ĀGAMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme sanskrit āgama signifie « tradition » et est utilisé pour désigner, dans diverses écoles religieuses indiennes, une catégorie précise de textes faisant autorité pour l'école en question. Au sens étroit, ce sont des traités techniques de la religion shivaïte de l'Inde du Sud.

Ils ont, de ce point de vue, une importance considérable : leur étude permet de mieux comprendre la religion et l'architecture dans l'Asie du Sud-Est.

Les différents types d'āgama

Les écoles bouddhistes, surtout celles de langue sanskrite, ont utilisé le terme pour désigner leurs Écritures fondamentales.

À l'intérieur du brahmanisme, le terme d'āgama, concurremment avec ceux de tantra et de saṃhitā, s'applique aux textes qui fondent le brahmanisme récent ou hindouisme par opposition au brahmanisme ancien de rituel védique. Ces traités enseignent un rituel qui est lié à la reconnaissance d'un dieu personnel et qui implique la construction de temples et d'images divines, l'utilisation de formules (appelées mantra comme les versets védiques auxquels elles se substituent, mais totalement différentes de ces derniers), des gestes de mains (mudrā) et des diagrammes symboliques (yantra et manḍala), tous éléments absents du rituel védique. Selon que la divinité reconnue comme suprême est Śiva, Viṣṇu ou une déesse (śakti), on a des āgama (ou tantra) shivaïtes, vichnouites ou shaktiques. Comme, en pratique, les écrits vichnouites sont de préférence appelés saṃhitā et les écrits shaktiques, tantra, il reste que le terme d'āgama s'applique plus spécialement aux textes du shivaïsme, et, en particulier, à ceux de l'école du Sud, celle du Nord optant pour le terme de tantra. Et c'est probablement parce que le shivaïsme de l'Insulinde a été fortement influencé par celui de l'Inde du Sud que l'on retrouve le terme d'āgama à Bali pour désigner la « religion ».


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  AGAMA  » est également traité dans :

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 181 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les sectes shivaïtes »  : […] Elles sont innombrables, mais beaucoup peuvent se regrouper sous certaines formes mieux définies. Deux grandes catégories sont particulièrement à retenir. C'est d'abord celle des pāśupata , dont les premiers témoignages remontent aux tout premiers siècles de l'ère : le Mahābhārata les cite parmi les sectes connues à cette époque. Les pāśupata reconnaissent trois entités : le Seigneur ( pati ) qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hindouisme/#i_8291

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 833 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Philosophies des religions »  : […] Les grandes épopées, Mahābhārata et Rāmāyaṇa , montrent dans une affabulation épique la merveille des incarnations divines. Dans le Mahābhārata , ce sont des incarnations des dieux védiques dont les héros sont des fils et aussi l'incarnation directe en Kṛṣṇa de l'Être suprême, Viṣṇu. Dans le Rāmāyaṇa , c'est l'incarnation de Viṣṇu encore en Rāma. Ces textes contiennent des enseignements philosoph […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-les-doctrines-philosophiques-et-religieuses/#i_8291

ŚIVA ou SHIVA ET SHIVAÏSME

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 8 174 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le shivaïsme tamoul »  : […] Comme son homonyme sanskrit, le śaivasiddhānta tamoul se fonde sur les āgama śivaïtes. Il prétend aussi se fonder sur les veda. Les doctrines, rigoureusement organisées, qu'il enseigne sont très voisines de celles du śaivasiddhānta sanskrit. Mais il s'en sépare sur quelques points fondamentaux, puisqu'il s'oriente vers une conception unitaire du principe suprême et du monde phénoménal. Il ne perd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siva-shiva-et-shivaisme/#i_8291

Voir aussi

Pour citer l’article

Hélène BRUNNER, « ĀGAMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agama/