HORDE D'OR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

1200 à 1300. L'Asie des Mongols
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo


Nom sous lequel est connu le khānat fondé dans les plaines russes, au nord de la mer Noire et de la Caspienne, par la branche gengiskhanide aînée au xiiie siècle. La région, occupée au sud par des nomades de race turque, les Kiptchak (ou Coman ou Polovtsy), au nord par les Bulgares de la Volga et les principautés russes, est conquise en 1222/23 par les Mongols que commandent Jebe et Sübötei. Relevant alors de l'autorité virtuelle du fils aîné de Gengis-khān, Jöči, elle passe en héritage en 1227 au deuxième fils de ce dernier, Batu (mort en 1255/56), qui l'organise en un État pratiquement indépendant de l'Empire mongol, avec une capitale de type nomade, Sarai, sur la Volga. Batu anéantit, entre 1237 et 1241, le khānat bulgare, soumet définitivement les Kiptchak (desquels son royaume ou ulus va prendre le nom) et les principautés russes, qui ne sauvent leur intégrité culturelle et religieuse qu'au prix d'un lourd tribut annuel et d'une reconnaissance de vassalité. La principauté de Novgorod, au nord-ouest, conserve seule son indépendance politique.

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

1200 à 1300. L'Asie des Mongols

Carte

Gengis-Khan. Empire mongol. Croisades en Europe. Émergence du Mali en Afrique.Le XIIIe siècle est celui des Mongols. À partir de 1206, les troupes de Gengis Khan déferlent sur l'Asie et l'Europe. Xixia, Jin, Kharezm, Qipcaq, principautés russes sont vassalisés.Les descendants du conquérant... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

1100 à 1200. Croisades et Khwarazm

Carte

Croisades. Les shahs du Khwarazm supplantent les Seldjoukides. Apogée anasazi en Amérique du Nord.Malgré ses rivalités internes, opposant notamment les rois capétiens à l'État anglo-angevin des Plantagenets, l'Occident chrétien s'étend en Méditerranée.Les Almohades, qui ont remplacé les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La conversion à l'islam des souverains de la Horde d'or, une première fois sous le règne de Berke (1257-1267), frère et successeur de Batu, puis définitivement sous Özbek (ou Üzbek, qui règne de 1313 à 1341, descendant direct de Batu, à la troisième génération), marque le divorce total entre la population conquise, russe et chrétienne, et la minorité régnante — un métissage de Mongols, qui ont retrouvé dans les steppes russes leur cadre de vie originel, et d'autochtones turcs kiptchak. Les souverains de la Horde d'or se font les champions de la tradition mongole face à leurs cousins, les Ilkhān d'Iran et les Yuan de Chine, gagnés à des civilisations sédentaires supérieures à la leur. Et, au nom de leur foi musulmane, ils s'allient aux Mamluk d'Égypte contre les Ilkhān encore isolés alors du reste du monde mongol ; ils ouvrent ainsi de plus en plus le pays au commerce de la Méditerranée et de l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification


Autres références

«  HORDE D'OR  » est également traité dans :

ALEXANDRE IAROSLAVITCH NEVSKI (1220-1263)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 428 mots

Fils de Iaroslav Vsevolodovitch, prince héréditaire de Pereïslav-Zalesski — au nord de Moscou —, le jeune Alexandre apparaît d'abord comme le brillant second de son père, devenu grand-prince de Vladimir. Il se voit confier notamment la fonction de prince de Novgorod au moment où les territoires russes occidentaux sont assaillis par leurs voisins : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-iaroslavitch-nevski/#i_21746

EXPANSION MONGOLE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 206 mots

1206 Temüdjin est reconnu khan universel (Gengis khan). 1215 Prise de Pékin et annexion de la Mandchourie. 1221 Gengis khan atteint l'Indus. 1229 Ögödeï est élu grand khan deux ans après la mort de son père Gengis khan. 1231 Destruction définitive de l'empire du Kharezm et occupation mongole en Iran. 1238 Les Mongols à Moscou, Vladimir et Sou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/expansion-mongole-reperes-chronologiques/#i_21746

HORDE BLANCHE

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 128 mots

Nom donné au khānat fondé dans le Kazakhstan actuel par Orda, frère de Batu et fils aîné de Jöči, lui-même le premier-né de Gengis-khān. Nominalement vassale de la Horde d'or, la Horde blanche fait peu parler d'elle jusqu'à l'époque où Tuqtamiš (Tuqtamich), son souverain (1376/77-1406/07), réunit pour un temps (1381-1395) les deux khānats sous son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horde-blanche/#i_21746

