HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La légende et l'histoire reconstituable concourent à représenter Héraclite comme un aristocrate déchu des fonctions de sa caste, maintenant, dans une cité asservie, parmi une plèbe bigarrée de Grecs et d'Asiates, la hautaine réserve d'une sagesse pour les meilleurs. Chez ce Grec, le destin de la servitude aurait provoqué une réponse autre que l'exil, autre que la rébellion héroïque : le phénomène culturel d'une trouvaille philosophique.

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Photographie : Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Surnommé « l'Obscur », Héraclite d’Éphèse (VIe-Ve s. av. J.-C.) est, avec Anaximandre, Parménide et Empédocle, une figure majeure parmi les « physiciens », les penseurs présocratiques, qui s'efforcent de formuler les principes du monde. À travers la notion de logos, il s'interroge... 

Crédits : AKG

Afficher

Héraclite

Photographie : Héraclite

Surnommé «l'Obscur», Héraclite (VIe-Ve siècle avant J.-C.) est avec Anaximandre, Parménide et Empédocle, une figure fondatrice de la pensée présocratique. À l'aube de la philosophie, ses écrits s'interrogent sur la possibilité pour le langage de dire quelque chose de l'être. Peter... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Un Éphésien sans maîtres

On ne connaît rien de certain concernant les dates d'Héraclite, ni aucun événement avéré de sa vie. Les calculs autorisés placent son « acmé » (environ la quarantième année) dans les premières décennies du cinquième siècle : à un âge impossible à préciser, Héraclite aurait donc vécu l'effondrement de la Grèce d'Ionie, y compris sa patrie d'Éphèse (chute de Milet, 498), la poussée perse vers l'Europe, Marathon, Salamine, et peut-être la reconquête de l'Ionie d'Asie. Or sa légende ne le montre pas quittant Éphèse, elle ne le voue pas au destin qui fut celui d'autres grands Ioniens, tels Xénophane et Pythagore : le destin de l'exilé, de l'errant, ou du fondateur colonial. On ne sait rien non plus de certain concernant sa famille. Mais une tradition qui n'est pas forcément une légende le fait naître chez les Androclides d'Éphèse, dans une lignée remontant aux fondateurs de cette cité grecque, d'ailleurs pourvue de fonctions sacerdotales dans un sanctuaire local. Sa légende le fait se démettre de ses fonctions religieuses héréditaires.

Héraclite n'a pu ignorer ses prédécesseurs de l'école d'Ionie, Thalès et Anaximandre de Milet. Mais il ne les cite pas dans les textes qui nous restent, et ne les reconnaît pas pour ses maîtres. S'il nomme Homère et Archiloque, c'est pour les rejeter (dans l'édition Diels et Krantz, fragment 42) ; s'il mentionne Hésiode, Xénophane et Pythagore, c'est pour leur reprocher « beaucoup de savoir sans intelligence »(DK 40), et même de la charlatanerie (DK 81). Ce fut sa prétention singulière de ne parler d'après aucun maître. Parmi les hommes, la plupart ne savent « ni écouter ni parler » (DK 19). Il ne sert de rien d'avoir écouté la parole d'un maître, si la leçon apprise n'apprend pas à « former un sens avec les choses venues à la rencontre » (DK 17). Il ne sert pas davantage d'avoir « des yeux et des oreilles avec une âme barbare » (DK 107). Mais celui qui « parle avec intelligence » œuvre en interprétant les choses et en les « déclarant telles qu'elles sont » (DK 1). Parménide avoue pour son maître une déesse ayant nom « la Vérité ». Héraclite entretient « des relations familières » avec un « Logos » rencontré à toute occasion de la vie. Les autres hommes ne savent pas Le reconnaître bien qu'ils vivent et meurent, sans le savoir, selon le même Logos (DK 72 et DK 1). Héraclite ne personnifie pas le Logos ; mais c'est avec piété qu'il le lit dans la vie de tous les jours. Parler à ce propos d'épistémologie archaïque serait prétentieux. Conformément à un schéma reçu de son âge, Héraclite distinguerait une première fois les « fabricants de mensonge » (probablement les mythologues et cosmologues de son temps) et les doctrines qui « semblent bonnes » à des gens dignes de foi (DK 28) : mais c'est pour opposer celles-ci, une seconde fois, telles que des épigones les conservent et les répètent, à une meilleure chose pour laquelle le nom est le Logos.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Médias de l’article

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)

