COULOMB CHARLES AUGUSTIN (1736-1806)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Charles Augustin Coulomb est l'une des personnalités les plus marquantes de l'histoire des sciences et des techniques. Ses travaux ont contribué à une meilleure connaissance des phénomènes de l'électricité, du magnétisme et de la mécanique appliquée à l'étude des frottements et des torsions.

Pendule de Coulomb

Pendule de Coulomb

Photographie

Le pendule de torsion mis au point par le Français Charles Augustin Coulomb (1736-1806). La physique moderne lui doit une meilleure connaissance des phénomènes électriques, magnétiques et mécaniques appliqués à l'étude des frottements. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Il peut être considéré comme l'un des plus grands ingénieurs du xviiie siècle en Europe. L'apport de Coulomb à la physique est bien résumé dans l'éloge que Biot a fait de lui : « C'est à Borda et à Coulomb que l'on doit la naissance de la véritable physique en France, non pas de la physique verbeuse et hypothétique, mais de cette physique ingénieuse et exacte qui observe et compare tout avec rigueur. »

Le grand commis et le savant

Charles Augustin Coulomb est né à Angoulême le 14 juin 1736. Adolescent, il suivit à Paris les cours du collège Mazarin et du Collège de France avec le désir de devenir mathématicien. Henry Coulomb, son père, était devenu, après une carrière militaire, inspecteur des Domaines du Roi, mais des revers financiers l'obligèrent à retourner à Montpellier où la famille Coulomb avait joué un rôle important. Charles l'y suivit et devint, en 1757, membre adjoint de la Société des sciences de cette ville. Admis en février 1760 à l'école du génie de Mézières, il en sortit en novembre 1761 avec le grade de « lieutenant en premier » dans le corps du génie. Son premier travail important d'ingénieur militaire fut, de 1764 à 1772, la construction, à la Martinique, du fort Bourbon, qui devait protéger l'île contre la flotte anglaise. Les terribles conditions de travail qui y régnaient et plusieurs graves maladies qu'il y contracta rendirent sa santé précaire pour le restant de sa vie. Après son retour en France, il servit successivement, entre 1773 et 1781, à Bouchain, Cherbourg, Besançon, Rochefort et Lille.

En 1773, sur la base d'un important mémoire de mécanique appliquée, il fut admis à l'Académie des sciences comme correspondant de Charles Bossut. Son mémoire avait pour titre : Sur une application des règles de maximis et de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COULOMB CHARLES AUGUSTIN (1736-1806)  » est également traité dans :

COULOMB LOI DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 156 mots
  •  • 1 média

Après avoir effectué des recherches sur les meilleures façons de fabriquer les aiguilles aimantées en 1777, le physicien français Charles Augustin de Coulomb développe la première théorie structurée du magnétisme en introduisant la notion de moment magnétique. Dans une série de sept Mémoires publiés de 178 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-de-coulomb/#i_20584

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 905 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La remise en cause de la notion traditionnelle de solidité »  : […] Le xviii e siècle voit la montée en régime des préoccupations constructives. En Italie, celles-ci occupent une large place dans l'enseignement du moine vénitien Carlo Lodoli (1690-1761), qui entend fonder l'architecture sur les lois de la statique et sur les caractéristiques des divers matériaux, plus essentielles à ses yeux que les impératifs d'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-architecture-sciences-et-techniques/#i_20584

ÉLECTRICITÉ - Histoire

  • Écrit par 
  • Jacques NICOLLE
  •  • 6 199 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Fluide unique ou deux fluides ? »  : […] Pour Franklin, « la matière électrique consiste en particules extrêmement subtiles, puisqu'elle peut pénétrer la matière ordinaire, même les métaux les plus denses. « Le fluide électrique se trouve dans la matière ordinaire parce que nous pouvons le pomper au-dehors. » Æpinus (1724-1802) partageait cet avis. La théorie dite du fluide unique se cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electricite-histoire/#i_20584

GÉOTECHNIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HABIB
  •  • 5 317 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Identification et propriétés des sols »  : […] Sous l'humus, le sol est constitué de grains minéraux. Cent grammes de sable fin (c'est-à-dire de l'ordre d'une molécule-gramme) contiennent près de 10 7 grains. Cent grammes d'argile peuvent en contenir 10 11 . On est certes encore loin du nombre d'Avogadro (6,02 . 10 23 ) mais le nombre de constituants est tel que le concept de continuité peut l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geotechnique/#i_20584

MAGNÉTISME

  • Écrit par 
  • Damien GIGNOUX, 
  • Étienne de LACHEISSERIE, 
  • Louis NÉEL
  •  • 15 766 mots
  •  • 11 médias

Le magnétisme est l'un des phénomènes qui a le plus frappé l'imagination de l'homme, au point que ce mot désigne aujourd'hui des réalités très diverses : il s'agit d'abord d'une science fort ancienne et néanmoins toujours d'actualité dont le champ d'application ne cesse de s'étendre ; ensuite, par extension, on parlera du magnétisme d'une personne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetisme/#i_20584

Voir aussi

Pour citer l’article

C. Stewart GILLMOR, « COULOMB CHARLES AUGUSTIN - (1736-1806) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-augustin-coulomb/