HINDOUISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le foisonnement des sectes

Si le courant hindouiste persiste depuis le début de l'ère chrétienne, le fait marquant de toute son histoire demeure l'apparition et le développement des mouvements sectaires. D'autre part, que ce soit à propos de la forme usuelle du culte ou des aspects particuliers revêtus par les sectes, des influences extérieures se sont exercées au cours du temps. Aux premiers siècles, les luttes avec le bouddhisme n'ont, il est vrai, guère joué que sur le plan de la spéculation, se bornant à des polémiques entre philosophes des deux religions. Finalement, d'ailleurs, le bouddhisme, gagné lui aussi par les tendances piétistes, lorsqu'il ne s'est pas réfugié dans les zones frontalières, s'est noyé dans l'hindouisme. En revanche, le heurt des invasions musulmanes a eu sur le brahmanisme de graves répercussions. Les envahisseurs, ne considérant d'abord que les apparences polythéistes de la religion indienne, ont déclenché de terribles persécutions dans le Nord, ravageant les lieux du culte, imposant de nombreuses conversions, non pas tant par la force brutale que par une contrainte organisée : on réservait aux musulmans les situations privilégiées ; quant aux impôts payés par les hindous, ils étaient excessivement lourds. Seuls l'éloignement et la naissance, au xive siècle, du royaume tampon de Vijayanagar ont préservé le Sud, qui devint ainsi le conservatoire le plus fidèle de l'hindouisme. Aussi est-ce de là que sont partis les grands mouvements religieux de l'Inde médiévale.

Il ne peut s'agir ici d'établir un répertoire exhaustif de la multiplicité des croyances ou des formes religieuses qui ont foisonné depuis le début de l'époque historique, c'est-à-dire depuis deux mille ans. Semblable variété n'a rien de surprenant si l'on réfléchit non seulement à la durée de cette période, mais aussi aux dimensions d'un pays dont l'étendue est égale à celle de l'Europe péninsulaire. On ne peut guère indiquer que les groupes les plus importants, dont beaucoup existent encore de nos jours. Quelle qu'en soit l'obédience – vishnouite ou shivaïte –, le processus d'a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Nataraja, art de l'Inde

Nataraja, art de l'Inde
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Yoga

Yoga
Crédits : David Hanson, Getty Images

photographie

Shiva et Parvati, art de l'Inde

Shiva et Parvati, art de l'Inde
Crédits : Dinodia Picture Agency, Bombay, Bridgeman Images

photographie

Ganesha, Bali

Ganesha, Bali
Crédits : John Elk III/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  HINDOUISME  » est également traité dans :

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

L' advaita, dont le nom signifie « non-dualité », est une des doctrines majeures de la philosophie indienne, et la forme la plus répandue de la philosophie dite Vedānta , aboutissement du Savoir par excellence. Les advaitavạ̄din sont ceux qui professent la doctrine selon laquelle il n'existe en vérité absolue qu'un seul Être, infini et éternel, sur la réalité foncière duquel reposent toutes les r […] Lire la suite

ĀGAMA

  • Écrit par 
  • Hélène BRUNNER
  •  • 1 643 mots

Dans le chapitre « Les différents types d'āgama »  : […] Les écoles bouddhistes, surtout celles de langue sanskrite, ont utilisé le terme pour désigner leurs Écritures fondamentales. À l'intérieur du brahmanisme, le terme d' āgama , concurremment avec ceux de tantra et de saṃhitā , s'applique aux textes qui fondent le brahmanisme récent ou hindouisme par opposition au brahmanisme ancien de rituel védique. Ces traités enseignent un rituel qui est lié à […] Lire la suite

ĀRYA-SAMĀJ

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 728 mots

Expression sanskrite qui veut dire « Société aryenne », Ārya-Samāj désigne un des mouvements réformateurs les plus originaux qui se manifestèrent au xix e siècle à l'intérieur de l'hindouisme. Son fondateur, Mūla Shankar, qui prit plus tard le nom de Dayānanda Sarasvatī (1824-1883), appartenait à une famille de brahmanes orthodoxes du Kāthiāwâr (extrême ouest de l'Inde) ; il reçut donc dans son e […] Lire la suite