Héraclite - Éphèse (Asie mineure)
Crédits : AKG

photographie

Héraclite

Héraclite
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris, ancien professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  HÉRACLITE ( VI e -V e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

FRAGMENTS, Héraclite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

De l'œuvre d'Héraclite (vie s.-ve s. av. J.-C.), il ne reste environ que quelque 130 fragments connus grâce à ceux qui, de Platon à Albert le Grand (xiiie siècle) en passant bien sûr par Diogène Laërce, le citèrent et le […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 119 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les présocratiques »  : […] La philosophie n'est pas née à proprement parler en Grèce, mais dans les colonies grecques d'Asie Mineure. C'est à Milet qu'une lignée de physiciens, souvent appelés ioniens en raison de leur origine, commencent à spéculer, dès le début du vi e  siècle avant J.-C., sur la nature profonde des choses, c'est-à-dire sur ce qui, derrière les apparences, constitue leur principe (ἀρχή). La notion de p […] Lire la suite

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le sophisme naturaliste »  : […] Aussi bien « nature » que « culture » sont des termes qui désignent moins des réalités strictement déterminées que des termes horizon, si l'on peut dire, des termes « englobants ». Ils constitueraient, pour la nature, l'horizon de totalisation de toutes les choses, forces, données, de tous les êtres ( avec la nature humaine, ou sans elle), et, pour la culture, l'horizon et comme l'enveloppe des […] Lire la suite

DEVENIR

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 3 133 mots

Dans le chapitre « La dévaluation philosophique du devenir »  : […] En général, la philosophie classique s'est défiée du devenir ; elle a tenté de le prohiber ou de le dénaturer. Le plus souvent, il n'a pénétré dans les systèmes que contre l'intention de leurs auteurs, comme en fraude. Certes, au départ de la philosophie occidentale, Héraclite s'est fait le philosophe du devenir : « Tout coule, proclamait-il, l'homme ne se baigne jamais deux fois dans le même fle […] Lire la suite

DIALECTIQUE

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Origine héraclitéenne ? »  : […] Héraclite est connu pour avoir élaboré une théorie du devenir (Diels, fragments 49a et 91) fondée sur l'idée de contrariété ; à l'origine de toute chose, il y a un conflit, une guerre (53, 80) ; mais aussi tout est un (50) et de la contrariété naît un accord, une harmonie (8) qui correspond à la nécessité du Logos (72). L'importance et l'originalité de ces thèmes chez Héraclite ont fait admettre […] Lire la suite

ÉLÉMENTS THÉORIES DES

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 8 234 mots

Dans le chapitre « La cosmologie d'Héraclite »  : […] La philosophie d'Héraclite constitua, semble-t-il, une tentative analogue à celle de Thalès, dans la mesure où l'une et l'autre de ces doctrines furent inspirées par l'enseignement ésotérique des mystères. Les meilleurs spécialistes modernes de la cosmologie héraclitéenne ont mis en évidence les « couples contrariés » d'éléments sur lesquels s'articule ce système. Des échanges compensés aboutissen […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du visible à l'invisible »  : […] Ce n'est pas uniquement de façon métaphysique, comme le veut Platon, qu'il convient d'interpréter la formule homérique selon laquelle « l'Océan est le père des choses ». Cette première grande affirmation du Devenir a aussi valeur esthétique. Elle renvoie en effet à l'élément liquide, archétype de ce miroitement éblouissant qu'est, pour Homère, le Beau. Car le poète ne nous propose pas vraiment un […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 390 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La dialectique »  : […] Une présentation concise de l'hégélianisme lui impose d'être elliptique et de se réduire à un échantillonnage. On prélève ce qui le singularise et ce qui fait de son auteur un philosophe distingué. Ce qui, après tant d'années, inquiète et instruit le plus communément, c'est ce que l'on appelle, avec Hegel, la dialectique . Celle-ci consiste d'abord dans une « manière de penser » ( Denkart ), diffé […] Lire la suite

VIOLENCE, notion de

  • Écrit par 
  • Philippe BRAUD
  •  • 1 458 mots

Dans le chapitre « Typologie de la violence »  : […] Dans une première conception, très courante aussi bien en philosophie politique que dans le langage commun, la violence est considérée comme l'emploi inacceptable de la force. À ce titre, elle implique automatiquement une condamnation morale. S'il s'agit de violences extrêmes comme les tortures, les exécutions de masse, les traitements humiliants et dégradants, un consensus s'établira aisément su […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Clémence RAMNOUX, « HÉRACLITE (VIe-Ve s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/heraclite/