HONGRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielHongrie (HU)
Chef de l'ÉtatJános Áder (depuis le 10 mai 2012)
Chef du gouvernementViktor Orbán (depuis le 29 mai 2010)
CapitaleBudapest
Langue officiellehongrois
Unité monétaireforint (HUF)
Population9 672 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)93 023

Les mutations des années 1989-1990

Dans la chaîne des révolutions est-européennes de 1989, la Hongrie fut, après la Pologne, le deuxième maillon. À quel moment exact a-t-elle franchi « le cap » ? Quand a-t-elle cessé d'être un pays de type soviétique ? Impossible de répondre avec précision. Car, pour la Hongrie, le passage à la démocratie s'est effectué à la faveur d'une évolution sans éclats, au moyen de petites étapes dont chacune n'a apporté que des compléments aux innovations précédemment acquises.

Aux origines de cette évolution, deux séries d'événements (pour autant qu'on se limite au paysage national en laissant de côté une troisième série non moins décisive : celle des changements survenus à Moscou sous l'impulsion de Mikhaïl Gorbatchev). La première série remonte aux années soixante-dix, elle est liée au réveil de la société hongroise. L'autre série concerne les structures mêmes du pouvoir communiste, elle se présente comme une crise multiple (de gestion économique, de succession politique et de légitimité idéologique) que le régime ne parvenait plus à surmonter. L'année 1989, marquée par une conjonction d'événements externes, les uns plus favorables que les autres, permit alors à la société hongroise de résoudre la crise du régime communiste en mettant fin à celui-ci.

Le réveil de la société hongroise

Après une longue léthargie due à la défaite de 1956, c'est au cours des années soixante-dix que la société hongroise en est venue à se réactiver. En 1968, seule une poignée d'intellectuels osa élever la voix contre l'invasion de la Tchécoslovaquie voisine. Mais quelques années plus tard, encouragée sans doute par une relative tolérance des autorités, la création intellectuelle a pris ses distances avec l'idéologie officielle. Dans la production littéraire et artistique comme dans les publications touchant à l'histoire ou aux sciences sociales, le choix des thèmes devenait plus libre de même que la manière dont on les traitait : le parler marxiste-léniniste a perdu son monopole (tout en restant prédominant). Les décennies qui séparent 1968 de la crise finale n'ont, certes, pas été exemptes de répressions ni d'intimidations envers les rebelles mais après 1975, année où une tentative maladroite a été faite pour instituer le procès d'un livre-reportage critique sur la condition ouvrière (Salaire aux pièces, de Miklos Haraszti), aucun intellectuel n'a été mis en prison. C'est d'autant plus remarquable que la décennie et demie suivante a vu naître en Hongrie – à Budapest surtout – le samizdat organisé et de plus en plus « politique ». Le public de cette nouvelle littérature oppositionnelle était, certes, restreint, de même que le nombre encore plus limité de ceux qui risquaient leur emploi pour y participer activement (celui qui publiait dans le samizdat – ou qui signait une pétition – perdait vite son poste d'enseignant, de journaliste ou de chercheur) ; le petit monde du samizdat n'en a pas moins apporté une révolution : la fin du contrôle absolu exercé par le pouvoir sur l'opinion publique.

Loin de la capitale, un autre segment de la société hongroise commençait à donner des signes d'impatience : celui des patriotes frustrés. Dans les années soixante, en effet, le rétablissement de la liberté de circulation entre les États communistes avait permis à des centaines de milliers de Hongrois de découvrir leurs parents ethniques – souvent leurs parents au sens littéral – vivant au-delà des frontières, sous administration roumaine, yougoslave ou tchécoslovaque. (L'U.R.S.S. elle-même, où vivaient pourtant d'autres Hongrois détachés de la mère patrie en 1919, puis en 1944, est restée fermée jusqu'à la fin.) Ces retrouvailles, que les autorités roumaines ont tout fait pour rendre pénibles, ont fait naître du côté hongrois des sentiments d'identité blessée et de nostalgie, début d'un éveil nationaliste. C'est là que le courant national-populiste, groupé autour de l'illustre Gyula Illyés, poète et tribun, a trouvé son public naturel en développant un discours qui, littéraire et symbolique au départ, a pris des couleurs de plus en plus sociales et politiques. Vers le milieu des années quatre-vingt, dans le commun refus du communisme déclinant, un rapprochement se dessine entre les deux milieux : « démocrates » (formés par le samizdat) et « nationaux » (is [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 48 pages