IVAN Ier DANILOVITCH KALITA (1304-1341) grand-prince de Moscou (1325-1341)

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 223 mots

Après avoir secondé son frère Iouri, Ivan lui succède en 1325 à la tête de la principauté de Moscou, fondée à la fin du xiii e  siècle par leur père, Daniel. Le nouveau prince continue la lutte menée par son aîné contre la principauté de Tver pour l'obtention du titre de grand-prince de Vladimir, c'est-à-dire pour l'hégémonie de la Russie du Nord-E […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ivan-ier-danilovitch-kalita/#i_21746

KAZAN PRISE DE (1552)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 193 mots

En s'emparant définitivement du khanat mongol de Kazan, que son grand-père Ivan III n'avait que temporairement annexé en 1487, Ivan le Terrible, premier des grands-princes moscovites à s'être fait couronner tsar, affirme dès les débuts de son règne (1547-1584) la nouvelle dimension prise par son État, alors en pleine restructuration autocratique. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prise-de-kazan/#i_21746

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La dislocation de l'Empire »  : […] Hormis en Chine du Sud, l'Empire a désormais atteint ses plus grandes frontières. L'élargissement des possessions au Moyen-Orient a entraîné la création d'un cinquième ulus au bénéfice de Hülegü (1256), qui y établit la dynastie des Ilkhan d'Iran. Et, cependant qu'en Chine Qubilai se fait proclamer grand-khan par ses troupes, sans convoquer de qur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21746

MOSCOU

  • Écrit par 
  • Galia BURGEL, 
  • Catherine GOUSSEFF, 
  • Roger PORTAL
  •  • 8 358 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Une capitale vassale des Tatars »  : […] Création du prince de Suzdal', Juri Dolgoruki, Moscou, dont le nom apparaît pour la première fois dans les documents en 1147, ne fut jusqu'au xiii e  siècle, dans la Russie féodale, qu'un petit bourg, pourvu d'une fortification ou kremlin de bois, dépendant de la principauté de Vladimir-Suzdal'. Devenue au début du xiii e  siècle le centre d'une pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moscou/#i_21746

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 249 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La domination mongole »  : […] Les deux siècles de domination mongole ont eu des conséquences profondes sur le cours de l'histoire russe : la théorie « eurasienne » qui rattache partiellement la Russie à l'Asie et met l'accent sur les traits asiatique de la civilisation russe, apparus ou renforcés après la conquête, est rejetée ou mise en doute par la plupart des historiens. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_21746

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Sibérie gengiskhanide »  : […] Alors que la Sibérie centrale et orientale suit la destinée des Gengiskhanides, un sort particulier revient à la Sibérie occidentale ; là, le territoire, appelé Sibir, faisait partie de l' oulous de Djûchî, fils de Gengis khan, puis passa à sa mort, en 1227, à son fils Batou ; celui-ci porta ce khanat à sa plus grande dimension, vassalisant même d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_21746

TRIBUT, Russie

  • Écrit par 
  • Wladimir VODOFF
  •  • 169 mots

Dès l'établissement du joug mongol (1240), la Russie doit acquitter un tribut à la Horde d'or. À l'origine, il est perçu directement par des fonctionnaires mongols, après le recensement de la population. Mais, au début du xiv e  siècle, le tribut, appelé couramment vychod (le terme général dan était plutôt réservé à l'impôt payé au prince par la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribut-russie/#i_21746

UKRAINE

  • Écrit par 
  • Annie DAUBENTON, 
  • Iryna DMYTRYCHYN, 
  • Lubomyr A. HAJDA, 
  • Georges LUCIANI, 
  • Yann RICHARD
  •  • 37 634 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La Rous kiévienne »  : […] La formation de l'État kiévien à partir du milieu du ix e  siècle, le rôle joué dans ce processus par les Varègues (Scandinaves) et le nom de Rous sous lequel cet État vint à être connu sont matières à controverse chez les historiens. Il est clair toutefois que cette formation fut liée à l'importance nouvelle de la route du Dniepr entre la Baltique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ukraine/#i_21746

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « HORDE D'OR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/horde-d-or/