IMPRIMERIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apparition du livre imprimé en Occident

On sait que l'imprimerie apparut en Occident vers le milieu du xve siècle. L'art typographique acheva alors d'être mis au point à Mayence par Gutenberg, aidé du riche praticien Johann Fust ainsi que de Peter Schoeffer, qui allait devenir le gendre du précédent dans une Allemagne en plein essor où l'industrie métallurgique faisait de grands progrès et où les textes devenaient l'objet d'une demande massive. Mais il dépassa son objectif pour engendrer finalement une nouvelle vision du message écrit.

Du manuscrit à l'incunable

À l'origine, les imprimeurs n'eurent pas d'autre but que d'imiter le plus précisément possible les modèles manuscrits qu'ils devaient reproduire. Ils ne firent donc précéder les premiers textes qu'ils publièrent que d'un incipit à l'image de ceux-ci, et se contentèrent de substituer aux indications données dans l'explicit par certains copistes leur adresse, ainsi que, éventuellement, celle du libraire qui avait participé à l'édition ou à la diffusion de l'ouvrage, à laquelle ils joignaient la date de l'achevé d'impression de leur ouvrage et, parfois aussi, leur marque – sorte de sigle propre à leur firme – ou celle du libraire éditeur qui avait financé l'affaire. De même, ils n'hésitèrent pas à recourir systématiquement aux rubricateurs et aux enlumineurs pour peindre ou inscrire les lettres ornées et les divers signes de couleur qui indiquaient les articulations des textes manuscrits.

Peu à peu, cependant, imprimeurs et libraires éditeurs furent amenés à se dégager de ce modèle initial. Ainsi, ils prirent assez tôt l'habitude de ne rien inscrire sur le premier feuillet qui se trouvait souvent souillé lorsque les ouvrages étaient conservés en blanc dans les magasins avant d'être reliés. Puis ils commencèrent à inscrire au recto de ce feuillet blanc le titre de l'ouvrage auquel ils ne tardèrent pas à joindre leur marque, ainsi que leur adresse. Après quoi, ils remplirent les espaces restés blancs en insérant le titre proprement dit dans de longues formules volontiers hyperboliques vantant les mérites de l'auteur ainsi que les qualités de son œuvre (fin du xve s.-début du xvie s.). Plus qu'une « étiquette », la page de titre fut donc à l'origine une publicité – la première publicité moderne.

Imitant toujours les techniques des copistes, les imprimeurs ne donnèrent initialement aucune indication permettant aux relieurs de ranger les cahiers et les feuillets en bon ordre. Il fallait donc inscrire aux pages de chaque exemplaire, ou joindre sur un feuillet séparé, les mentions manuscrites nécessaires. Celles-ci furent ensuite imprimées dans le livre pour des raisons de commodité évidentes. Ainsi apparurent au bas des pages les signatures indiquant, à l'aide d'une lettre, l'emplacement de chaque cahier dans le volume et, à l'aide d'un chiffre suivant cette lettre, l'ordre des feuillets dans le cahier. Il en alla de même pour les réclames indiquant à la fin d'une page ou d'un cahier les premières lettres du début de la page suivante. Enfin, le registre indiquant les premiers mots des cahiers ou des feuillets fut normalement imprimé à la fin du dernier cahier du livre. Ces pratiques se généralisèrent à la fin du xve siècle selon des modalités très diverses correspondant à des habitudes d'ateliers. En même temps, on commença à imprimer le numéro de chaque feuillet puis, plus tard, de chaque page, au-dessus de la composition. Soit une évolution qui fournit aux rédacteurs de tables un nouveau système de repères.

Par ailleurs, tandis que les livres imprimés se multipliaient, la technique de la gravure sur bois, pratiquée dès les dernières années du xve siècle, avait entraîné l'éclosion d'une floraison de livrets xylographiques où le texte et l'image étaient gravés simultanément, ce qui offrait une grande souplesse de mise en page, comme on le voit par exemple dans les fameuses Bibles des pauvres, qu'on peut dater des années 1460, mais dont les premières réalisations gravées sont sans doute antérieures. Cependant, on préféra finalement à cette solution les livres typographiques illustrés réalisés en insérant dans la forme typographique des gravures sur bois, susceptibles d'être imprimées du même coup de barreau de la presse. Cette technique, inaugurée à Bamberg par Pfister en 1460-1462, fut largement utilisée à l'issue [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

Médias de l’article

Sūtra du Diamant, IXe s.

