IDÉALISME ALLEMAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La germanicité »

Il a fallu attendre Madame de Staël et son livre fondateur (De l'Allemagne, 1810) pour que l'idéalisme soit significativement évoqué en France, tout en restant mal compris, et mal accueilli. Hegel ne gagnera quelque audience en France que vers le milieu du siècle, notamment grâce aux efforts de Victor Cousin.

À partir de là, qu'en est-il de ces thèses qui répudient en principe toute origine empirique ou historique, toute emprise sur elles de la finitude, et qui s'affirment jalousement « allemandes » ?

La conscience de cette différence, Hegel sut l'exprimer de manière persuasive, en l'attribuant à une répartition des tâches historiques entre les nations : « Philosophies kantienne, fichtéenne, schellingienne. Dans ces philosophies s'est déposée et s'est exprimée dans la forme de la pensée la révolution à laquelle l'esprit est parvenu ces derniers temps en Allemagne ; dans leur succession nous avons le cours que le penser a pris. À cette grande époque de l'histoire mondiale, dont l'essence la plus intime est conçue dans la philosophie de l'histoire, seuls deux peuples ont participé : le peuple allemand et le peuple français, si opposés soient-ils, ou précisément parce qu'ils sont opposés. Les autres nations n'y ont pris aucune part [...]. En Allemagne, ce principe a fait irruption à titre de pensée, d'esprit, de concept ; en France, c'est dans la réalité effective que cette irruption s'est produite [avec la Révolution et la mise à bas de la monarchie]. Ce qui s'est fait jour d'effectif en Allemagne apparaît comme la violence de circonstances extérieures et comme la réaction contre elles » (Leçons sur l'histoire de la philosophie, posth., 1832).

Comment expliquer cette différence spécifique ? On se réfère souvent, à ce propos, à ce que l'on a appelé la « misère allemande » du xviiie siècle : l'état arriéré du pays, de son économie et de son industrie, et, surtout, sa régionalisation suicidaire, avec pour effet son éparpillement en petites unités politiques autonomes, conduisant aux modalités diverses de la tyrannie générale, et aux défaites militaires. Hegel avait commencé l'un de ses essais politiques de jeunesse par un cri de douleur patriotique : « L'Allemagne n'est plus un État ! » Cette situation nationale misérable a sans doute incité Fichte, Schelling ou Hegel à entrer dans un processus de subjectivisation extrême, en compensation de leur paralysie pratique. Mais il reste encore beaucoup à faire, si l'on prétend vraiment « expliquer » l'apparition singulière de l'idéalisme allemand.

À cette « germanicité » s'associe une obscurité caractéristique. On peut, bien sûr, s'exprimer très clairement en allemand, et les idéalistes, à l'occasion, y excellent. Mais il faut souligner qu'ils ont eu à exprimer des idées nouvelles, des modes de raisonnement inédits dans un langage déjà constitué. Il leur a fallu, pour proposer des idées neuves, former des concepts presque « inconcevables ». L'opacité de leur propos se montre toutefois si générale que l'on peut douter du caractère simplement contingent de ses causes. On hésiterait d'abord à proférer une accusation d'obscurité constitutive et essentielle, par honte d'un certain chauvinisme linguistique, s'ils ne l'avaient prodiguée eux-mêmes. Il vaut mieux leur laisser la parole sur ce point.

Non sans impertinence, Kant prétendait déjà comprendre mieux Platon que celui-ci n'avait pu le faire. Mais il reconnaissait qu'il était lui-même « menacé par l'incompréhension plus que par l'hostilité ». De son vivant, il dut recevoir de son disciple le plus ardent le reproche de ne s'être pas bien compris lui-même. Fichte déclara sans vergogne que « la chance de Kant, ce fut son obscurité » ! Heureuse obscurité, qui nous valut une telle illumination !