ASCÈSE & ASCÉTISME

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 4 663 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'ascétisme indien »  : […] Les origines de l'ascétisme en Inde sont très anciennes. Le Ṛgveda ( xv e  s. av. J.-C.) mentionne déjà diverses catégories d'ascètes : keśin (« chevelus »), yati (« disciplinés »), vrātya (« qui ont fait un vœu »), muni (« silencieux »), etc. Ces personnages ont en commun de pratiquer le tapas . Le terme évoque l'idée d'un échauffement provoqué violent. Il sert de désignation générique à tout […] Lire la suite

ĀŚRAM ou ASHRAM

  • Écrit par 
  • Guy DELEURY
  •  • 1 739 mots

Dans le chapitre « Le temps de l'effort »  : […] Les hindous aiment à décrire leur religion comme celle du catur-varna-āśrama-dharma , c'est-à-dire la loi (cosmique) des quatre classes d'homme et des quatre âges de la vie. Quand on sait l'importance que l' Inde accorde aux varna , c'est-à-dire aux classes ou castes, on devine la place qu'elle doit donner aux āśrama ou aux âges, ces deux notions étant intimement liées. De même que l'humanité est […] Lire la suite

AVATĀRA

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 853 mots

Le terme avatāra (formé du préfixe ava , qui marque un mouvement de haut en bas, et de la racine tṛ « traverser »), en son sens originel et restreint, désigne une descente , c'est-à-dire une incarnation du dieu Viṣṇu, dans le dessein de rétablir l'ordre cosmique et moral troublé par des puissances démoniaques. Cette notion s'est étendue par la suite à Lakṣmī, la parèdre du dieu, ainsi qu'à d'autr […] Lire la suite

BALI

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 064 mots

Située à 1,6 kilomètre à l'est de Java, l'île de Bali, d'une superficie de 5 633 kilomètres carrés, appartient géographiquement à l'arc des petites îles de la Sonde et politiquement à la république d'Indonésie, dont elle constitue une province. Les sommets de cette île très montagneuse prolongent la chaîne centrale de Java. Le plus élevé, le Gunung Agung, localement surnommé le « nombril du mon […] Lire la suite

BÉNARÈS

  • Écrit par 
  • François DURAND-DASTÈS
  •  • 287 mots
  •  • 1 média

L'une des grandes villes de l'Inde, Bénarès (ou Bānaras ou Vārānasi) est située dans la plaine du Gange. Son rôle de capitale religieuse de l'hindouisme, du bouddhisme et du judaïsme en a fait un grand centre de pèlerinage depuis plusieurs millénaires. Il est bénéfique de mourir et d'être incinéré à Bénarès. Le spectacle des ghâtes — immenses escaliers que l'on descend pour se baigner dans les e […] Lire la suite

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dérivé de la racine bhaj , partager, bhakti désigne en Inde la sorte de dévotion qui fait participer le fidèle à la personne et à l'essence de la divinité qu'il adore. Une amitié caractérise, dans cette atmosphère, les rapports du dieu et de ses dévots. Les cultes populaires ont dû, de tous temps, connaître cette attitude religieuse ; assimilant leur divinité familière à l'un des grands dieux de […] Lire la suite

BHIKṢU

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 94 mots

Nom donné à ceux des hindous qui, pour obtenir la délivrance ( moksha , [ ṃoksa ], c'est-à-dire le « salut »), décident de renoncer au monde et se doivent de ne plus rien posséder qu'un bâton pour s'aider dans leur marche et un bol pour recueillir les aumônes. On les nomme encore sâdhus ( sādhu  : « saint »), samnyâsins ( saṃnyāsin  : « renonçant »). L'appellation de bhikshu (« mendiant ») est éga […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Inde. Émeutes intercommunautaires et crise politique après la destruction de la mosquée d'Ayodhya. 6-15 décembre 1992

Le 6, des fondamentalistes hindouistes détruisent la mosquée de Babur, à Ayodhya, l'une des sept villes saintes de l'hindouisme, dans l'État d'Uttar Pradesh, à 550 kilomètres au sud-est de New Delhi. L'édifice, bâti au XVIe siècle, aurait occupé l'emplacement d'un ancien […] Lire la suite

Inde. Violents affrontements entre sikhs et hindous au Pendjab. 14-27 février 1984

, qui fait de la communauté des sikhs une dépendance de l'hindouisme, et dont ils demandent la révision. En deux semaines, les troubles entre sikhs et hindous, au Pendjab et en Haryana, ont fait plus de soixante-dix morts. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Anne-Marie ESNOUL, « HINDOUISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/