vierge , de Monteverdi, dans la chapelle du King’s College. Dès 1967, il recueille un retentissant succès avec la nouvelle édition qu’il réalise lui-même de cette œuvre fondatrice. En compagnie de cet ensemble vocal virtuose et d’une formation utilisant des instruments anciens – The E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-eliot-gardiner/#i_34719

GUÉTARY GEORGES (1915-1997)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 114 mots

Chanteur d'opérette français d'origine grecque né à Alexandrie (Égypte) en 1915 et mort à Mougins (Alpes-Maritimes en 1997. De son vrai nom Lambros Worloou, il fait ses débuts en 1938 dans l'orchestre de Jo Bouillon. Mistinguett le remarque et le fait entrer au Casino de Paris en 1938. En 1942 paraît son premier disque, sous le nom de Georges Guétary. Il s'adonne dès lors à l'opérette, chantant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-guetary/#i_34719

HADLEY JERRY (1952-2007)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 499 mots

L'Américain Jerry Hadley mit sa voix de ténor lyrique ainsi que ses talents dramatiques au service de l'opéra et de l'opérette, mais aussi de la comédie musicale. Né le 16 juin 1952 à Manlius (Illinois), Jerry Hadley étudie le chant à l'université de l'Illinois, puis avec Thomas LoMonaco, à New York. Il fait ses débuts professionnels en 1978, au Lake George Opera de Saratoga Springs (État de New Y […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerry-hadley/#i_34719

HAHN REYNALDO (1875-1947)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 343 mots

Né au Venezuela, mais arrivé à Paris à l'âge de trois ans et naturalisé français, Reynaldo Hahn, l'un des élèves favoris de Massenet, offre la quintessence de ce qu'on a coutume d'appeler « l'esprit français », avec ce que cela implique de culture, de finesse, mais aussi de légèreté. Des nombreuses opérettes qu'il a composées, Ciboulette (1923), sur un livret de Robert de Fl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reynaldo-hahn/#i_34719

HALÉVY LUDOVIC (1834-1908)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 398 mots

Au sortir du collège, Ludovic Halévy, fils de l'écrivain Léon Halévy (1802-1883), entre dans l'administration. Tout en remplissant ses fonctions, il commence à écrire pour le théâtre des livrets d'opérettes. Après avoir donné au théâtre des Bouffes-Parisiens, sous le pseudonyme de Jules Servières, des opérettes en un acte ( Une pleine eau et Madame Papillon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludovic-halevy/#i_34719

LECOCQ CHARLES (1832-1918)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 122 mots

Élève de J. F. Halévy au Conservatoire de Paris, Charles Lecocq fut découvert par Offenbach lors d'un concours d'opérettes et fut son véritable successeur. Moins truculent que celui de l'auteur de La Vie parisienne , son style a peut-être plus de finesse, et parfois une véritable musicalité, malgré la trivialité des situations. Les Cent Vierges (1872), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-lecocq/#i_34719

LEHAR FRANZ (1870-1948)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 237 mots

Compositeur autrichien né à Komárom, en Hongrie, et mort à Bad Ischl. D'abord violoniste, puis chef de divers orchestres militaires dont ceux de Budapest (1898) et de Vienne (1899-1902), Franz Lehár se tourne finalement vers l'opérette et trouve là sa véritable voie. Il obtient déjà un franc succès avec l'opéra Kukuška (Leipzig, 1896) et parvient à la gloire avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-lehar/#i_34719

LEHMANN MAURICE (1895-1974)

  • Écrit par 
  • Paul MORELLE
  •  • 635 mots
  •  • 1 média

Né à Paris, Maurice Lehmann fait ses classes au conservatoire ; sorti avec un premier prix de comédie, il est tout d'abord engagé à la Comédie-Française. Mais très vite Henri Hertz l'appelle au théâtre de la Porte-Saint-Martin, où il est notamment partenaire de Mistinguett dans Madame Sans-Gêne . La mort de Hertz, survenue en 1924, le place à la tête des théâtres de la Porte- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-lehmann/#i_34719

LOPEZ FRANCIS (1916-1995)

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 962 mots

L'immense succès de Francis Lopez pendant plus de vingt ans est dû à la rencontre d'un compositeur, d'une époque et d'un interprète. Francisco Lopez naît le 15 juin 1916 à Montbéliard. Son père, mobilisé comme dentiste aux armées, était cantonné près de Belfort ; sa mère avait tenté de le rejoindre, mais avait dû s'arrêter à Montbéliard, qui comptait déjà une assez importante communauté hispanique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-lopez/#i_34719

MERVAL PAULETTE (1920-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 380 mots

La soprano française Paulette Merval a formé avec son mari Marcel Merkès le couple idéal de l'opérette française. De son vrai nom Paulette Riffaud, elle naît à La Roche-Chalais (Dordogne), le 3 novembre 1920. Elle étudie le violon et le chant au Conservatoire de Bordeaux, où elle rencontre Marcel Merkès – un baryton Martin (de timbre élevé, proche du ténor) –, qu'elle épouse le 27 décembre 1939. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paulette-merval/#i_34719

