CAVENDISH HENRY (1731-1810)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Électrostatique et courant électrique

L'œuvre scientifique de Cavendish ne se limite pas à la chimie pneumatique. Doué d'une bonne culture mathématique, il a étudié avec bonheur les phénomènes électriques et dynamiques ; malheureusement, une grande partie de ses recherches sont demeurées inédites, jusqu'à ce que Maxwell attire l'attention des érudits sur ses manuscrits.

C'est en se fondant sur le modèle newtonien de l'attraction qu'il entreprit de déterminer les interactions des charges électriques sur les conducteurs ; non seulement il formule une théorie correcte de la distribution des charges dans les condensateurs, mais vérifie expérimentalement que les actions électriques sont nulles à l'intérieur d'un conducteur creux. Les phénomènes de conduction ont retenu longtemps son attention. Expérimentant avec des procédés de mesure très frustes, savoir l'intensité subjective du choc électrique, il parvient à des résultats corrects dans la comparaison des résistances de divers conducteurs métalliques ou électrolytiques. Il évalue ainsi, par rapport à celle du fer, la résistivité de l'eau pure, de l'eau de fontaine, de solutions diverses de sel marin. Dans ses expériences sur les solutions, il fait varier la distance entre des électrodes mobiles dans des tubes soigneusement calibrés, jusqu'à ce qu'il éprouve la même impression de choc quand il court-circuite le montage avec son corps. Dans certaines expériences, il met en œuvre des « shunts » et, diminuant l'intensité du courant dans la solution, s'affranchit, sans le savoir, de la polarisation des électrodes. Il s'est préoccupé de déterminer le rapport de la résistance à ce qu'il appelait la velocity, c'est-à-dire the strength of the courant through unit of area of the section of the conductor. Il trouve un rapport pratiquement constant, variant selon les expériences, entre 1,03 et 1,08. Par là, il donnait, dès 1773, une première vérification expérimentale de la loi d'Ohm, qui ne sera formulée qu'en 1827. À noter encore qu'il a ré [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CAVENDISH HENRY (1731-1810)  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DE L'HYDROGÈNE PAR CAVENDISH

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 727 mots

L’article envoyé en mai 1766 par l’honorable Henry Cavendish (1731-1810) à la Royal Society, dont il est membre, décrit de façon magistrale la découverte d’un gaz léger s’échappant de certaines réactions chimiques : l’hydrogène. Ces travaux, publiés dans la livraison datée du 1er janvier 1766 des Philosophical […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-hydrogene-par-cavendish/#i_2744

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 149 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composition de l'air »  : […] Pour les Anciens, l'air représente, avec la terre, le feu et l'eau, l'un des éléments constitutifs du monde ; et tous les gaz reçoivent l'appellation d'air. Il faut attendre la seconde moitié du xvii e  siècle pour voir John Mayow démontrer que l'air est un mélange dont une partie seulement peut entretenir la vie. Le constituant actif est assimilé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/air/#i_2744

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 11 163 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  L'étude des gaz ou la chimie pneumatique »  : […] Une théorie empirique des gaz supposait d'abord la mise en œuvre d'une technique d'isolement. Au début du xviii e  siècle, Hales inventa le dispositif simple mais indispensable de la cuve à eau, qui sera perfectionné quand on remplacera l'eau par le mercure. Hales recueillit ainsi de nombreux gaz dégagés par chauffage de diverses substances ; ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-histoire/#i_2744

EAU, élément

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 714 mots

Pour Thalès de Milet, le premier des physiologues ioniens, l'eau est le principe de toutes choses ; après lui, Empédocle d'Agrigente introduit quatre éléments : l'air, l'eau, la terre et le feu, qu'il appelle les quatre racines. Mais c'est surtout Platon qui développe la théorie des quatre éléments empédocléens. Dans son dialogue Le Timée , il attribue à chacun de ces corps u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-element/#i_2744

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Fluide unique ou deux fluides ? »  : […] Pour Franklin, « la matière électrique consiste en particules extrêmement subtiles, puisqu'elle peut pénétrer la matière ordinaire, même les métaux les plus denses. « Le fluide électrique se trouve dans la matière ordinaire parce que nous pouvons le pomper au-dehors. » Æpinus (1724-1802) partageait cet avis. La théorie dite du fluide unique se constituait ainsi. En revanche, les physiciens anglais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_2744

GAZ DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 276 mots

1697 En s'appuyant sur les travaux de Johann Joachim Becher, Georg Ernst Stahl nomme phlogistique le principe combustible de « corps souterrains », c'est-à-dire des matériaux. 1754 J. Black désigne du nom d'« air fixé » le gaz (CO 2 ) qui s'échappe de la craie attaquée par un acide. 1766 Henry Cavendish, faisant ag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-de-l-air-reperes-chronologiques/#i_2744

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 941 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mesure de la constante de gravitation universelle et structure de la Terre »  : […] À part son application à la mécanique céleste, la première répercussion importante de la théorie newtonienne de la gravitation a été l'explication de la structure de la Terre. Un résultat mathématique d'importance historique a été le calcul, par le mathématicien écossais Colin Maclaurin, vers 1740, de la configuration d'équilibre exacte d'un corps rigide en rotation, sous l'influence de son propr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gravitation-et-astrophysique/#i_2744

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques GUILLERME, « CAVENDISH HENRY - (1731-1810) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-cavendish/