La vengeance ne se fit pas attendre. Schelling, si génial qu'on l'avait surnommé dans sa jeunesse « ingenium praecox », après être devenu un disciple fervent de Fichte, estima bientôt que les idées de son maître exigeaient d'être exposées plus clairement. Celui-ci n'endossa pas volontiers la responsabilité de la défaillance et après des années d'explications, de discussions, il lui asséna une condamnation sans appel : « Vous n'aviez pas compris l'idéalisme transcendantal, d'ailleurs vous ne l'avez pas encore compris, e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IDÉALISME ALLEMAND  » est également traité dans :

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et le « cogito » »  : […] L'ensemble des philosophèmes véhiculés depuis le début de l'ère chrétienne par la littérature patristique puis, après saint Augustin, par les théologiens représente le trésor conceptuel dont se nourrira la philosophie moderne. Il se compose ou dérive autant des termes hérités de la philosophie grecque que des formules bibliques. Ainsi « le nom qui est au-dessus de tout nom » (Philipp., ii , 9) la […] Lire la suite

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « Le « père de la philosophie moderne » »  : […] Johann Gottlieb Fichte peut, encore plus justement que Kant, être nommé « le père de la philosophie moderne ». C'est ainsi, lui rendant un éloge bien involontaire, que le surnommait Schopenhauer. Sans doute Fichte conquit-il vite la gloire, mais bientôt ses lecteurs se trouvèrent rebutés par l'obscurité de ses écrits, en particulier des fameux Principes de la doctrine de la science ( Grundlage d […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idée, concret ultime »  : […] Hegel situe lui-même sa philosophie dans la tradition idéaliste, en assimilant habilement à celle-ci, ou en récupérant à son profit, tout ce qui dans l'histoire de la pensée a fait mine de s'en séparer ou de la contrarier : matérialisme, « réalisme », empirisme, « naturalisme », etc. Tout ce qui a pu croire échapper illusoirement à l'idéalisme s'y retrouve heureusement après avoir parcouru des éta […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique en question »  : […] La première ambition annoncée par le mot « critique », qui se retrouve dans le titre des trois œuvres capitales de Kant, est celle de décider une bonne fois du sort de la métaphysique, de s'assurer qu'elle est possible et d'en faire une science. Ce nom de métaphysique formulait une prétention à acquérir la connaissance d'objets qui se situent au-delà de la nature, dont l'expérience sensible permet […] Lire la suite

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Après la « Naturphilosophie » »  : […] Sylvain Auroux parle, dans Barbarie et philosophie , de la « véritable cassure disciplinaire de la philosophie » à partir de la « dernière philosophie de la nature », celle de l'idéalisme allemand. Il pose ainsi un nouveau problème de délimitation quant à la définition de ce que l'on pourrait légitimement considérer comme étant une authentique philosophie de la nature. Peut-on en effet ignorer ce […] Lire la suite

SCHELLING FRIEDRICH WILHELM JOSEPH VON (1775-1854)

  • Écrit par 
  • Jean-François MARQUET
  •  • 4 155 mots

Comme l'a remarqué Schopenhauer, tout philosophe allemand, après Kant, se situe selon la place qu'il occupe en acceptant ou en rejetant la coupure instaurée par la Critique de la raison pure entre « ce qui apparaît » (le phénomène) et ce qui est en soi. D'un côté, Schopenhauer lui-même et, finalement, Nietzsche maintiennent cette frontière et l'aggravent en une opposition de la représentation et […] Lire la suite

TEXTES ESTHÉTIQUES (F. W. J. Schelling)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 970 mots

Les réflexions sur l'art du philosophe allemand Friedrich Wilhelm Schelling (1775-1854) ont eu une incidence majeure sur l'histoire intellectuelle allemande des années 1790-1820, et ce pour deux raisons. Non seulement elles ont exercé une influence importante sur de nombreux écrivains, philosophes et artistes de cette période – parmi lesquels Goethe, Hegel ou encore le paysagiste Josef Anton Koch […] Lire la suite

TRANSCENDANTALISME

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 939 mots

Transcendantalisme dépend de « transcendantal », mot qui a été inventé au début du xiv e  siècle pour distinguer de « transcendant » (est transcendant « tout objet qui est objet pour la conscience, vers lequel la conscience „s'éclate“ » [Sartre]) les caractéristiques (un, vrai, bon) qui appartiennent à tout étant, objectif ou subjectif. La théorie des transcendantaux a été développée au Moyen Âge, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques d' HONDT, « IDÉALISME ALLEMAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/