Sūtra du Diamant, IXe s.
Crédits : British Library/ Science Photo Library/ AKG-Images

photographie

Regiomontanus : Calendarium

Regiomontanus : Calendarium
Crédits : Rosenwald Rare Book Collection/ Library of Congress, Washington, D.C.

photographie

Matrice de l'appareil typographique Garamond

Matrice de l'appareil typographique Garamond
Crédits : Connaissances des Arts/ St-Genès/ AKG-images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en histoire culturelle, conservatrice en bibliothèque, responsable de formations et enseignante au Pôle Métiers du livre de l'université Paris-ouest-Nanterre-La Défense
  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études
  • : professeur émérite à l'École nationale des chartes, directeur d'études à la IVe section de l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  IMPRIMERIE  » est également traité dans :

IMPRIMERIE À CARACTÈRES MOBILES

  • Écrit par 
  • Olivier LAVOISY
  •  • 197 mots

En Occident, au milieu du xve siècle, Johann Gensfleisch, dit Gutenberg (entre 1394 et 1400-1468), invente l'imprimerie à caractères mobiles en alliage métallique. L'originalité de sa démarche est de s'appuyer sur des techniques existantes, avec l'aide de collaborateurs qui amènent leurs compétences et le fin […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 822 mots
  •  • 13 médias

L'affiche devient un média privilégié à partir de la seconde moitié du xix e  siècle, dans les sociétés qui connaissent la révolution industrielle. Depuis son apparition en tant qu'imprimé, quatre cents ans auparavant, elle a peu évolué, ne bénéficiant pratiquement pas de recherches esthétiques autres que celles concernant l'emploi des caractères typographiques, ou les enluminures et ornements qui […] Lire la suite

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 403 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Imprimerie »  : […] L'imprimerie et la gravure sont importées en Inde par les missions religieuses et commerciales dès le xvi e  siècle, à Goa en 1556, à Bombay en 1674, au Bengale en 1778 et à Tranquebar en 1792. Elles ne connaissent cependant leur plein essor qu'au xix e  siècle avec les nouvelles technologies de reproduction en masse permettant d'utiliser les lettres de l'alphabet devanagari pour imprimer les tex […] Lire la suite

ARTISANAT

  • Écrit par 
  • Denis CHEVALLIER, 
  • Louis LERETAILLE
  • , Universalis
  •  • 7 093 mots

Dans le chapitre « Les maîtres d'art »  : […] Du staffeur-stucateur, indispensable pour restaurer certains monuments historiques, au fabricant de fleurs artificielles, en passant par le restaurateur d'automates ou l'imagier au pochoir, la nomenclature des métiers d'art comprend plus de deux cents spécialités, souvent difficiles à classer. La S.E.M.A., organisme qui a en charge la documentation sur ces métiers, donne dans sa nomenclature la dé […] Lire la suite

BASKERVILLE JOHN (1706-1775)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 410 mots

Un des plus célèbres typographes anglais du xviii e siècle, John Baskerville ne s'adonna que tardivement à la typographie. Ni son éducation, ni ses débuts dans la vie active ne l'y prédisposaient. Après avoir fait plusieurs métiers, s'être donné une culture d'autodidacte et avoir acquis le goût de la calligraphie, il arrive à Birmingham en 1725. Il est d'abord maître d'école, puis pratique la gra […] Lire la suite

BEST-SELLER

  • Écrit par 
  • Pierre NORA
  •  • 3 400 mots

Dans le chapitre « Le best-seller et l'édition »  : […] Dans le cas de cette nouvelle forme de « littérature populaire » qu'est le best-seller, l'intéressant est de suivre, à la faveur de l'indifférenciation sociale qui caractérise les sociétés démocratiques de masse et qui réunit des publics autrefois séparés, la métamorphose contemporaine de toutes les formes du magique autrefois présentes dans le roman-feuilleton ou la littérature de colportage, […] Lire la suite

BETTENCOURT PIERRE (1917-2006)

