ADVAITA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'advaita, dont le nom signifie « non-dualité », est une des doctrines majeures de la philosophie indienne, et la forme la plus répandue de la philosophie dite Vedānta, aboutissement du Savoir par excellence. Les advaitavạ̄din sont ceux qui professent la doctrine selon laquelle il n'existe en vérité absolue qu'un seul Être, infini et éternel, sur la réalité foncière duquel reposent toutes les réalités manifestées dans l'univers. Cet Être s'appelle Brahman (nom neutre) ou Paramātman, « soi-même suprême ». Le soi-même (ātman) de l'homme, c'est-à-dire sa réalité essentielle – qu'on doit distinguer du sentiment du moi (ahaṅkāra), notion inférieure parce que limitée à l'existence empirique temporelle – n'est autre que le Paramātman. Il en est de son incorporation dans la condition humaine comme de celle de l'eau de l'océan dans une cruche qui s'y trouve plongée : quoique délimitée temporairement par les parois, l'eau de la cruche est toujours celle de l'océan. Par la connaissance (j́ñāna), l'homme découvre que son substrat permanent d'existence est l'Être universel unique et obtient la délivrance (mokṣa) des délimitations de la condition humaine qu'impose l'engagement dans l'ensemble des représentations mondaines multiples et fugaces, prises à tort pour la réalité ultime.

Situation de la doctrine

La doctrine de l'unicité de l'Être universel et de l'identité de soi-même avec cet Être est évoquée par les Upaniṣad, textes fondamentaux de la philosophie brahmanique. Elle est condensée dans une suite d'aphorismes, les Brahmasūtra de Bādarāyaṇa (iiie siècle après J.-C.). Elle est professée par les philosophes commentant et développant les données des Upaniṣad, à partir de Gauḍapāda et expliquant les Brahmasūtra à partir de Śaṅkara (autour de 800 après J.-C.).

La doctrine de l'advaita s'oppose à celle du dvaita, « dualité », qui sépare la réalité de Dieu et celle du monde et qui, dans le Vedānta, est représentée principalement par le philosophe Madhva (xiiie siècle). Elle s'oppose aussi, d'un point d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  ADVAITA  » est également traité dans :

APPAYYADĪKṢITA

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 655 mots

Brahmane né dans une famille de lettrés qui était illustre dès le xv e siècle et qui appartenait aux cercles cultivés du pays tamoul, le Bharadvājakula, Appayyadīkṣita est la figure la plus marquante de l'histoire religieuse et littéraire du xvi e siècle. Il naquit dans le village d'Aḍaiyapalam près de Velūr (Vellore), au sud de l'Inde, reçut la protection des rois Venkaṭa I er de Pennukoṇḍa, C […] Lire la suite

DVAITA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 243 mots

Terme qui, dans l'hindouisme, caractérise la doctrine de la dualité, par opposition à celle qui professe une sorte de monisme. La métaphysique hindoue est dominée par la problématique propre au vedānta. Ce darśana (« point de vue », « système philosophique ») s'efforce de définir les relations entre l'âme ( ātman ) et l'absolu ( brahman ). Le plus souvent, les adeptes du vedānta, s'appuyant sur de […] Lire la suite

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le problème des universaux »  : […] Il s'avère donc que l'influence décisive qui s'exerça sur le développement du Nyāya fut celle de Dignāga, non seulement dans le domaine de la logique proprement dite à propos du concept d'implication, mais aussi dans le domaine de l' épistémologie. Car, après lui, le Nyāya fut obligé de défendre son réalisme contre le nominalisme radical de Dignāga et de son école. Dans le développement de la Mīm […] Lire la suite

MADHVA (1238-1317)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 590 mots

Penseur hindou dont le nom reste attaché à une tentative pour instaurer une philosophie qui, tout en restant fidèle aux principes du vedānta, permette le plein exercice de la dévotion. L'une des propositions majeures du vedānta étant l'affirmation selon laquelle l'ātman (« âme ») est identique au brahman (l'« absolu », le « principe » de toutes choses), Shankara ( viii e  s.) en concluait à un mon […] Lire la suite

NIMBĀRKA (XIIe s.)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 335 mots

Brahmane orthodoxe qui, né dans l'Āndhra Pradesh (pays de Haydérabad) au xii e siècle, fut d'abord un dévot de Krishna avant de devenir célèbre comme interprète du Vedānta. Ce darśana (« système de pensée » concernant les doctrines brahmaniques traditionnelles) pose en principe l'unité de l'ātman (« âme » humaine) et du brahman (l'« absolu », le principe de toutes choses). Sous sa forme la plus o […] Lire la suite

RAMAṆA MAHARṢI (1879-1950)

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 215 mots

L'un des plus célèbres maîtres spirituels de l'hindouisme contemporain fut un brahmane tamoul du nom de Venkata Ramana Aiyer. Il renonça au monde à l'âge de dix-sept ans et se fixa alors à Tiruvannamalaï, lieu de pèlerinage célèbre en pays dravidien : on y vénère une colline (le mont Arunâchala) qui passe pour représenter l'axe du monde que la tradition brahmanique identifie à une montagne mythiqu […] Lire la suite

ŚAṄKARA ou ÇAṆKARA (début VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 2 041 mots

Dans le chapitre « L'Absolu et le monde »  : […] Son attitude métaphysique est le « non-dualisme », traduction plus exacte du terme sanskrit advaita que « monisme », ce dernier terme ayant l'inconvénient d'évoquer des notions trop occidentales qui s'accordent donc mal avec l'atmosphère où se meut la pensée indienne. Il n'admet qu'un seul Principe, le Brahman absolu des Upaniṣad, défini par lui comme sat (existence), cit (conscience) et ānand […] Lire la suite

YĀJÑAVALKYA

  • Écrit par 
  • Jean VARENNE
  •  • 207 mots

Nom d'un rishi ( ṛṣi , « prophète ») que la tradition brahmanique place parmi ses prophètes les plus importants et dont elle fait un élève du non moins célèbre Uddālaka Āruṇi. Yājñavalkya apparaît surtout dans le Śatapatha-Brāhmaṇa et la ḄṛhadĀraṆyaka-upaniṣad  ; la Samhitā (collection d'hymnes liturgiques) du Yajur Veda Blanc ( Vājasaneyī-Samhitā ) aurait été « vue » par lui ; et, d'une façon […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean FILLIOZAT, « ADVAITA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/advaita/