HYPERRÉALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1976, dans la revue Critique, l'historien de l'art Jean-Claude Lebensztejn définissait comme « sans goût » la peinture des hyperréalistes, représentant une Amérique anesthésiée, celle des « insinuations télévisées, signes publicitaires, sweet rock, grands magasins, Muzak, paradis artificiels en miniature, Jesus Freaks, Guru Freaks, artefacts en plastique imitant le bonheur d'antan ». Ce mouvement – ou plutôt cette mouvance – autour d'une peinture (plus rarement d'une sculpture) au réalisme illusionniste prenant appui sur la photographie est apparu sans manifeste, vers 1965. Le soufflé retomba vers 1975, beaucoup des artistes impliqués se dégageant de l'épithète. La flamme de l'hyperréalisme resta alors entretenue à New York par deux marchands et collectionneurs, Ivan Karp et Louis K. Meisel, ce dernier énonçant, en 1980, des critères d'admission à ce qu'il définissait également comme « un art totalement américain » : « 1. [employer] l'appareil photo et la photographie pour recueillir l'information ; 2. [employer] un moyen mécanique ou semi-mécanique pour transférer l'information sur toile ; 3. [...] avoir la capacité technique de faire que l'œuvre achevée semble photographique ; 4. [avoir déjà exposé en 1972 des œuvres de ce type] ; 5. [...] avoir consacré au moins cinq ans [à cette expérience] ».

Dès le début, l'appellation d'hyperréalisme fut instable : l'exposition organisée en 1968 à la Vassar College Art Gallery de Poughkeepsie avait pour titre Realism Now, celle de la Sydney Janis Gallery à New York, en 1972, Sharp Focus Realism ; il était aussi question de Photo-Realism ou de Super-Realism... Ces deux derniers noms sont restés en concurrence dans les pays anglo-saxons, tandis que le terme d'hyperréalisme s'est imposé en France.

L'ensemble d'artistes contenus à l'intérieur des limites mouvantes de l'hyperréalisme connut également de nombreuses fluctuations. La section « Réalisme de l'imagé » à la Documenta 5 de Kassel, en 1972, manifestation internationale dont le commissaire était le Suisse Harald Szeemann, comprenait entre autres Richard Artschwager (1923-2013), Robert Bechtle, Chuck Close, Richard Cottingham, Don Eddy, Richard Estes, Franz Gertsch, Ralph Goings, Duane Hanson (1925-1996), Jean Olivier Hucleux (1923-2012), Richard McLean, Malcolm Morley, Gerhard Richter, John Salt, Ben Schonzeit – ainsi que Georg Baselitz, Neil Jenney et Jasper Johns. Ces trois derniers artistes sont habituellement peu associés à ce que Peter Ludwig appelait, toujours en 1972, lors de l'inventaire de sa collection à Aix-la-Chapelle, un « réalisme radical ». Quant à savoir si l'hyperréalisme fut un mouvement américain, on pourrait en trouver ratification dans l'exposition Hyperréalistes américains / Réalistes européens, qui eut lieu au Centre national d'art contemporain à Paris en 1974, pointant des similitudes tout en distinguant de fait les artistes des deux continents. Même si le contingent européen semble plus rare en nombre (le Suisse Franz Gertsch, les Français Jean Olivier Hucleux et Bernard Moninot, voire l'Allemand Gerhard Richter, par exemple), il faut cependant ajouter que la bataille de l'hyperréalisme fit rage en France, poursuivant sans doute des conflits antérieurs (telle la Querelle pour le réalisme menée sous l'égide de Louis Aragon en 1933), avec les prises de positions antagonistes de deux revues : les « contre » dans Art Press, alors favorable à l'abstraction américaine et aux déconstructions issues de Support(s)-Surface(s), et les « pour » dans L'Art Vivant dirigé par Jean Clair, où, en février 1973, le philosophe Jean-François Lyotard esquisse une « économique de l'hyperréalisme ».

