IDÉALISME ALLEMAND

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une pensée absolue

Ce sera l'un des grands défis de l'idéalisme allemand : contrecarrer le matérialisme, sous toutes ses formes, sans tomber dans un subjectivisme choquant. Dans cette perspective, la « chose en soi », telle que Kant continue de la penser, représente un dangereux compromis, difficilement soutenable. On la reniera donc.

Le grand mérite commun des idéalistes allemands est sans doute de n'avoir reculé devant aucune des conséquences de leurs prémisses audacieuses, et même les plus stupéfiantes pour le public, quand celui-ci parvenait à les saisir. Dans cette entreprise, ils ont fait preuve d'une ingéniosité et d'une souplesse d'esprit extraordinaires, et se sont affrontés dans une émulation fiévreuse, qui a pu aller jusqu'à l'hostilité ouverte. Dans une sorte de surenchère anti-matérialiste, ils se sont élevés à un idéalisme de plus en plus exigeant et conquérant. Kant avait donné le ton dans son opération défensive : « Par la critique seulement peuvent être coupés à la racine même le matérialisme, le fatalisme, l'athéisme, l'incrédulité des esprits forts, l'exaltation, la superstition, qui peuvent être universellement nuisibles, enfin aussi l'idéalisme [compris comme subjectiviste] et le scepticisme, qui sont dangereux davantage pour les écoles, et peuvent difficilement passer dans le public... » (Préface de la deuxième édition de la « Critique de la raison pure », 1787).

Il y a dans ces propos un peu de démagogie proclamative, et ces auteurs se permettront parfois de notables écarts. Mais, dans l'ensemble, et du point de vue de cette problématique, ils se présentent bien eux-mêmes comme un camp philosophique opposé à un autre, auquel ils ne fourniront parfois des armes que bien involontairement.

De fait, on doit distinguer en chacun d'eux des niveaux divers d'idéalisme. En premier lieu, le plus connu, celui qu'ils atteignent consciemment, conceptuellement, rationnellement. Et puis, plus profondément, l'idéalisme spontané, inconscient d'abord, dont ils sont partis, souvent sans s'en rendre compte. Leur véritable idéalisme ne se situe pas où ils le croient. Ils n'ont pas eu à se forcer – et à argumenter – pour devenir idéalistes. Ils l'étaient d'emblée, comme la plupart de leurs contemporains qui n'auraient pu, sans cela, accueillir le développement de leurs idées. Hegel a lui-même évoqué un « idéalisme inconscient de la conscience » (La Science de la logique, 1812). Et d'ailleurs, sa Phénoménologie de l'esprit (1807) n'est-elle pas le récit de la prise de conscience progressive de l'idéalisme par lui-même ? Il y a une tendance spontanée, chez certains hommes ou certaines époques, à tout « ramener » à la pensée. Cette tendance s'affermit, triomphe des tendances différentes ou contraires, se radicalise, conduit à « l'affirmation de l'être comme connu », à la consciente et volontaire « inclusion de l'objet connu dans l'esprit connaissant » (A. Lalande, op. cit.), et donc à une dépréciation ou même à une négation de toute réalité véritable en dehors du sujet : « L'idéalité du fini est la proposition capitale de la philosophie qui, pour cette raison, est un idéalisme » (Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques, 1817). D'où il suit que « le monde n'a pas de véritable réalité » (Philosophie de la religion, posth., 1832).

