OFFENBACH JACQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le nom d'Offenbach est indissociable de la forme musicale de l'opérette. Même s'il s'agit d'un genre dont il s'est progressivement détaché et qui n'est pas associé à ses plus grands succès, il en reste le créateur. Doué d'une étonnante invention mélodique, il sait rire et faire rire en musique car il observe et élabore, aidé de ses librettistes, des caricatures parfaites. Sa musique est divertissante mais elle réclame de ses interprètes une grande attention, car elle est difficile à restituer dans son authenticité. Pendant trop longtemps, elle fut l'apanage de « spécialistes » qui, vivant de traditions, portent de lourdes responsabilités dans la désaffection du public pour ce qui devenait un genre mineur et vieillissant.

Offenbach

Offenbach

Photographie

Jacques Offenbach (1819-1880), maître de l'opérette et de l'opéra-bouffe, commença sa carrière comme violoncelliste. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

À l'occasion du centenaire de la mort d'Offenbach, un nouveau courant s'est cependant dessiné, qui a remis en cause les traditions désuètes et les mutilations subies par ses ouvrages : la vieille passion du public français revit depuis lors.

La passion du théâtre

De son vrai nom Jakob Eberst, Jacques Offenbach naît à Cologne le 20 juin 1819. Son père est un cantor de la synagogue. Il lui enseigne des rudiments de violon. Mais Jakob se tourne vers le violoncelle, qu'il vient étudier à Paris. Il adopte le nom de la ville d'Offenbach-sur-le-Main, berceau de sa famille. En 1833, il est admis au Conservatoire de Paris dans la classe d'Olive-Charlier Vaslin, qu'il quitte après un an d'études. Il est alors violoncelliste à l'Ambigu-Comique puis à l'Opéra-Comique, où il découvre le théâtre. Pour gagner sa vie, il compose des valses et joue dans les salons, accompagné au piano par son ami Friedrich von Flotow.

Mais le théâtre seul le passionne. Ses premiers essais sont autant d'échecs. En 1844, il épouse Herminie d'Alcain.

La chance lui sourit une première fois [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  OFFENBACH JACQUES (1819-1880)  » est également traité dans :

OFFENBACH JACQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 932 mots
  •  • 7 médias

20 juin 1819 Jakob Offenbach naît à Cologne, en Allemagne. Son père, Isaac Juda Eberst, avait adopté comme patronyme le nom de sa ville natale, Offenbach-sur-le-Main.1833 Isaac Offenbach envoie le jeune Jakob à Paris, espérant que son fils aura en France une meilleure carrière que celle que l'Allemagne réserve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/offenbach-reperes-chronologiques/

LA BELLE HÉLÈNE (J. Offenbach)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 298 mots

Celle que l'on considère comme la reine des opérettes françaises – bien qu'il s'agisse en réalité d'un opéra bouffe – est créée le 17 décembre 1864 au Théâtre des Variétés, à Paris. Offenbach a profité de la liberté des théâtres – un décret de Napoléon III du 6 janvier 1864 délivre les scènes parisiennes du poi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-belle-helene/#i_4877

FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Claude VAUGIER
  •  • 2 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire de la Komische Oper »  : […] Le metteur en scène est parvenu à maturité en 1947 et le répertoire de la Komische Oper est révélateur de ses goûts véritables. À l'évidence, Felsenstein préfère laisser à ses collaborateurs le soin de monter des ouvrages contemporains, même s'il met en scène Die Kluge de Carl Orff (1948), et L'Amour des trois oranges de Prokofiev (1968). Pour s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-felsenstein/#i_4877

MEILHAC HENRI (1831-1897)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 408 mots

Après des études à Louis-le-Grand, Henri Meilhac est employé dans une librairie. Il acquiert vite une réputation d'humoriste doué d'un esprit caustique et d'une imagination quelque peu fantasque, grâce à des dessins et articles parus au Journal pour rire où il collabore de 1852 à 1855 sous le pseudonyme de Talin. En 1855, il débute au théâtre en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-meilhac/#i_4877

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'opérette classique »  : […] La meilleure définition de l'opérette pourrait être celle qu'en donnait Claude Terrasse : « L'opéra-comique est une comédie en musique, tandis que l'opérette est une pièce musicalement comique. » Au xix e siècle, enfin, on laisse s'ouvrir petit à petit quelques théâtres populaires, sévèrement surveillés par les gouvernements successifs, qui craig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/#i_4877

Orphée aux enfers, OFFENBACH (Jacques)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 544 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le nom d'Offenbach demeure attaché à Paris et aux festivités du second Empire. En 1855, cet Allemand d'origine mais Français d'adoption et de cœur prend la direction d'un théâtre, qu'il baptise Bouffes-Parisiens. C'est là qu'il va connaître la consécration avec une série d'opérettes et d'opéras bouffes. Mais il subit le contrecoup de la guerre de 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphee-aux-enfers-offenbach-jacques/#i_4877

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « OFFENBACH JACQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-offenbach/