JORDAENS JACOB (1593-1678)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le style « héroïque »

La meilleure période du peintre couvre quelques années avant 1620 et une bonne partie de la décennie suivante : Le Satyre chez le paysan (Cassel), La Fécondité et Pan et Syrinx (Bruxelles) ont enfin l'aisance et l'assurance propres aux chefs-d'œuvre. Plénitude des formes, puissance de la composition aux formes colossales vues par en dessous, lumière intense et pure qui découpe sculpturalement les volumes, allégresse sonore de la couleur qui s'étale en grandes nappes lisses et brillantes de rouge et de brun, tels sont les caractères marquants du style « héroïque » de Jordaens, qui, seul avec Rubens, donne enfin à la Renaissance flamande l'accent triomphal et la conclusion artistique qu'elle cherchait, insatisfaite, à travers les tentatives des romanistes et des maniéristes du xvie siècle (C. Sterling, catalogue de l'exposition Rubens et son temps, 1934). De cette vision triomphaliste et si fortement plastique relève encore une autre œuvre célèbre de Jordaens : Les Quatre Évangélistes du Louvre (env. 1625). Le type réaliste des visages des évangélistes a donné lieu à toute une série de têtes d'étude suivant une habitude reprise de Rubens et pareillement adoptée par Van Dyck (d'où bien des confusions entre ce dernier et Jordaens) ; certaines, modelées en pleine lumière et insistant à plaisir sur l'aspect ridé des chairs, sont de purs chefs-d'œuvre : ainsi les exemplaires des musées de Gand et de Libourne (doubles études juxtaposées sur un seul tableau, ce qui est un cas fréquent), de Douai, de Berlin, de Bruxelles, etc. Dans la même période de ce style si large et généreux mais caractérisé par un métier plus souple que celui d'avant 1620, se placent quelques portraits de grande classe comme le Seigneur au chapeau de la collection Kinnaird à Pertshire (Écosse), Le Jeune Marschalck (1624) de Kansas City ou le Couple de Boston qui attestent en Jordaens un observateur attentif à la psychologie et rival de Cornelis de Vos et de Van Dyck pour le rendu somptueux des étoffes sombres et la dignité des attitudes.

Jordaens finit ainsi par se comporter comme un « rubéniste » encore plus rubénien que Rubens. Dans cette constante et secrète rivalité, qui se double souvent d'une véritable collaboration avec ce dernier, notamment dans les années trente (à propos des arcs de triomphe, par exemple), Jordaens n'évite pas à la longue une certaine lourdeur ni l'écueil des redites et de la vulgarité, comme le montrent ses grandes toiles qui ont trop souvent tendance à être démarquées de Rubens ; tels le


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  JORDAENS JACOB (1593-1678)  » est également traité dans :

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La peinture après Rubens »  : […] Jordaens apparaît, comme le constatent déjà ses contemporains, le premier parmi les peintres d'Anvers. Son décès ne survient qu'en 1678, mais, artistiquement, il survit à lui-même. L'exubérante vitalité du style rubénien, qu'il continue d'honorer, fait place, dès le milieu du siècle, à une expression plus distinguée et retenue. Les sujets traités restent les mêmes : scènes religieuses, mythologiqu […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'époque des successeurs brillants (XVIIe s.) »  : […] Quand s'ouvre le xvii e  siècle, le travail de pionnier de l'art néerlandais est accompli. Le paysage et la peinture de genre s'étaient déjà émancipés. Le portrait, gloire du xvi e  siècle européen, avait aussi atteint sa spécificité et avait engendré le genre typiquement hollandais du tableau de groupe (portrait en groupe de membres de corps constitués). La nature morte avait commencé sa vie in […] Lire la suite

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baroque et classicisme : le xviie siècle »  : […] Bruxelles, qui avait été le haut lieu de la tapisserie au xvi e  siècle, dut céder sa suprématie aux manufactures françaises au siècle suivant. Les tapissiers anversois, qu'avaient rejoints des liciers émigrés de la capitale du Brabant, proposaient une production abondante, mais qui n'était pas toujours de grande qualité. En Hollande, le principal centre de tissage était Delft. En 1597, Henri IV o […] Lire la suite

VAN DYCK ANTOINE (1599-1641)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 5 752 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La première période anversoise (jusqu'en 1621) »  : […] Curieusement, et en contradiction avec ce qu'on pourrait attendre à la fois de la biographie du peintre et de ses travaux des années 1618-1621, les œuvres du début ne témoignent pas d'un rubénisme catégorique mais, bien au contraire, révèlent une surprenante violence, une agressivité puissante et farouche, très personnelle. On n'y retrouve guère l'élève du maniérisant habile et agréable qu'était […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « JORDAENS JACOB - (1593-1678) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-jordaens/