ATHOS MONT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En Grèce du Nord, une péninsule longue de 60 kilomètres et large de 10 s'avance dans la mer Égée ; elle culmine à son extrémité avec le mont Athos (2 034 m). De là a rayonné, là se maintient encore la haute tradition contemplative de l'Église orthodoxe.

Grèce : carte physique

Carte : Grèce : carte physique

Carte

Carte physique de la Grèce. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Moines du mont Athos (Grèce), vers 1930

Photographie : Moines du mont Athos (Grèce), vers 1930

Photographie

Moines orthodoxes appartenant à la république monastique du mont Athos (Sainte Montagne). Abritant vingt grands monastères fondés depuis le Xe siècle, ce centre religieux est le plus grand de l'Église orthodoxe. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

D'après la légende mythologique, pierre lancée par le géant Athos à Poséidon, le mont Athos a retrouvé depuis un peu plus d'un millénaire son caractère de défi jeté. Non plus maintenant à la divinité : il est devenu et demeure au contraire, par l'implantation de la prière dans ce paysage, défi aux tiédeurs et aux conformismes !

La prière du cœur

C'est au xe siècle que les moines se sont établis sur la « sainte montagne », « jardin de la Vierge », jalousement interdit à toute autre présence féminine : ermites d'abord (saint Pierre l'Athonite), puis cénobites (saint Athanase fonde la grande laure en 963). L'Athos hérite une conception souple, synthétique, personnaliste de la vie monastique : il s'agit moins de « règles » que d'indications, et le passage demeure toujours possible de la discipline communautaire à l'extrémisme spirituel des solitaires. Ainsi voisinent, parfois rivaux, le plus souvent complémentaires, l'Athos septentrional, où de grands monastères se disséminent dans des collines boisées (la forêt méditerranéenne originelle subsiste, en partie grâce à l'interdit qui frappe les chèvres, animaux femelles), et l'Athos du Sud, « désert » rocheux des ermitages et des skites (qui groupent quelques disciples autour d'un maître librement choisi). Ainsi se transmet, par vivantes étapes d'initiation, la « science secrète » des « silencieux » (hésychastes) qui font « descendre l'esprit dans le cœur » pour devenir, de tout leur être, « prière pure ».

Des moines affluent de tout l'univers orthodoxe : des Grecs, des Géorgiens, des Slaves du Sud, des Russes dès le xie siècle, des Italiens (Amalfitains) jusqu'au xiiie siècle, et des Roumains à partir du xive. Vingt grands monastères quasi souverains se partagent la péninsule et s'organisent en une fédération gouvernée par le conseil des épistates, à Karyès. La fédération at [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Grèce : carte physique

Grèce : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moines du mont Athos (Grèce), vers 1930

Moines du mont Athos (Grèce), vers 1930
Crédits : Hulton Getty

photographie

Monastère Saint-Pantéléimon, mont Athos, Grèce

Monastère Saint-Pantéléimon, mont Athos, Grèce
Crédits : M. Gray/ National Geographic/ Getty

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « ATHOS MONT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mont-athos/