Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RICHTER GERHARD (1932- )

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Mort 1, G. Richter - crédits : Gerhard Richter

Mort 1, G. Richter

Né en 1932 à Dresde, Gerhard Richter s'inscrit en 1951 à l'école supérieure des Beaux-Arts de sa ville natale où, inféodé au réalisme socialiste et tenu à l'écart des différentes avant-gardes occidentales, il se spécialise dans la peinture murale. Il obtient son diplôme à la suite d'une réalisation pour le musée de l'Hygiène allemand en 1956. Trois ans après, Richter entreprend un voyage à Cassel situé seulement à 15 kilomètres de la frontière est-allemande pour se rendre à la deuxième édition de la Documenta, manifestation phare perçue en R.D.A. comme un redoutable « instrument de propagande » de la création à l'ouest. Il y découvre les œuvres de Ernst Wilhelm Nay, Jackson Pollock, Jean Fautrier et Lucio Fontana dont les tableaux, l'artiste le reconnaîtra rétrospectivement, constituent une des raisons qui le poussent à quitter l'Allemagne de l'Est. Le passage en R.F.A. s'effectue en 1961, peu avant la construction du Mur de Berlin. Richter décide de reprendre ses études et s'inscrit à l'académie des Beaux-Arts de Düsseldorf, où Joseph Beuys vient d'être nommé professeur. S'ensuit une période de travail boulimique, synonyme d'une pratique abstraite et informelle que l'artiste assimile à sa liberté retrouvée. Les tableaux réalisés au début de l'année 1962 – Cicatrice, Agression, Litanie, Blessure – témoignent à ce titre d'un caractère introspectif que son activité de peintre muraliste au service d'une idéologie aliénante avait refoulé. Le changement radical qui le fait passer d'une figuration appliquée, maniérée et « lisible » à une pratique gestuelle et matiériste ne traduit pas tant une rupture stylistique mûrement réfléchie qu'une volonté de repartir à zéro. Il n'en demeure pas moins que cette « parenthèse » de 1962 constitue la seule période où l'artiste ne s'est pas dissimulé derrière un discours qui lui permet, à l'image des peintures abstraites à venir, de maintenir une distance émotionnelle.

Le réalisme capitaliste

Indépendamment de ce premier virage stylistique, l'année 1962 coïncide dans la trajectoire de Richter avec la mise en place d'un collectif de circonstance réunissant les artistes Konrad Lueg, Manfred Kuttner et Sigmar Polke, également étudiants à la Kunstakademie de Düsseldorf. La rencontre avec Lueg (le futur galeriste Konrad Fischer) est la plus déterminante. C'est lui qui initie l'« inculte » Richter à l'art contemporain le plus pointu, tout en l'introduisant dans le milieu de l'art de Düsseldorf en pleine expansion. Les quatre artistes organisent en mai 1963 une manifestation collective qui préfigure une action entreprise en octobre de cette même année par Lueg et Richter sous l'appellation de « démonstration pour le réalisme capitaliste ». Ces deux expositions de mai et d'octobre traduisent les rapports conflictuels, faits d'attirance et de rejet, que ces étudiants entretiennent avec le pop art découvert par le biais de revues américaines. Constituant à leur yeux un moyen salvateur d'échapper à l'emprise de l'hégémonisme moderniste, le phénomène anglo-saxon donne par ailleurs aux jeunes artistes la possibilité de s'inspirer d'une société allemande transformée par le miracle économique de l'après-plan Marshall et auquel ils ne sauraient toutefois souscrire sans perplexité. D'où le concept d'un « réalisme capitaliste » qui renvoie aussi bien à leur passé communiste (Kuttner et Polke ont également vécu une partie de leur jeunesse en R.D.A.) qu'à l'« américanisation » d'une Allemagne renaissant de ses cendres.

La découverte du pop art a sur Richter des conséquences tout aussi radicales que son récent passage à l'Ouest. Deux œuvres[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification

Pour citer cet article

Erik VERHAGEN. RICHTER GERHARD (1932- ) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Autres références

  • ART ET TERRORISME SELON GERHARD RICHTER - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 450 mots

    2 avril 1968 Andreas Baader et Gudrun Ensslin, activistes allemands d'extrême gauche, font exploser le grand magasin Kaufhaus Schneider à Francfort.

    Avril 1970 Arrestation et emprisonnement d'Andreas Baader.

    2 juin 1970 Un tract, plus tard attribué à Ulrike Meinhof, alors journaliste...

  • GERHARD RICHTER, PANORAMA (exposition)

    • Écrit par
    • 979 mots
    • 1 média

    Après la Tate Modern de Londres et la Nationalgalerie de Berlin, c'est au tour du Centre Georges-Pompidou à Paris (du 6 juin au 24 septembre 2012) de fêter les quatre-vingts ans de Gerhard Richter. Considéré comme le plus important peintre contemporain en activité, toutes générations confondues,...

  • MORT 1 (G.Richter)

    • Écrit par
    • 268 mots
    • 1 média

    Quelque dix années après le « suicide collectif » dans leur cellule le 18 octobre 1977, de quatre des membres du groupe terroriste Rote Armee Fraktion (Fraction Armée rouge), Gerhard Richter, peintre allemand né en 1932, réalisa puis exposa pour la première fois un cycle de quinze peintures,...

  • HYPERRÉALISME

    • Écrit par
    • 3 196 mots
    ...variations de netteté et de flou. Apparaissant à l'image, ces procédés photographiques parfois très présents viennent perturber la vision du spectateur. Le travail sur le flou, qui nourrit les peintures de Gerhard Richter comme celles de Chuck Close, Don Eddy, Ben Schonzeit, Richard Artschwager ou Audrey...
  • POLKE SIGMAR (1941-2010)

    • Écrit par
    • 2 357 mots

    Né en 1941 à Oels en Silésie, Sigmar Polke se réfugie avec sa famille en Thuringe, lors de l'expulsion des communautés allemandes qui suit la fin de la Seconde Guerre mondiale, puis passe à l'Ouest en 1953. De 1959 à 1960, il est apprenti chez un maître verrier de Düsseldorf et intègre en 1961 la Kunstakademie...

  • REICH STEVE (1936- )

    • Écrit par
    • 2 886 mots
    Avec la complicité du peintre Gerhard Richter et grâce à la collaboration de la vidéaste expérimentale Corinna Belz, Steve Reich compose un concert visuel intitulé Reich/Richter (2019). La musique est exécutée en live sur une projection vidéo synchronisée de motifs évolutifs imaginés par Gerhard...