Médias de l’article

Hongrie : carte physique

Hongrie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Hongrie : drapeau

Hongrie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Parlement à Budapest, Hongrie

Parlement à Budapest, Hongrie
Crédits : alex.ch/ Flickr ; CC-BY-SA 2.0

photographie

Hongrie : économie

Hongrie : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 19 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : professeur à l'université de Londres (Royaume-uni)
  • : professeur honoraire à la faculté des lettres de Budapest
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur des Universités

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

17 octobre 2021 Hongrie. Désignation du candidat de l'opposition en vue des élections législatives de 2022.

Au terme d’une élection primaire ayant réuni plus de six cent mille votants, Peter Márki-Zay, le maire d’une ville de province, qui se présente comme « chrétien et conservateur », est désigné comme candidat unique de l’opposition en vue des élections législatives d’avril 2022. Peter Márki-Zay l’emporte sur l’eurodéputée sociale-démocrate Klára Dobrev. […] Lire la suite

12-15 septembre 2021 Vatican – Hongrie – Slovaquie. Visite du pape François en Europe centrale.

Le 13, alors qu’il a entamé la veille une visite de trois jours en Slovaquie, François rencontre, comme il l’avait fait en Hongrie, des représentants de la communauté juive. Les juifs de Slovaquie ont été en majeure partie exterminés pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que le pays, vassal du IIIe Reich nazi, était dirigé par un prêtre, Jozef Tiso. […] Lire la suite

19-26 juillet 2021 Israël. Révélations sur l'usage par plusieurs États d'un logiciel israélien d'espionnage de téléphones.

Le consortium affirme que la vente de Pegasus, qui est validée par le ministère de la Défense israélien, constitue un outil de la politique d’influence de l’État hébreu et explique en partie les rapprochements récents d’Israël avec l’Arabie Saoudite, le Maroc ou la Hongrie. Outre ces derniers, l’Azerbaïdjan, Bahreïn, Dubaï, les Émirats arabes unis, l’Inde, le Mexique et le Togo, sont visés par ces révélations. […] Lire la suite

1er-12 juillet 2021 Finances mondiales. Suspension du projet européen de taxe numérique.

Seuls s’opposent au projet la Barbade, l’Estonie, la Hongrie, l’Irlande, le Kenya, le Nigeria, le Pérou, Saint-Vincent-et-les-Grenadines et le Sri Lanka. Le 10, le G20 réuni à Venise approuve, après le G7 en juin, l’accord sur la taxation des multinationales. La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen déclare que cet accord « invite les pays à accepter de démanteler les taxes numériques existantes, que les États-Unis considèrent comme discriminatoires, et à s’abstenir d’instaurer des mesures similaires à l’avenir ». […] Lire la suite

14-6 juillet 2021 Union européenne – Hongrie – Pologne. Ouverture de procédures d'infraction à l'encontre de la Hongrie et de la Pologne.

Le 15, la Commission européenne annonce l’ouverture de procédures d’infraction à l’encontre de la Hongrie et de la Pologne pour atteintes aux valeurs fondamentales de l’Union européenne (UE). Sont visées la loi hongroise interdisant la représentation ou la promotion, auprès des mineurs, de la sexualité, de l’homosexualité et du changement de sexe, votée en juin, ainsi que les résolutions contre l’idéologie LGBT et les chartes des droits des familles adoptées depuis 2019 par certaines collectivités locales polonaises. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, Lorant CZIGANY, Albert GYERGYAI, Pierre KENDE, Edith LHOMEL, Marie-Claude MAUREL, Fridrun RINNER, « HONGRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/