HONGRIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Hongrie : carte physique

Hongrie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Hongrie : drapeau

Hongrie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Parlement à Budapest, Hongrie

Parlement à Budapest, Hongrie
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Hongrie : économie

Hongrie : économie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Nom officielHongrie (HU)
Chef de l'ÉtatJános Áder (depuis le 10 mai 2012)
Chef du gouvernementViktor Orbán (depuis le 29 mai 2010)
CapitaleBudapest
Langue officiellehongrois
Unité monétaireforint (HUF)
Population9 749 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)93 030

Du postcommunisme à l'intégration euro-atlantique

Les transformations systémiques que va connaître la Hongrie jusqu'à son entrée dans l'O.T.A.N. le 12 mars 1999, puis dans l'Union européenne le 1er mai 2004, sont à l'image de sa sortie du communisme : progressives, graduelles, bref, parfaitement maîtrisées par une classe politique rompue au compromis et une société dont la relative placidité, mais aussi la morosité, s'expliquent pour beaucoup par les souffrances du passé. Il n'y a pas d'autre révolution pour les Hongrois que celle de 1956, une révolution violemment réprimée qui, dans la conscience nationale, symbolise les débuts de la rupture « mentale » avec le communisme. La sortie de ce système, en Hongrie, a été un processus linéaire, arrivé comme à maturité à la veille de la chute du Mur de Berlin en novembre 1989 ; la période 1990-2004 s'inscrit dans une dynamique identique, l'adhésion aux structures euro-atlantiques apparaissant, somme toute, comme l'aboutissement logique d'une entrée dans la « normalité » de la démocratie parlementaire et de l'économie de marché.

Pourtant, derrière cette linéarité due en grande partie à une trajectoire économique indéniablement moins tourmentée que dans les pays voisins, la classe politique et la société connaissent des tensions qui, sans aboutir jamais à des situations d'instabilité, révèlent un état de violence contenue, parfois inquiétant. D'abord, les interrogations récurrentes, d'une part, sur l'identité d'une nation magyare toujours traumatisée par les conséquences du traité de Trianon (1920), et, d'autre part, sur le degré de compromission de ses élites durant la période communiste ; ensuite, les dérives populistes d'une partie de la classe politique ; enfin, la crispation du débat public sur la question du sort des minorités magyares vivant à l'extérieur des frontières amènent à examiner l'évolution de ce pays avec une certaine circonspection.

Outre la rapide polarisation du jeu politique autour de quelques formations clés et le caractère [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 48 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des lettres de Budapest
  • : directrice d'études à l'École des hautes études en sciences sociales
  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : chargée de cours à l'Institut d'études européennes de l'université de Paris-VIII, analyste-rédactrice aux éditions de la Documentation française
  • : professeur des Universités
  • : professeur à l'université de Londres (Royaume-uni)

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Albert GYERGYAI, Marie-Claude MAUREL, Jean BÉRENGER, Pierre KENDE, Edith LHOMEL, Fridrun RINNER, Lorant CZIGANY, « HONGRIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/