HONGRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hongrie : carte physique

Hongrie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Hongrie : drapeau

Hongrie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Parlement à Budapest, Hongrie

Parlement à Budapest, Hongrie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Hongrie : économie

Hongrie : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Nom officielHongrie (HU)
Chef de l'ÉtatJános Áder (depuis le 10 mai 2012)
Chef du gouvernementViktor Orbán (depuis le 29 mai 2010)
CapitaleBudapest
Langue officiellehongrois
Unité monétaireforint (HUF)
Population9 793 000 (estim. 2017)
Superficie (km2)93 030
Dans l’atlas toutes les données

La Hongrie sous le communisme (1945-1989)

Le fait d'avoir de 1941 à 1944 (et même au-delà) combattu aux côtés de l'Allemagne nazie a livré la Hongrie, pays vaincu, à la puissance soviétique. S'y installant dès l'automne de 1944, les Soviétiques ont dans un premier temps (1945-1948) toléré qu'il y règne une relative liberté sous la forme d'un parlementarisme à l'occidentale, encore que le nouveau régime ait dû se plier à la volonté de la puissance occupante et concéder des privilèges exorbitants à un Parti communiste agissant de concert avec Moscou. Mais, dès 1947, les forces non communistes du pays ont subi d'immenses pressions tant du côté des Soviétiques que de la part des communistes locaux et finirent par être liquidées les unes après les autres. L'année 1949 vit la proclamation d'une « république populaire » à la soviétique qui devait durer quarante ans.

L'histoire de la Hongrie communiste a été marquée par un soulèvement général (automne de 1956) qui a fortement impressionné les Soviétiques comme d'ailleurs le monde occidental et asiatique, peu habitué jusque-là à voir un peuple tout entier se révolter contre le communisme. Pendant les trois décennies suivantes, les Hongrois ont réussi à arracher à Moscou des concessions leur permettant d'aménager le système de façon à le rendre à la fois plus viable et plus supportable. D'aucuns ont comparé cet aménagement au compromis de 1867 ; cependant, à la différence de celui-ci, les tolérances obtenues après 1956 n'ont pas été négociées dans la clarté ni inscrites dans les lois du pays.

Morts pour la liberté

Morts pour la liberté

photographie

Des journalistes occidentaux sont témoins de la brutalité avec laquelle les troupes soviétiques écrasent le soulèvement anticommuniste de Hongrie, en novembre 1956. Des adolescents et des femmes avaient aussi pris les armes contre les forces de Moscou. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En dépit de cette situation exceptionnelle qui fit de leur pays pendant un quart de siècle (1964-1989) la « vitrine » du monde soviétique, les Hongrois devaient être en 1989 les premiers, avec les Polonais, à rejeter le communisme et à se donner à nouveau un système institutionnel s'inspirant des principes de la démocratie occidentale.

La mise en place de la domination communiste

Dès l'automne de 1944, les Soviétiques, s'emparant de l'est et du nord-est de la Hongrie, s'emploient à y constituer un rass[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 48 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
  • : professeur honoraire à la faculté des lettres de Budapest
  • : professeur à l'université de Londres (Grande-Bretagne)
  • : professeur des Universités

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre KENDE, Marie-Claude MAUREL, Jean BÉRENGER, Edith LHOMEL, Albert GYERGYAI, Lorant CZIGANY, Fridrun RINNER, « HONGRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/