L'idéalisme allemand a tendu à intégrer toutes les formes de pensée qui, dans le passé, exprimaient déjà son orientation essentielle, comme si – et c'est la manière dont Hegel présente les choses dans ses Leçons sur l'histoire de la philosophie – toutes les étapes de ce passé conduisaient à ce « résultat », qui, en retour, imprime sur elles son sceau.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  IDÉALISME ALLEMAND  » est également traité dans :

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et le « cogito » »  : […] L'ensemble des philosophèmes véhiculés depuis le début de l'ère chrétienne par la littérature patristique puis, après saint Augustin, par les théologiens représente le trésor conceptuel dont se nourrira la philosophie moderne. Il se compose ou dérive autant des termes hérités de la philosophie grecque que des formules bibliques. Ainsi « le nom qui est au-dessus de tout nom » (Philipp., ii , 9) la […] Lire la suite

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « Le « père de la philosophie moderne » »  : […] Johann Gottlieb Fichte peut, encore plus justement que Kant, être nommé « le père de la philosophie moderne ». C'est ainsi, lui rendant un éloge bien involontaire, que le surnommait Schopenhauer. Sans doute Fichte conquit-il vite la gloire, mais bientôt ses lecteurs se trouvèrent rebutés par l'obscurité de ses écrits, en particulier des fameux Principes de la doctrine de la science ( Grundlage d […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idée, concret ultime »  : […] Hegel situe lui-même sa philosophie dans la tradition idéaliste, en assimilant habilement à celle-ci, ou en récupérant à son profit, tout ce qui dans l'histoire de la pensée a fait mine de s'en séparer ou de la contrarier : matérialisme, « réalisme », empirisme, « naturalisme », etc. Tout ce qui a pu croire échapper illusoirement à l'idéalisme s'y retrouve heureusement après avoir parcouru des éta […] Lire la suite

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 383 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique en question »  : […] La première ambition annoncée par le mot « critique », qui se retrouve dans le titre des trois œuvres capitales de Kant, est celle de décider une bonne fois du sort de la métaphysique, de s'assurer qu'elle est possible et d'en faire une science. Ce nom de métaphysique formulait une prétention à acquérir la connaissance d'objets qui se situent au-delà de la nature, dont l'expérience sensible permet […] Lire la suite

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Après la « Naturphilosophie » »  : […] Sylvain Auroux parle, dans Barbarie et philosophie , de la « véritable cassure disciplinaire de la philosophie » à partir de la « dernière philosophie de la nature », celle de l'idéalisme allemand. Il pose ainsi un nouveau problème de délimitation quant à la définition de ce que l'on pourrait légitimement considérer comme étant une authentique philosophie de la nature. Peut-on en effet ignorer ce […] Lire la suite

SCHELLING FRIEDRICH WILHELM JOSEPH VON (1775-1854)

  • Écrit par 
  • Jean-François MARQUET
  •  • 4 155 mots

Comme l'a remarqué Schopenhauer, tout philosophe allemand, après Kant, se situe selon la place qu'il occupe en acceptant ou en rejetant la coupure instaurée par la Critique de la raison pure entre « ce qui apparaît » (le phénomène) et ce qui est en soi. D'un côté, Schopenhauer lui-même et, finalement, Nietzsche maintiennent cette frontière et l'aggravent en une opposition de la représentation et […] Lire la suite

TEXTES ESTHÉTIQUES (F. W. J. Schelling)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 970 mots

Les réflexions sur l'art du philosophe allemand Friedrich Wilhelm Schelling (1775-1854) ont eu une incidence majeure sur l'histoire intellectuelle allemande des années 1790-1820, et ce pour deux raisons. Non seulement elles ont exercé une influence importante sur de nombreux écrivains, philosophes et artistes de cette période – parmi lesquels Goethe, Hegel ou encore le paysagiste Josef Anton Koch […] Lire la suite

TRANSCENDANTALISME

  • Écrit par 
  • Paul GILBERT
  •  • 939 mots

Transcendantalisme dépend de « transcendantal », mot qui a été inventé au début du xiv e  siècle pour distinguer de « transcendant » (est transcendant « tout objet qui est objet pour la conscience, vers lequel la conscience „s'éclate“ » [Sartre]) les caractéristiques (un, vrai, bon) qui appartiennent à tout étant, objectif ou subjectif. La théorie des transcendantaux a été développée au Moyen Âge, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques d' HONDT, « IDÉALISME ALLEMAND », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme-allemand/