HASARD & NÉCESSITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du sens de hasard et de nécessité

Il est difficile d'assigner une origine à la question du hasard et de la nécessité, cette question où le passé et le futur s'enchevêtrent sur les modes du « pourquoi » et du « quand ». Il existe, dans les plus anciennes civilisations, des témoignages de la préoccupation des hommes quant à la signification des événements qui affectent les vies individuelles, l'ordre social, les rythmes de la nature Ces événements sont-ils la traduction d'une intention ou d'une volonté divine, ou le résultat d'un enchaînement universel de causes et d'effets ? Peuvent-ils être prévus (construction de calendriers, astrologie) ? ou influencés par les hommes (sacrifices, prières) ? Doivent-ils être acceptés comme la traduction de l'arbitraire douloureux de l'existence, arbitraire auquel seul peut répondre l'accession à la sagesse ou le détachement mystique ?

Même si certaines des pratiques qui autrefois leur correspondaient sont aujourd'hui déclarées irrationnelles, aucune de ces interrogations n'est, en tant que telle, véritablement « périmée ». Bien au contraire, ces questions se sont multipliées à mesure que se propageaient les champs de nos pratiques et de nos savoirs.

Nécessité, hasard, contingence, arbitraire, causalité, accident, déterminisme, intelligibilité, liberté, prévisibilité : ces différents termes entretiennent des relations multiples, qui correspondent chacun à des contextes pragmatiques différents Ainsi, le « hasard » au sens de contingence, de croisement entre deux chaînes causales indépendantes, est parfaitement compatible avec la vision d'un Univers déterministe. De même, lorsqu'il est question de l'existence humaine, à l'enchaînement causal ne s'oppose pas l'arbitraire mais les thèmes de la liberté et de la responsabilité. Enfin, hasard et prévisibilité ne s'entre-excluent pas. Si le dé est l'instrument du jeu de hasard, c'est parce que l'on peut prévoir que, en moyenne et sur une série longue de coups, ce dé tombera autant de fois sur chacune de ses six faces.

Depuis que les sciences modernes existent, elles ont été traversées par la question du hasard et de la nécessité. Il est tout à fait légitime d'affirmer que cette question ne joue pas, dans les sciences, un rôle intrinsèquement différent de celui qu'elle occupe dans les autres savoirs et pratiques humaines. En effet, chaque science se définit par une pragmatique singulière qui distribue et articule intelligibilité, régularité, contingence et événement. Corrélativement, l'histoire des sciences relate la chronologie d'inventions sans cesse plus subtiles de ces distributions et de ces articulations. Pourtant, les sciences modernes racontent également une autre histoire : celle qui les lie étroitement à la question « métaphysique » du hasard et de la nécessité. Cette histoire traduit un fait historique : les sciences modernes, et d'abord la physique, ont exprimé dans certaines de leurs controverses, de leurs interprétations théoriques et de leurs extrapolations les exigences d'une recherche d'intelligibilité de type philosophique, c'est-à-dire des exigences qui ne peuvent se satisfaire de mises en situation jugées seulement pragmatiques. Une problématique de valeur s'introduit alors au cœur des sciences. Afin de discuter de « hasard » et de « nécessité », il faut accepter ce fait culturel et historique qui confère à l'effort scientifique le sens d'une quête d'intelligibilité. La question est alors de savoir dans quelle mesure l'identification de cette intelligibilité au déterminisme définit une science historiquement datable, ou, comme le mathématicien René Thom le soutient, caractérise l'essence même de la science (K. Pomian, 1990).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Écrit par :

  • : directeur des Instituts internationaux de physique et de chimie, fondés par Ernest Solvay à Bruxelles, Ashbel Smith regental professor, université du Texas à Austin, directeur du Ilya Prigogine Center of Studies in Statistical Mechanics and Complex Systems, université du Texas à Austin
  • : chargée de cours associée à l'Université libre de Bruxelles, docteur en philosophie

Classification

Autres références

«  HASARD & NÉCESSITÉ  » est également traité dans :

LE HASARD ET LA NÉCESSITÉ (J. Monod) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Antonine NICOGLOU
  •  • 458 mots
  •  • 1 média

En 1970, Jacques Monod (1910-1976), un des pères fondateurs de la biologie moderne moléculaire et génétique, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1965 avec François Jacob et André Lwoff, publie Le Hasard et la nécessité . Cet ouvrage est le fruit d'une réflexion épistémologique sur sa vie de chercheur, réflexion à travers laquelle il va donner un sens à la biologie moderne en tant q […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ilya PRIGOGINE, Isabelle STENGERS, « HASARD & NÉCESSITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/