  • Écrit par 
  • Pierre VILAR
  •  • 968 mots

Né en 1917 à Saint-Maurice-d'Ételan (Seine-Maritime), Pierre Bettencourt avait su conserver pendant quatre-vingt-neuf ans une vive curiosité dont il concevait mal qu'elle pût être restreinte par tel ou tel choix d'application ou vocation spéciale. Entre le dessin, la poésie, l'imprimerie, la théologie, la bicyclette, la peinture, l'entomologie ou la correspondance, il n'avait pas trouvé de raison […] Lire la suite

BLANQUART-EVRARD LOUIS-DÉSIRÉ (1802-1872)

  • Écrit par 
  • Laure BOYER
  •  • 804 mots

Chimiste et négociant en drap, Louis-Désiré Blanquart-Evrard est l'un des personnages clés des débuts de la photographie. Il joua un rôle déterminant dans le développement du calotype en France et dans la diffusion des premiers albums photographiques. Louis-Désiré Blanquart-Evrard est né à Lille en 1802. Pratiquant lui-même la photographie, il améliore en 1847 le procédé inventé par Talbot – le ca […] Lire la suite

BODONI GIAMBATTISTA (1740-1813)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 416 mots

Petit-fils et fils d'imprimeurs piémontais, Bodoni quitte Saluces, sa ville natale, en 1758 pour Rome, où il espère trouver une situation digne de son talent, ainsi que la protection de son oncle l'abbé Bodoni. Celui-ci lui fait rencontrer le secrétaire du cardinal Spinelli, préfet de la Propagande. C'est ainsi que le jeune Giambattista entre à l'imprimerie de cette institution où il est chargé de […] Lire la suite

CAXTON WILLIAM (1422-1491)

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 262 mots

Premier imprimeur anglais ; c'est en 1474 ou 1475 que Caxton publia le premier livre imprimé en langue anglaise, traduit de l'œuvre de Raoul Lefèvre : The Recuyell of the Historyes of Troye . Il se trouvait alors à Bruges, où il séjourna une première fois en 1441 puis de 1462 à 1470 comme « gouverneur de la nation anglaise » (c'est-à-dire chargé de relations diplomatiques et commerciales avec les […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

Le 9, Chérif et Saïd Kouachi sont repérés à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) où ils se retranchent dans les locaux d'une imprimerie. Lors d'une communication téléphonique avec la chaîne d'information continue B.F.M.-T.V., Chérif Kouachi déclare agir pour le compte d'Al-Qaida au Yémen et se dit envoyé par le cheikh Anouar al-Awlaki, chef d'Al-Qaida dans la péninsule arabique tué par un drone américain en septembre 2011. […] Lire la suite

10 octobre 2001 France. Arrêt de la Cour de cassation sur la responsabilité pénale du chef de l'État

En novembre 2000, un militant écologiste s'était constitué partie civile pour demander l'audition, en qualité de témoin, du président Chirac, ancien maire de Paris, afin de déterminer son « éventuelle participation » aux malversations financières dont est soupçonnée la Société d'économie mixte parisienne de prestation, chargée de 1986 à 1996 des travaux d'imprimerie de la Ville de Paris. […] Lire la suite

8-12 novembre 1994 France. Démantèlement d'un vaste réseau de soutien aux intégristes algériens

Cette opération met en lumière les liens entre délinquance de droit commun et activisme islamiste, et permet la découverte de « planques », de dépôts d'armes et de munitions et d'une imprimerie clandestine de faux papiers, en banlieue sud et à Paris. Il s'agit, selon la police, de la plus vaste filière de soutien aux islamistes jamais démantelée en France. […] Lire la suite

2-24 janvier 1991 U.R.S.S. Épreuve de force entre l'armée et les nationalistes dans les pays baltes

) investissent l'imprimerie du P.C. letton, à Riga. Ce coup de force intervient deux semaines après la menace de Mikhaïl Gorbatchev d'imposer directement l'administration présidentielle aux républiques rebelles, dont les trois États baltes, qui ont tous proclamé unilatéralement leur indépendance au printemps de 1990. Le même jour, l'armée soviétique chasse également la police lituanienne de deux bâtiments du P. […] Lire la suite

5-27 janvier 1981 Royaume-Uni. Changements politiques et rachat du « Times »

Les négociations entamées aussitôt avec les syndicats de l'imprimerie aboutiront le 12 février, sauvant ainsi de la disparition un des quotidiens les plus célèbres du monde. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Isabelle ANTONUTTI, Jean-Pierre DRÈGE, Henri-Jean MARTIN, « IMPRIMERIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/imprimerie/