En France, l'hyperréalisme a surgi dans une époque de remise en cause du modernisme et dans le temps d'une pléthore d'expositions révisionnistes sur le xixe siècle, appréciant les ambiguïtés de l'académisme (avec l'exposition Équivoques au musée des Arts décoratifs en 1973) ou célébrant l'art officiel (Le Musée du Luxembourg en 1874 au Grand Palais, en 1974). En y ajoutant le fait de l'instabilité et de la versatilité de ses membres, l'hyperréalisme fut reçu dans un grand écart du jugement critique. Il fut perçu tantôt comme une réaction contre l'avant-garde, et donc comme un mouvement réactionnaire, tantôt comme une offensive interne « introduisant un trouble durable dans la version moderniste de la modernité », ainsi que l'explique, en 2003, Jean-Claude Lebensztejn, commissaire de l'exposition Hyperréalismes USA 1965-1975 organisée au musée d'Art moderne et contemporain de Strasbourg durant l'été de 2003, occasion d'une remise en perspective décisive de ce mouvement. « Mouler une figure, décalquer une photo, la copier sans la transformer, c'est tricher, [précise-t-il], introduire dans le jeu classique de la représentation une donnée illicite, une entorse aux règles qui ont fait de l'art une activité vénérable. »

Histoire et refus de l'histoire

L'hyperréalisme aux États-Unis n'est pas né sans histoire. Les peintures de trompe-l'œil dans l'Amérique du xixe siècle, les tableaux de l'Ash Can School (« école de la poubelle ») dans les premières années du xxe siècle, ont présidé à la tradition d'un réalisme social, avec la représentation d'usines et de machines. Dans les années 1920-1930, Morton Schamberg, Charles Demuth et Charles Sheeler (ce dernier peignant, même s'il ne le disait pas, d'après des photographies) sont appelés « précisionnistes ». Cette école de l'illusion réaliste trouvera plus tard son héraut avec le peintre Andrew Wyeth (1917-2009). Cependant, l'« influence » américaine la plus repérable est celle du pop art, dont les hyperréalistes font perdurer l'intérêt pour les médias et les techniques de reproduction, les « images d'images », tout en limitant leurs référents à la photographie, sans aller jusqu'aux comics ni jusqu'à la bande dessinée. Mais ce qui intéresse des artistes comme Artschwager, Close ou Morley, à la naissance de ce qu'on appelle alors Photo-Realism, c'est l'affir [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HYPERRÉALISME  » est également traité dans :

ALBRIGHT IVAN LE LORRAINE (1897-1983)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 299 mots

Peintre américain, Ivan Albright s'inscrit dans une tendance de l'art américain que l'on a appelée le « réalisme magique ». Il est le fils du peintre Adam Emery Albright, qui fut lui-même un élève de Thomas Eakins, célèbre représentant de la tradition réaliste américaine. Certains artistes travaillant dans les années 1930, au moment de la crise économique et sociale, semblent en effet avoir refusé […] Lire la suite

CLOSE CHUCK (1940- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 723 mots

Artiste américain. Promoteur d'ingénieux procédés techniques appliqués à la représentation du visage humain, Chuck Thomas Close, né le 5 juillet 1940 à Monroe, dans l'État de Washington, est surtout réputé pour ses portraits hyperréalistes en grand format. Chuck Close fut initié à l'art dès l'enfance. À l'âge de quatorze ans, une exposition de peintures abstraites de Pollock le détermine à deveni […] Lire la suite

ESTES RICHARD (1932- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 328 mots

Peintre américain né le 14 mai 1932 à Kewanee (Illinois), Richard Estes est un représentant de l'hyperréalisme, mouvement pictural caractérisé par une reproduction méticuleuse des détails, où la netteté et la clarté de la représentation sont poussées à l'extrême. Estes peint presque exclusivement des scènes urbaines d'un grand réalisme avec une exactitude minutieuse . L'emploi de la photographi […] Lire la suite

