Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CAVENDISH HENRY (1731-1810)

En découvrant la composition élémentaire de l'eau, et en précisant celle de l'air, Cavendish a rompu de façon décisive le cercle dans lequel sensation et représentation étaient enfermées depuis l'Antiquité. C'est dans son œuvre que les éléments « naturels » perdent leur privilège de fondement principiel au profit des éléments chimiques ; au-delà des apparences, ceux-ci acquièrent leur statut de positivité scientifique. Développée avec une instrumentation très peu sophistiquée, l'œuvre de Cavendish atteste la fécondité d'une rigueur intellectuelle obstinée.

Le cas psychologique

Henry Cavendish - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Henry Cavendish

Henry Cavendish, né à Nice, mort à Clapham, quartier de Londres, compte parmi les figures les plus pittoresques de l'histoire des sciences. « Le plus riche de tous les savants, et peut-être le plus savant des riches », disait de lui Biot ; issu d'un haut lignage aristocratique, il ne fut cependant fabuleusement riche que sur le tard, par une suite heureuse d'héritages. Mais il ne mena jamais qu'un train de vie parcimonieux. Sa misogynie était fameuse, et sa vie sociale se limitait aux réunions et dîners de la Royal Society ; dans sa maison même, il ne communiquait que par signes avec la domesticité. Ces traits singuliers corroborent, sans les éclaircir, certains caractères de sa carrière scientifique : son œuvre inédite témoigne d'un prodigieux travail qu'il a gardé secret, vraisemblablement par excès de scrupule, et aussi en raison d'une difficulté morbide à communiquer.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Jacques GUILLERME. CAVENDISH HENRY (1731-1810) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Henry Cavendish - crédits : Universal History Archive/ Getty Images

Henry Cavendish

Autres références

  • DÉCOUVERTE DE L'HYDROGÈNE PAR CAVENDISH

    • Écrit par
    • 728 mots

    L’article envoyé en mai 1766 par l’honorable Henry Cavendish (1731-1810) à la Royal Society, dont il est membre, décrit de façon magistrale la découverte d’un gaz léger s’échappant de certaines réactions chimiques : l’hydrogène. Ces travaux, publiés dans la livraison datée du 1...

  • AIR

    • Écrit par
    • 2 154 mots
    • 2 médias
    Les expériences de Lavoisier furent effectuées en 1777. Treize ans plus tard, Henry Cavendish étudie dans un eudiomètre l'effet des étincelles électriques sur de l'air suroxygéné, les oxydes d'azote formés étant absorbés par de l'eau savonneuse. Cavendish constate, après élimination de l'oxygène en...
  • CHIMIE - Histoire

    • Écrit par , et
    • 11 186 mots
    • 7 médias
    ...certaines déterminations purement techniques ; c'est parce que les chimistes ont pu opérer avec des instruments de verre que certains phénomènes décisifs ont été isolés et observés. Qu'on songe à la synthèse eudiométrique de l'eau parCavendish ou à la dissociation thermique de l'oxyde rouge de mercure.
  • EAU, élément

    • Écrit par
    • 716 mots

    Pour Thalès de Milet, le premier des physiologues ioniens, l'eau est le principe de toutes choses ; après lui, Empédocle d'Agrigente introduit quatre éléments : l'air, l'eau, la terre et le feu, qu'il appelle les quatre racines. Mais c'est surtout Platon...

  • ÉLECTRICITÉ - Histoire

    • Écrit par
    • 6 197 mots
    • 11 médias
    Les premières mesures sont dues à Henry Cavendish (1731-1810), en Angleterre, et à Charles Augustin Coulomb (1736-1806), en France. Ces deux savants différaient cependant dans leurs opinions. Cavendish envisageait la théorie du fluide unique et Coulomb celle des deux fluides. Cavendish imaginait un...
  • Afficher les 8 références