HOFMANNSTHAL HUGO VON (1874-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Finis Austriae »

La Première Guerre mondiale, qui préparait la fin de cette culture européenne de la Belle Époque à laquelle Hofmannsthal s'était identifié, obligea un écrivain resté longtemps « apolitique » à sortir de sa tour d'ivoire. L'année 1917 marque chez Hofmannsthal le point culminant de ses efforts de « politique culturelle » (tournées de conférences, articles, programmes éditoriaux) au service de « L'idée autrichienne », pour reprendre le titre d'un article qu'il publie, en français, le 15 novembre 1917 dans La Revue d'Autriche, une revue du « groupe de propagande » du « quartier de presse de guerre ». Affirmant que l'Autriche, profondément différente de l'Allemagne prussienne, est la base indispensable de l'Europe centrale danubienne, la synthèse de l'Est et de l'Ouest, de la tradition romaine, méridionale, et de la civilisation germanique, Hofmannsthal donne dans ces textes des années de guerre sa version personnelle du « mythe habsbourgeois », que Claudio Magris a magistralement étudié : c'est au moment où la monarchie habsbourgeoise disparaît de la carte européenne que les intellectuels autrichiens la parent de toutes les vertus...

« Avec l'effondrement de l'Autriche, j'ai perdu le terreau dans lequel j'étais enraciné », écrira Hofmannsthal en 1928 à l'historien et homme politique Josef Redlich. La comédie de caractère L'Homme difficile, commencée en 1917, achevée en 1920, dont la première eut lieu à Munich le 8 novembre 1821 et que l'on peut considérer comme un chef-d'œuvre du théâtre de tradition moliéresque, fait revivre lord Chandos en la personne du « misanthrope », le comte Hans Karl Bühl, qui a frôlé la mort sur les champs de bataille de la Grande Guerre et qui hésite à parler devant la Chambre des pairs (une institution de l'ancienne Autriche, abolie par la Première République !). Le scepticisme linguistique de l'esthète de 1902 a fait place au désespoir de l'humaniste qui ne croit plus à la force des mots, ni des textes, pour redresser le cours erratique de la culture européenne.

Dans Les Écrits [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

Café Griensteidl, R. Völkel

Café Griensteidl, R. Völkel
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Le Chevalier à la rose

Le Chevalier à la rose
Crédits : Hulton Getty

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOFMANNSTHAL HUGO VON (1874-1929)  » est également traité dans :

L'HOMME DIFFICILE (H. von Hofmannsthal)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 231 mots

De Hugo von Hofmannsthal, né et mort à Vienne (1874-1929), nous avons longtemps eu en France une vue brouillée par sa collaboration avec Richard Strauss, son compatriote, pour lequel il écrivit notamment les livrets d'Elektra et du Chevalier à la rose. Mais […] Lire la suite

UNE LETTRE DE LORD CHANDOS, Hugo von Hofmannsthal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 967 mots

Publiée en 1902 par Hugo von Hofmannsthal (1874-1929), Une lettre de lord Chandos compte parmi les textes fondateurs de modernité littéraire qui allait faire du langage, non seulement le matériau, mais l'objet par excellence de son travail, en opposition aux fausses évidences de la langue ordinaire. Une Lettre […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Échos du symbolisme »  : […] L'Allemagne avait longtemps résisté à Zola. Un théâtre naturaliste naît cependant avec Gerhart Hauptmann (1858-1921) et l'imitation à Berlin du Théâtre libre. Cependant, ce naturalisme qui heurtait sans doute les tendances profondes ou les habitudes de l'esprit allemand devait être de brève durée : bientôt Hauptmann dérive vers le rêve et le mythe. En 1890, l'Allemagne ignorait encore Baudelaire. […] Lire la suite

ARIANE À NAXOS (R. Strauss)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 174 mots

Ariadne auf Naxos ( Ariane à Naxos ) de Richard Strauss, sur un livret de Hugo von Hofmannsthal, connut tout d’abord une première version en un acte, conçue pour remercier Max Reinhardt de sa mise en scène du Der Rosenkavalier ( Le Chevalier à la rose ), et destinée à être jouée après Le Bourgeois gentilhomme de Molière. Composée en 1911 et 1912, elle fut créée au Neues Königliches Hoftheater […] Lire la suite

ELEKTRA (R. Strauss)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 1 389 mots

Chef-d'œuvre de l'expressionnisme musical allemand, Elektra , de Richard Strauss (1864-1949) est créé le 25 janvier 1909 au Königliches Opernhaus de Dresde. Un fait est à noter, qui manifeste la portée de la collaboration qui va s'instaurer entre le musicien et le poète autrichien : la dénomination exacte de l'ouvrage est non pas « opéra en un acte sur un livret de Hugo von Hofmannsthal », mais « […] Lire la suite

ELEKTRA (R. Strauss), en bref

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 213 mots

Elektra , opéra en un acte de Richard Strauss d'après la tragédie de Hugo von Hofmannsthal, est créé au Königliches Opernhaus de Dresde le 25 janvier 1909. L'opéra, qui n'est pourtant pas avare de meurtres et de sentiments exacerbés, ne connaît aucun autre exemple d'illustration musicale aussi virulente de la fureur qu' Elektra . En un seul acte ramassé – à peine plus d'une heure et demie – et d'u […] Lire la suite

Elektra, STRAUSS (Richard)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 816 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Lorsque Elektra est créée à Dresde, le 25 janvier 1909, Richard Strauss n'est pas encore un compositeur d'opéra confirmé. Il est alors plus connu pour ses poèmes symphoniques –  Don Juan (1889), Till Eulenspiegel (1895), Ainsi parlait Zarathoustra (1896)... – et entame la deuxième phase de sa carrière, au cours de laquelle il se tournera vers l'art lyrique. Après la violence de Salomé (1905) e […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Humanisme et classicisme : le temps des pionniers »  : […] La véritable impulsion va venir de l'homme de théâtre Max Reinhardt, l'un des plus grands metteurs en scène de son temps. On évoquait alors l'utopie d'un « théâtre des cinq cités » : Berlin, Hambourg, Munich, Vienne, avec Salzbourg comme centre de gravité. En 1916 se crée à Vienne une association pour la création d'un festival à Salzbourg (Salzburger Festspielhaus-Gemeinde), qui se dote en 1917 d' […] Lire la suite

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Des collaborations fécondes »  : […] Si elle est jalonnée de querelles entre compositeurs et librettistes, l'histoire de l'opéra est tout aussi riche en collaborations fameuses : celles de Lully et Quinault, de Mozart et Da Ponte (sur laquelle nous n'avons guère de documents), celles encore de Puccini avec Luigi Illica et Giuseppe Giacosa, d'Offenbach avec Henri Meilhac et Ludovic Halévy, voire de Gounod avec Jules Barbier et Michel […] Lire la suite

STRAUSS RICHARD

  • Écrit par 
  • Dominique JAMEUX
  •  • 3 128 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Entre Garmisch et le monde entier (1924-1939) »  : […] Délivré de tout poste permanent, mais invité partout, Strauss ne cesse d'aller et venir entre sa villa des Alpes bavaroises et les différentes capitales allemandes et européennes. Ses ouvrages lyriques continuent d'être composés et représentés. Hélène d'Égypte , sur un livret remarquable d' Hofmannsthal, pour une partition qui tire vers la convention, et Intermezzo en sont les deux titres princip […] Lire la suite

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire marqué de modernité européenne et notamment français […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « HOFMANNSTHAL HUGO VON - (1874-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-von-hofmannsthal/