FIRMAN DANIEL (1966- )

  • Écrit par 
  • Valérie DA COSTA
  •  • 930 mots

C’est avec ses personnages étrangement hyperréalistes que Daniel Firman (né en 1966 à Bron) s’est fait connaître au début des années 2000. Moulés d’après nature, habillés de véritables vêtements, et portant perruque, ils sont saisis dans des poses singulières : penchés la tête en bas, appuyés contre un mur ou encore en équilibre sur les mains les jambes en l’air ( M-A/C-L , 2005 ; Clémentine , 200 […] Lire la suite

GASIOROWSKI GÉRARD (1930-1986)

  • Écrit par 
  • Élisabeth LEBOVICI
  •  • 381 mots

Figure marginale et solitaire, qui se condamna, à certains moments de son histoire, à la réclusion ou à la disparition, Gérard Gasiorowski, né à Paris, n'a cessé de vouloir vivre la peinture — s'y engloutir — et, en même temps, de s'en détacher. Composée de séries, son œuvre apparaît comme autant d'effets de ce « paradoxe du peintre », comme autant « d'intensités productives, hors des conventions […] Lire la suite

GERHARD RICHTER, PANORAMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Erik VERHAGEN
  •  • 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Héritier d'une tradition »  : […] C'est plus précisément en 1962, après son exil en Allemagne de l'Ouest (Gerhard Richter est né en 1932 à Dresde et y résidera jusqu'en 1961) et son inscription à l'école des Beaux-Arts de Düsseldorf, que l'artiste pose les bases officielles de l'œuvre à venir, reniant par la même occasion sa production antérieure (le catalogue raisonné ne tient pas compte de sa période est-allemande). L'œuvre la p […] Lire la suite

HANSON DUANE (1925-1996)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 890 mots

Les œuvres du sculpteur américain Duane Hanson sont surtout connues du public par leurs reproductions dans les ouvrages consacrés au pop art ou à l'hyperréalisme. Figure emblématique de la culture de masse, aussi connue que la Marilyn de Warhol, sa grosse dame, la cigarette au coin des lèvres, conduisant un caddie débordant de victuailles achetées au supermarché ( Market Lady , 1969) est l'image […] Lire la suite

HUCLEUX JEAN OLIVIER (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 417 mots

Dessinateur et peintre, Jean Olivier Hucleux fut un pionnier du mouvement hyperréaliste qui s'est développé en Europe et aux États-Unis dans les années 1960. Jean Olivier Hucleux, né en 1923 à Chauny (Aisne), travaille dans l'entreprise familiale de 1945 à 1965, puis s'établit comme brocanteur aux puces de Clignancourt à Paris. Il se remet à peindre, encouragé par des artistes tels que Jean-Pierre […] Lire la suite

MORLEY MALCOLM (1931-2018)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

C’est durant les années 1960 que se fixent les grandes lignes de l’œuvre de Malcolm Morley (né le 7 juin 1931, à Highgate, Angleterre, mort le 2 juin 2018 à Long Island, État de New York), tant dans le choix des sujets – batailles navales, marines, vues d’océan, plages, croisières, vacances – que dans le traitement pictural : le recours au procédé de la grille pour « mettre au carreau » l’image à […] Lire la suite

RÉALISME RETOUR AU

  • Écrit par 
  • Jean CLAIR
  •  • 5 154 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Par-delà le maniérisme : l'exemple de Jim Dine »  : […] Dès les années 1960, le Pop Art et le photoréalisme, ce dernier connu en Europe sous le nom d'hyperréalisme, avaient offert une alternative figurative au primat de l'abstraction. En dépit de leur formalisme, ces deux courants avaient déjà amené quelques peintres à s'interroger sur la nature du procès réaliste et sur le statut de l'image figurative. Par un curieux effet réflexe, ces deux formes de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Élisabeth LEBOVICI, « HYPERRÉALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hyperrealisme/