HONGRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielHongrie (HU)
Chef de l'ÉtatJános Áder (depuis le 10 mai 2012)
Chef du gouvernementViktor Orbán (depuis le 29 mai 2010)
CapitaleBudapest
Langue officiellehongrois
Unité monétaireforint (HUF)
Population9 705 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)93 025

La difficile conquête de l'indépendance

L'histoire de la Hongrie commence il y a un peu plus de mille ans, au ixe siècle, par la rencontre d'un peuple migrateur, les Hongrois ou Magyars, avec un territoire, le bassin danubien. Jusqu'à cette date, peuple et territoire eurent une histoire séparée. Le bassin danubien fut toujours une terre d'invasions et comme tel occupé successivement par les Celtes, puis les Romains qui laissèrent d'importants établissements en Dacie et Transdanubie (Pannonie) ; le plus illustre fut Aquincum, aujourd'hui Óbuda, dans la banlieue nord de Budapest. Dès le ive siècle, le recul de l'Empire romain livra ces contrées à des invasions multiples et à des dominations éphémères : en particulier le passage d'Attila et des Huns et surtout l'établissement d'un empire avar, contre qui Charlemagne créa la marche orientale de l'Empire (actuelle Autriche).

Les origines du peuple hongrois

Des légendes tenaces ont fait des Hongrois des parents, voire des descendants des Huns. En réalité, les Hongrois sont un peuple d'origine non pas asiatique, mais nordique. De patientes recherches archéologiques sur le territoire de l'Union soviétique et surtout la linguistique comparée des langues finno-ougriennes ont prouvé que les Proto-Hongrois étaient établis au nord de l'Oural au IIe millénaire avant J.-C. et qu'ils sont descendus progressivement vers la moyenne Volga, où ils sont entrés en contact avec des éléments turcs. Pasteurs et pêcheurs à l'origine, les Proto-Hongrois devinrent des nomades pillards. Ils participèrent à cette civilisation de la steppe qui a laissé de splendides bijoux : enterré avec son cheval, le cavalier hongrois conservait dans sa tombe armes et harnachement que l'on peut encore admirer aujourd'hui au Musée national (Nemzeti Múzeum) de Budapest.

Menacées par les Petchénègues, les cinq tribus conduites par leur chef Árpád traversèrent les Carpates en 896 et s'établirent dans la haute vallée de la Tisza, qui demeura toujours leur habitat de prédilection. Ils ne renoncèrent pas tout de suite au pillage, et chaque année ils organisaient des expéditions qui leur apportaient butin et esclaves. Leur tâche était favorisée par la faiblesse de l'État carolingien, qui les laissait exercer leurs rapines quasi impunément.

La victoire des Allemands à la bataille du Lechfeld (955) marqua la fin des grands raids. À ce moment le processus de sédentarisation était suffisamment avancé pour faire de ces nomades pillards des agriculteurs sédentaires.

L'État hongrois médiéval

Le véritable fondateur de l'État hongrois est le roi saint Étienne (996-1038). Il imposa d'abord la conversion au christianisme, malgré les réticences de certains clans. Placé au contact des chrétientés grecques et latines, il choisit le catholicisme romain qui avait pénétré par l'intermédiaire de missionnaires venus de Bohême et de Bavière. Dans un souci d'équilibre, il se déclara vassal du Saint-Siège (couronnement en l'an mille), pour ne pas laisser intégrer la Hongrie dans l'Empire romain germanique. Et jamais le roi de Hongrie ne fut le vassal de l'empereur, ni le royaume une province de l'Empire. De la même façon, il organisa l'Église catholique, en la dotant de vastes domaines, mais il conserva le droit de patronat et le contrôle sur les deux archevêques (d'Esztergom et de Kalocsa) et les quatorze évêques. La fameuse couronne elle-même est un symbole, car il semble prouver qu'il s'agit d'un joyau composite (byzantin et occidental).

Pour contrebalancer l'influence allemande, saint Étienne fit venir des missionnaires italiens et, dès cette époque, la Hongrie apparaît comme un carrefour d'influences dont la culture latine et la religion catholique constituaient les éléments dominants, tandis que la langue hongroise se maintenait à côté du latin, avant de s'épanouir au xvie siècle comme langue littéraire.

Le peuple hongrois lui-même était composite. Il n'y a pas plus de race hongroise qu'il n'y a de race française et seule l'imagination du touriste occidental a pu créer un type physique hongrois. En fait, au cours du xe siècle, les envahisseurs ont assimilé progressivement les populations existantes avars et slaves, la puissante originalité de la langue hongroise étant un facteur d'intégration ; seules les populations de certains districts montagneux de Slovaquie ont conservé leur langue et leurs coutumes. Mais [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 48 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Hongrie : carte physique

Hongrie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Hongrie : drapeau

Hongrie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Parlement à Budapest, Hongrie

Parlement à Budapest, Hongrie
Crédits : alex.ch/ Flickr ; CC-BY-SA 2.0

photographie

Hongrie : économie

Hongrie : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 19 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : professeur à l'université de Londres (Royaume-uni)
  • : professeur honoraire à la faculté des lettres de Budapest
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur des Universités

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Ils décident principalement d’imposer un embargo sur le pétrole russe d’ici à la fin de l’année, qui ne s’appliquera pas à la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Bulgarie, très dépendantes de cette source d’énergie, et qui consistera à réduire de 90 % les importations communautaires. Ils élargissent les sanctions à une soixantaine de personnalités russes supplémentaires, ajoutent la Sberbank, première banque russe, aux neuf autres déjà exclues du système d’échanges interbancaires SWIFT et interdisent la diffusion dans l’UE de trois chaînes de télévision d’État russes. […] Lire la suite

1er-30 avril 2022 Ukraine – Russie. Mise au jour de massacres de civils dans la région de Kiev évacuée par les troupes russes.

Le 5, l’Italie, l’Espagne, le Danemark, la Hongrie, la Slovénie et les institutions européennes annoncent à leur tour l’expulsion de diplomates russes. Les pays Baltes ont expulsé des diplomates russes dès février, et la Bulgarie, la Pologne, la Belgique, l’Irlande, les Pays-Bas, la Slovaquie et la République tchèque en mars. Le 5, Washington annonce le déblocage de 100 millions de dollars (95 millions d’euros) d’aide militaire. […] Lire la suite

3 avril 2022 Hongrie. Élections législatives.

La coalition Unis pour la Hongrie dirigée par Péter Márki-Zay, qui regroupe pour la première fois diverses formations de l’opposition allant du centre gauche (Parti socialiste, Parti vert, Coalition démocratique, Dialogue) au centre droit (Jobbik, Mouvement Momentum), obtient 36,5 % des voix et 57 élus. Avec 5,9 % des suffrages, le nouveau Mouvement Notre Patrie (extrême droite) de László Toroczkai, issu d’une scission du Jobbik, dispose de 6 députés. […] Lire la suite

10 mars 2022 Hongrie. Élection à la présidence de Katalin Novák.

L’Assemblée nationale élit à la présidence de la République Katalin Novák, ancienne ministre et vice-présidente du parti FiDeSz au pouvoir, qui dispose d’une large majorité parlementaire. Les prérogatives du chef de l’État hongrois sont principalement honorifiques. Katalin Novák doit succéder à János Áder en mai. Elle est la première femme à accéder à cette fonction. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, Lorant CZIGANY, Albert GYERGYAI, Pierre KENDE, Edith LHOMEL, Marie-Claude MAUREL, Fridrun RINNER, « HONGRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/