MESSAGER ANDRÉ (1853-1929)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 634 mots

Compositeur français, qui s'illustra principalement dans la musique lyrique, et dont le rôle de chef d'orchestre fut de grande importance, notamment dans la diffusion de la musique symphonique allemande ; il fut, en France, l'un des premiers wagnériens convaincus. Il naquit à Montluçon et s'intéressa à la musique, presque en autodidacte, dès son plus jeune âge. Il fut, à l'école Niedermeyer, l'élè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-messager/#i_34719

OFFENBACH JACQUES

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 799 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le père de l'opérette »  : […] Dans l'histoire de la musique, Offenbach est un cas. Né pour divertir, il adapte les formes de la musique à ses objectifs. Après quelques essais baptisés vaudeville, pantomime, anthropophagie ou bouffonnerie musicale, le mot opérette apparaît en 1855, pour qualifier une forme lyrique dérivée de l'opéra, courte, gaie et entrecoupée de dialogues. C'est l'époque de la création des Bouffes-Parisiens  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-offenbach/#i_34719

OFFENBACH JACQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 932 mots
  •  • 7 médias

20 juin 1819 Jakob Offenbach naît à Cologne, en Allemagne. Son père, Isaac Juda Eberst, avait adopté comme patronyme le nom de sa ville natale, Offenbach-sur-le-Main. 1833 Isaac Offenbach envoie le jeune Jakob à Paris, espérant que son fils aura en France une meilleure carrière que celle que l'Allemagne réserve aux musiciens juifs. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/offenbach-reperes-chronologiques/#i_34719

OPÉRA-COMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 587 mots
  •  • 1 média

Le vocabulaire français étant le seul à avoir adopté l'expression « opéra-comique » pour désigner une forme de théâtre lyrique où les dialogues parlés alternent avec les scènes chantées, ce terme devrait s'appliquer à des œuvres aussi différentes que Fidelio , de Beethoven, et Carmen , de Bizet. En fait, la grande période de l'opéra-comique français prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-comique/#i_34719

Orphée aux enfers, OFFENBACH (Jacques)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 544 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le nom d'Offenbach demeure attaché à Paris et aux festivités du second Empire. En 1855, cet Allemand d'origine mais Français d'adoption et de cœur prend la direction d'un théâtre, qu'il baptise Bouffes-Parisiens. C'est là qu'il va connaître la consécration avec une série d'opérettes et d'opéras bouffes. Mais il subit le contrecoup de la guerre de 1870, et, piètre gestionnaire, se ruine à monter se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphee-aux-enfers-offenbach-jacques/#i_34719

REVOIL FANELY (1906-1999)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 366 mots

La voix cristalline de soprano léger de Fanely Revoil s'adaptait merveilleusement à l'opérette et à l'opéra-comique, genres dont cette cantatrice française fut l'une des étoiles. Originaire de Marseille, où elle naît le 25 septembre 1906 (par coquetterie, elle devait par la suite se rajeunir de quatre ans), elle y commence ses études musicales au conservatoire avant de « monter » à Paris, où elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fanely-revoil/#i_34719

ROSSI TINO (1907-1983)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 880 mots

« Cinquante ans d'amour »... Le titre du dernier disque de Tino Rossi, paru en 1983, résume à la perfection la nature du rapport qui unissait le chanteur à son public – à ses publics, devrait-on dire, puisque Tino Rossi tint sous son charme au moins trois générations. « Si tu veux réussir, conseillait Vincent Scotto à Tino Rossi, chante toujours l'amour. » Rossi, en suivant le précepte du composi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tino-rossi/#i_34719

STRAUS OSCAR (1870-1954)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 505 mots

Compositeur d'opérettes et chef d'orchestre autrichien souvent apparenté, à tort, à l'auteur du Beau Danube bleu  : pour mieux se différencier, il a lui-même modifié l'orthographe de son nom, qui comportait deux « s » à l'origine. Né à Vienne le 6 mars 1870, dans une famille de banquiers, il étudie en privé avec Adolf Prosniz et Hermann Grädener, puis travaille avec Max Bruch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-straus/#i_34719

SULLIVAN ARTHUR (1842-1900)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 830 mots
  •  • 1 média

Le compositeur Arthur Sullivan a établi, avec William Schwenk Gilbert, la forme caractéristique de l'opérette anglaise . La satire et l'ingéniosité verbale de Gilbert s'alliaient si bien aux mélodies inépuisables, à la maestria inventive et au sens de la parodie de Sullivan que les œuvres nées de cette association unique furent durablement saluées par la critique internationale. Fils d'un musicien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arthur-sullivan/#i_34719

YIDDISH

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yitzhok NIBORSKI
  •  • 13 954 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La diversification du théâtre yiddish au XIXe siècle »  : […] Après les partages de la Pologne à la fin du xviii e  siècle, les masses juives rassemblées sur les marches des grands empires, surtout austro-hongrois et tsariste, vont être soumises à diverses formes de discrimination et à des réglementations particulières. Leur vie tant sociale que culturelle se trouve bouleversée par les transformations économ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yiddish/#i_34719

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvie FÉVRIER, « OPÉRETTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/