ELEKTRA (R. Strauss)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-d'œuvre de l'expressionnisme musical allemand, Elektra, de Richard Strauss (1864-1949) est créé le 25 janvier 1909 au Königliches Opernhaus de Dresde. Un fait est à noter, qui manifeste la portée de la collaboration qui va s'instaurer entre le musicien et le poète autrichien : la dénomination exacte de l'ouvrage est non pas « opéra en un acte sur un livret de Hugo von Hofmannsthal », mais « tragédie en un acte de Hugo von Hofmannsthal, musique de Richard Strauss ». Les rôles principaux sont tenus par les sopranos Annie Krull (Elektra) et Margarethe Siems (Chrysothemis), la mezzo-soprano Ernestine Schumann-Heink (Klytämnestra), le baryton-basse Karl Perron (Orest) et le ténor Johannes Sembach (Aegisth) ; la direction est assurée par Ernst von Schuch. L'œuvre ne connaît pas un franc succès lors de sa création : les protagonistes ont l'impression qu'avec Elektra les limites des possibilités expressives de la voix humaine ont été franchies ; une partie du public considère que l'hystérie sonore (l'orchestre comptait le nombre record de cent onze musiciens) et la recherche du saisissant y ont atteint leur comble, cependant que d'autres s'amusent de ce mélange incongru de primitivisme brut et de valse viennoise, caractéristique de l'œuvre. Quoi qu'il en soit, en dépit de ces controverses – voire grâce à elles –, Elektra va rapidement triompher dans le monde entier. La hardiesse straussienne, notamment dans le traitement de la tonalité, trouve dans cet ouvrage son expression la plus avancée. Les deux ouvrages lyriques suivants, Le Chevalier à la rose (1911) et Ariane à Naxos (1912), marqueront une rupture esthétique radicale par rapport aux novations de Salomé (1905) et d'Elektra, rupture que d'aucuns considéreront comme une démission du compositeur à l'égard de la modernité.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, assistant à l'université Marc Bloch (Strasbourg), critique musical

Classification

Pour citer l’article

Timothée PICARD, « ELEKTRA (R. Strauss) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elektra/