HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La « formule » héraclitéenne

Ainsi lues, les énigmes illustreraient les éléments couplés du discours héraclitéen. Manière de les retenir, sans doute, par le procédé mnémotechnique qui consiste à condenser l'essentiel dans un petit trésor de formules à savoir par cœur. La légende attribue à Héraclite un livre, qu'il aurait déposé dans le temple d'Artémis à Éphèse. Par livre il faut entendre des tablettes, sur lesquelles auraient été gravés les caractères par une technique relativement archaïque, laissant peut-être le découpage des phrases au choix judicieux du lecteur. Les interprètes récents se disputent encore sur la meilleure façon de découper des phrases en y introduisant la ponctuation. D'où les écarts de l'interprétation. Ces phrases savamment fabriquées transmettent un message, sans doute, en même temps qu'elles fixent un vocabulaire. Avec une extrême simplicité de moyens et une grande économie de mots, elles condensent le plus de sens possible, et parfois plus d'un sens possible. D'où les difficultés de lecture qui ont valu à Héraclite sa réputation d'obscurité.

On cheminerait de l'une à l'autre phrase en les attachant par un mot-élément retrouvé, ainsi dans la séquence transmise par Hippolyte (DK 52, 53 et suivantes) :

Le Temps est un enfant... ... à l'Enfant la Royauté. ... Père et Roi de toutes choses est la Guerre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)
Crédits : AKG

photographie

Héraclite

Héraclite
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris, ancien professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  HÉRACLITE ( VI e -V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

FRAGMENTS, Héraclite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

De l'œuvre d'Héraclite (vie s.-ve s. av. J.-C.), il ne reste environ que quelque 130 fragments connus grâce à ceux qui, de Platon à Albert le Grand (xiiie siècle) en passant bien sûr par Diogène Laërce, le citèrent et le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sophisme naturaliste »  : […] Aussi bien « nature » que « culture » sont des termes qui désignent moins des réalités strictement déterminées que des termes horizon, si l'on peut dire, des termes « englobants ». Ils constitueraient, pour la nature, l'horizon de totalisation de toutes les choses, forces, données, de tous les êtres ( avec la nature humaine, ou sans elle), et, pour la culture, l'horizon et comme l'enveloppe des […] Lire la suite

DEVENIR

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « La dévaluation philosophique du devenir »  : […] En général, la philosophie classique s'est défiée du devenir ; elle a tenté de le prohiber ou de le dénaturer. Le plus souvent, il n'a pénétré dans les systèmes que contre l'intention de leurs auteurs, comme en fraude. Certes, au départ de la philosophie occidentale, Héraclite s'est fait le philosophe du devenir : « Tout coule, proclamait-il, l'homme ne se baigne jamais deux fois dans le même fle […] Lire la suite

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine héraclitéenne ? »  : […] Héraclite est connu pour avoir élaboré une théorie du devenir (Diels, fragments 49a et 91) fondée sur l'idée de contrariété ; à l'origine de toute chose, il y a un conflit, une guerre (53, 80) ; mais aussi tout est un (50) et de la contrariété naît un accord, une harmonie (8) qui correspond à la nécessité du Logos (72). L'importance et l'originalité de ces thèmes chez Héraclite ont fait admettre […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « La cosmologie d'Héraclite »  : […] La philosophie d'Héraclite constitua, semble-t-il, une tentative analogue à celle de Thalès, dans la mesure où l'une et l'autre de ces doctrines furent inspirées par l'enseignement ésotérique des mystères. Les meilleurs spécialistes modernes de la cosmologie héraclitéenne ont mis en évidence les « couples contrariés » d'éléments sur lesquels s'articule ce système. Des échanges compensés aboutissen […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du visible à l'invisible »  : […] Ce n'est pas uniquement de façon métaphysique, comme le veut Platon, qu'il convient d'interpréter la formule homérique selon laquelle « l'Océan est le père des choses ». Cette première grande affirmation du Devenir a aussi valeur esthétique. Elle renvoie en effet à l'élément liquide, archétype de ce miroitement éblouissant qu'est, pour Homère, le Beau. Car le poète ne nous propose pas vraiment un […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dialectique »  : […] Une présentation concise de l'hégélianisme lui impose d'être elliptique et de se réduire à un échantillonnage. On prélève ce qui le singularise et ce qui fait de son auteur un philosophe distingué. Ce qui, après tant d'années, inquiète et instruit le plus communément, c'est ce que l'on appelle, avec Hegel, la dialectique . Celle-ci consiste d'abord dans une « manière de penser » ( Denkart ), diffé […] Lire la suite

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Dans le chapitre « Typologie de la violence »  : […] Dans une première conception, très courante aussi bien en philosophie politique que dans le langage commun, la violence est considérée comme l'emploi inacceptable de la force. À ce titre, elle implique automatiquement une condamnation morale. S'il s'agit de violences extrêmes comme les tortures, les exécutions de masse, les traitements humiliants et dégradants, un consensus s'établira aisément su […] Lire la suite

Pour citer l’article

Clémence RAMNOUX, « HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heraclite/